AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Wiki  

Partagez | 
 

 Seek for the stars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Seek for the stars   Sam 18 Déc - 17:48:57

Illustration de la fanfic:
 

Introduction à Seek for the stars

Seek for the stars se déroule dans un univers parallèle à celui de La guerre des Clans, là où Étoile de Feu et ses contemporains n’ont jamais existé : d’autres chats forment les quatre Clans qui vivent dans la forêt. La sylve n’a jamais été ravagée par la folie des Bipèdes. Les croyances et coutumes des félins sont cependant les mêmes que dans la série de Erin Hunter.
Dans cette fanfiction, les quatre Clans sont confrontés à un danger plus grand que jamais au cœur de la saison des neiges. Alors que le Clan des Étoiles est chassé de son territoire céleste par le mystérieux Clan de la Lune, les chats vivants sont confrontés à une maladie incroyablement dangereuse, très contagieuse, et aux effets terrifiants. Les victimes deviennent agressives, perdent la mémoire et la raison, et attaquent leur famille et leurs amis sans les reconnaître avant de s’éteindre brutalement. Les guérisseurs sont désemparés et incapables de trouver un remède à ce mal.
De plus, un groupe de chats hostile nommé le Clan des Ténèbres souhaite coloniser le territoire de la forêt. À cette fin, il organise des incursions depuis la ville des Bipèdes, de plus en plus profondément dans le territoire du Clan du Tonnerre. Le Clan des Ténèbres a beau porter ce nom, il ne vit pas pour autant selon les règles du code du guerrier. Au contraire, il est composé de chats sans foi ni loi capables de tout pour arriver à leurs fins. Le Clan des Ténèbres semble être lié au Clan de la Lune.
Quatre félins parmi les Clans auront une grande destinée : celle de survivre et de perpétrer les traditions claniques. Mais cela ne sera pas tâche aisée : terrassés par la mort de leurs proches, affaiblis psychologiquement, ils devront apprendre à cohabiter malgré leurs différences.

Merci de ne pas poster à la suite, utilisez mon topic de commentaires.


Les personnages

Nuage du Lynx (Lynxpaw)


Merci Source de Pluie !

Nuage du Lynx est une jeune apprentie du Clan du Tonnerre. Elle est dotée d’un pelage brun tacheté, d’yeux jaune vif et de touffes de fourrure au bout des oreilles.
Nul ne peut égaler le talent de traqueuse inné de Nuage du Lynx. Malgré son jeune âge, elle est la meilleure des quatre survivants quand il s’agit de chasser dans les épaisses frondaisons d’une forêt. Au combat, elle n’est pas très douée, car elle manque d’expérience.
Ébranlée par la mort de ses camarades de Clan, elle est devenue très fragile. Elle manque de confiance en elle et déteste s’imposer. Autrefois farouche et avide d’aider son Clan, elle n’est aujourd’hui plus que l’ombre d’elle-même. Elle ne suit les trois autres survivants que pour s’accrocher aux derniers restes de son ancienne vie. Même en dehors de chez elle, elle insiste pour qu’ils respectent le code du guerrier. C’est d’ailleurs la seule chose au sujet de laquelle elle fait preuve d’ardeur : la conservation des traditions des Clans.

Aile de Corbeau (Crowwing)

Aile de Corbeau est le lieutenant du Clan de la Rivière. Il a les yeux verts et le pelage noir et lisse.
Excellent nageur, Aile de Corbeau est aussi doté d’une grande force. Ses tactiques de combat favorites sont rapides et brutales, si bien qu’il se fatigue rapidement. Ce guerrier est aussi un pêcheur hors pair.
Confiant, il mène les quatre survivants. Quitter les Clans a révélé le meilleur en lui : il est un bon meneur, juste et impartial, qui écoute les arguments de tous ses compagnons avant de prendre une décision quelconque. Cependant, la fragilité de Nuage du Lynx, au lieu de l’attendrir, l’agace : d’après lui, si les autres sont capables de faire face aux tragédies qui ont pavé leur chemin, elle devrait aussi pouvoir tenir tête.

Œil de Saphir (Sapphire-eye)

Œil de Saphir est un guerrier du Clan du Vent au pelage gris uni et aux yeux d’un bleu sombre profond.
Ce jeune combattant compense son manque de force par sa ruse et sa vitesse. Lors d’une bataille, il sait s’économiser pour fatiguer son adversaire et l’achever une fois celui-ci épuisé. Son endurance à la course est très bonne.
Œil de Saphir a été obligé de [censuré, haha, je vais pas trop vous spoiler non plus !]. Il se déteste pour cela et est tourmenté en permanence par des cauchemars. Perspicace et observateur, capable de s’adapter à tous les changements, il n’en est pas moins exécrable. Devoir quitter les Clans et [SPOIIIIL !] sont deux événements qui ont révélé sa personnalité sombre. Des quatre survivants, il est celui qui accorde le moins d’importance à la renaissance des traditions claniques. À vrai dire, Œil de Saphir ne se soucie plus de grand-chose.

Petite Flamme (Flamekit)

Petite Flamme est un chaton du Clan de l’Ombre. Son pelage roux feu semble s’enflammer au soleil et ses yeux jaunes brillent de malice. Elle est grande pour son âge.
Elle dispose de connaissances basiques au sujet des herbes médicinales. Elle semble avoir un don pour guérir, soigner et rassurer tous les chats. Sa vision nocturne est impressionnante et elle est capable d’évoluer la nuit dans n’importe quelle forêt sans problème.
Elle incarne tout ce pour quoi les survivants doivent trouver un nouvel endroit où vivre et faire renaître les traditions des Clans. Malgré les événements tragiques, elle reste toujours optimiste. Elle aurait voulu devenir guérisseuse. Elle est très fière du Clan de l’Ombre et du code du guerrier.

Simba

Simba est un chat solitaire âgé de six ans. Il a les yeux vert pâle et le pelage brun tigré de noir.
Autrefois chat domestique, sa patte arrière-gauche a été amputée par le Coupeur après qu’il a été écrasé par un monstre. Ses maîtres sont morts de vieillesse à quelques jours d’intervalle, et il a dû quitter sa maison pour apprendre à survivre par lui-même. Il a laissé le camp des Bipèdes derrière lui à cause des mauvais souvenirs que ce lieu lui rappelle et vit désormais en solitaire, errant de lieux en lieux sans but précis.


Liste des chats

    Clan du Tonnerre

    • Postes importants
      • Chef : Étoile de Glace, jolie femelle au pelage blanc
      • Lieutenant : Ciel Gris, matou cendré doté de longues pattes
      • Guérisseur : Feuille d’Érable, petit chat noir et blanc
      • Apprenti guérisseur : Nuage Roux, mâle au pelage flamboyant

    • Guerriers
      • Œil Vif : mâle tigré à la vue perçante (apprentie : Nuage Doré)
      • Lune de Jade : femelle grise aux yeux verts (apprenti : Nuage du Cèdre)
      • Pelage de Fumée : vieux vétéran gris sombre (apprentie : Nuage du Lynx)
      • Queue de Renard : jeune chat agile à la longue queue rousse (apprenti : Nuage du Soleil)
      • Plume de Givre : femelle à l’épaisse fourrure argentée
      • Poil de Lièvre : jeune femelle très vive, pelage brun
      • Longue Griffe : matou brun et blanc
      • Feuille de Frêne : petit chat gris
      • Cœur de Zéphyr : chatte blanche aux yeux dorés
      • Brume Matinale : mâle massif au pelage gris-bleu

    • Reines
      • Œil Azuré : grande femelle noire aux yeux d’un bleu très pur

    • Apprentis
      • Nuage Doré : petite femelle écaille
      • Nuage du Cèdre : mâle trapu brun
      • Nuage du Lynx : apprentie au pelage tacheté avec des touffes de poils sur les oreilles
      • Nuage du Soleil : chatte à la fourrure sable

    • Chatons
      • Petite Souris : mâle aux pattes très fines
      • Patte de Nuit : femelle au pelage très sombre
      • Petite Aile : femelle agile au pelage brun

    Clan de la Rivière

    • Postes importants
      • Chef : Étoile d’Or, femelle écaille
      • Lieutenant : Aile de Corbeau, grand mâle noir aux yeux verts (apprenti : Nuage de Pluie)
      • Guérisseuse : Plume d’Hirondelle, chatte au pelage noir avec des reflets bleus

    • Guerriers
      • Poil de Campagnol : petit chat roux sombre (apprentie : Nuage d’Aurore)
      • Pelage d’Ambre : femelle écaille (apprentie : Nuage de Mousse)
      • Pelage de Neige : matou blanc (apprenti : Nuage du Pissenlit)
      • Griffe de Léopard : matou roux clair (apprenti : Nuage de Lumière)
      • Brise Froide : chat blanc très rapide à la course (apprenti : Nuage de Mûre)
      • Pelage de Nuit : matou noir avec des taches blanches (apprenti : Nuage Enflammé)
      • Plume Douce : chatte menue gris foncé au pelage très doux
      • Poil Argenté : grande femelle aux longs poils argentés

    • Reines
      • Perle de Zéphyr : adorable femelle blanche
      • Cœur Pur : chatte brune et blanche

    • Apprentis
      • Nuage de Pluie : petit chat gris
      • Nuage d’Aurore : femelle écaille
      • Nuage de Mousse : petite chatte à la fourrure tachetée
      • Nuage du Pissenlit : chat blanc et brun
      • Nuage de Lumière : mâle aux yeux très clairs, pelage blanc
      • Nuage de Mûre : femelle à la fourrure brune avec des reflets violets
      • Nuage Enflammé : petit mâle au pelage flamboyant

    • Chatons
      • Petit Noisetier : minuscule mâle brun
      • Patte Agile : femelle rousse agile
      • Patte Poussiéreuse : mâle cendré
      • Patte de Glace : chatte blanche avec une rayure grise sur le flanc droit

    Clan du Vent

    • Postes importants
      • Chef : Étoile Lointaine, vieux mâle brun à l’apparence frêle
      • Lieutenant : Feuille de Cèdre, chatte grise aux yeux vert vif
      • Guérisseuse : Cœur de Lune, femelle grise aux yeux bleus

    • Guerriers
      • Neige Ardente : matou blanc et roux aux yeux verts (apprenti : Nuage du Matin)
      • Cœur de Givre : chatte gris très clair (apprentie : Nuage de Plume)
      • Plume de Moineau : femelle brune tachetée
      • Plume d’Orage : très grand mâle gris fumée
      • Œil de Saphir : chat gris aux yeux bleus
      • Feuille Argentée : chatte gris argent aux yeux bleus
      • Lumière du Crépuscule : matou roux aux yeux vert-bleu
      • Feu Follet : mâle gris aux yeux gris-bleu
      • Lune Noire : chatte noire et grise

    • Reines
      • Pétale de Rose : jolie chatte sable

    • Apprentis
      • Nuage du Matin : matou sable, massif, aux grandes pattes
      • Nuage de Plume : chatte gris clair

    • Chatons
      • Petite Chouette : femelle brune tachetée aux grandes oreilles
      • Petit Chêne : mâle trapu doté de pattes massives, brun clair

    Clan de l’Ombre

    • Postes importants
      • Chef : Étoile du Mirage, matou brun et blanc trapu
      • Lieutenant : Fleur d’Orchidée, femelle écaille-de-tortue
      • Guérisseur : Goutte de Pluie, chat gris aux yeux bleus

    • Guerriers
      • Rayure Noire : femelle gris foncé avec une rayure noire sur le dos (apprentie : Nuage Éternel)
      • Ciel Nocturne : chat noir tacheté de blanc (apprenti : Nuage de Pavot)
      • Fleur de Tulipe : jolie chatte au pelage tigré épais
      • Aile de Geai : chat noir
      • Écaille de Serpent : chat brun tacheté avec une longue queue et des yeux jaune vif
      • Cœur Sauvage : femelle au long pelage roux
      • Fleur de l’Aube : femelle écaille
      • Plume de Sable : mâle au pelage sable
      • Éclat de Lumière : mâle blanc aux yeux vert clair

    • Reines
      • Soleil Matinal : femelle rousse

    • Apprentis
      • Nuage Éternel : chatte grise avec un moignon d’oreille droite
      • Nuage de Pavot : petit mâle gris et noir

    • Chatons
      • Petite Flamme : chatte roux flamme aux yeux jaunes, grande pour son âge, dotée d’une fourrure épaisse
      • Patte de Musaraigne : minuscule femelle grise et blanche


Dernière édition par Souffle de Lune le Jeu 24 Nov - 17:50:38, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Dim 19 Déc - 10:24:59

Prologue

Le calme silence qui régnait dans la clairière baignée par la pâle lueur de la lune, à peine troublé par la respiration de chats endormis, fut soudain brisé par des miaulements de panique. Un groupe de félins aux pattes nimbées de poussière d’étoile venait de sauter de la falaise qui protégeait le paisible lieu. Telle une grêle vorace, ils atterrirent en souplesse, griffes sorties, et se jetèrent sur leurs adversaires qui, surpris, n’opposèrent guère de résistance. L’attaque fut d’une violence rare. Partout où se promenait le regard, on voyait des touffes de poils voler et du sang gicler. Cependant, les mouvements des félins, qu’ils soient d’un camp ou de l’autre, étaient si fluides et gracieux qu’on aurait pu croire assister à une danse mortelle.

« Qui êtes-vous ? s’exclama soudain une voix dans le tumulte des feulements. Pourquoi attaquez-vous le Clan des Étoiles ? »

Personne ne lui répondit. Pendant de longues minutes, on n’entendit que le bruit des griffes s’entrechoquant et des crocs s’enfonçant dans la chair ennemie. De temps à autre, une trainée de lumière annonçait la fuite de l’un des combattants. La seule chose qui indiquait pour qui se battaient les félins était la couleur de la poussière d’étoile qui nimbait leur fourrure : jaune pour les assaillants, et bleue pour les assaillis. Progressivement, la clairière perdit toute nuance bleue pour se parer d’ambre. Les guerriers vainqueurs s’éparpillèrent alors, occupant le moindre recoin de ce territoire qu’ils avaient gagné à la force de leurs griffes. Des hurlements de triomphe s’élevèrent.

« Nous avons vaincu ces lâches ! criait un énorme chat au pelage noir comme la nuit. Ces terres nous appartiennent désormais !
— Vive le Clan de la Lune ! lançait une femelle écaille-de-tortue qui se tenait non loin de lui.
— Grâce à nous, le Clan des Ténèbres prospérera sur les terres que protégeaient ces guerriers étoiles, miaula un vieux félin roux à la fourrure mal entretenue, l’air satisfait.
— C’est exact, Incendie, approuva un vétéran gris. Le Clan des Ténèbres aura tout ce qu’il faut pour vivre. Regardez ! »

Il se dirigea vers une petite mare au pied de la falaise, imité par ses compagnons. Le Clan de la Lune regarda le reflet de l’astre de la nuit au milieu de l’eau. La lune se déforma et dessina successivement un torrent, des arbres, un marais, puis une vaste plaine.

« Ils pourront pêcher dans la rivière, reprit le vétéran. Ces plateaux ont l’air parfait pour la chasse au lapin. Les bois regorgent probablement de gibier et…
— Cendre, il faudra qu’ils se débarrassent des chats qui occupent ces terres, protesta une femelle au pelage gris-bleu. Ce n’est pas gagné d’avance !
— Ridicule ! cracha Incendie. S’ils sont aussi faiblards que ce Clan des Étoiles, je ne donne pas cher de leur peau. Tu te fais du souci pour rien, Pluie.
— N’as-tu donc rien appris de tes erreurs passées ? feula Pluie. Tu ne te souviens pas du Clan du Sang, qui a failli exterminer le Clan des Ténèbres, car tu nous avais convaincus de ne pas intervenir ?
— C’était différent et tu le sais très bien ! gronda Incendie en s’approchant de Pluie d’un air menaçant.
— Bien sûr, et les hérissons savent voler, ironisa la chatte, stoïque – seul le mouvement de sa queue montrait son agacement.
— Oh, ça suffit, tous les deux, intervint Cendre, exaspéré. Nous allons interroger les pierres, dans ce cas. »

Un silence pesant tomba sur la clairière, puis, peu à peu, un murmure d’approbation prit place. Solennellement, Cendre sortit ses griffes et dessina un cercle sur le sol au centre de la clairière. Puis, s’éloignant quelques instants, il prit une branche morte et la plaça au centre du disque, le coupant en deux moitiés égales. Pendant ce temps, les autres membres du Clan de la Lune s’étaient éparpillés à la recherche de petits cailloux qu’ils déposèrent devant le cercle. Une longue ligne de félins se forma alors derrière Cendre, qui proclama les paroles suivantes :

« Clan de la Lune, le temps est venu d’interroger les pierres. Ceux qui souhaitent aider le Clan des Ténèbres à vaincre les occupants des terres que gardait le Clan des Étoiles avant notre arrivée placeront leur caillou à gauche. À l’inverse, ceux qui souhaitent les laisser se débrouiller seuls le poseront à droite. En tant que chef élu du Clan de la Lune, je poserai la dernière pierre. Le guerrier nous ayant rejoint le plus récemment mettra son caillou en premier. »

Il marqua une pause et se décala sur le côté.

« À toi l’honneur, Fumée. »

Le dénommé Fumée se détacha de la file. Il inclina la tête en passant devant le vétéran gris, et attrapa un caillou entre ses crocs avant de le déposer délicatement dans la partie gauche du cercle. Puis, sans un mot, il se mit sur le côté, là où patientait Cendre. Ce dernier appela tous les membres du Clan, un par un. L’un des derniers à venir fut Incendie, qui jeta rageusement son caillou du côté de ceux qui voulaient laisser le Clan s’occuper seul de l’élimination des précédents occupants des terres. Cendre acquiesça sans un mot. Lorsqu’enfin le Clan de la Lune tout entier eut déposé ses pierres, le chef gris mit son caillou du côté gauche.

Le Clan s’approcha du cercle. Habituellement, questionner les pierres impliquait un recompte à la fin du vote. Mais la différence était si flagrante qu’il était cette fois inutile de le faire. Les pierres de Pluie, de Fumée et de Cendre ne formaient que l’infime partie d’un grand tas de gravats qui menaçait de s’écrouler. Il n’y avait que six cailloux du côté qu’avait choisi Incendie.

« Les pierres ont rendu leur verdict, déclara Cendre. Nous enverrons de l’aide au Clan des Ténèbres. »


Dernière édition par Souffle de Lune le Ven 30 Sep - 17:33:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Dim 19 Déc - 13:54:21

Chapitre 1

« Que tous ceux qui sont en âge de chasser s’approchent du Promontoire pour une assemblée du Clan ! »

L’appel rituel d’Étoile de Glace résonna dans le camp couvert de neige à l’instant exact où Nuage du Lynx y entrait avec Longue Griffe et Pelage de Fumée, son mentor. L’apprentie n’avait ramené qu’une souris ; ses aînés, quant à eux, n’avaient réussi à attraper à eux deux qu’une seule pie. Il était midi, mais le soleil, même à son zénith, ne réchauffait pas l’atmosphère. Nuage du Lynx revenait de sa première patrouille de chasse de la journée. Cependant, elle savait bien qu’elle ne pourrait pas se reposer : le Clan avait besoin de manger. Elle devrait probablement repartir juste après pour regarnir la pile de gibier, qui en avait bien besoin. Nuage du Lynx y jeta un œil et constata, le cœur serré, qu’elle était complètement vide.

« Amène ta souris à la tanière des guérisseurs, ordonna Pelage de Fumée. Ils en ont bien besoin.
— D’accord », répondit Nuage du Lynx.

Frissonnant au contact de la neige glaciale sur ses coussinets engourdis, elle trotta le plus vite possible vers l’antre des guérisseurs, à la fois pour se réchauffer et pour ne rien manquer de la réunion clanique. Elle serpenta entre ses camarades de Clan qui se rassemblaient peu à peu dans la clairière et constata avec horreur qu’ils avaient tous l’air de n’avoir plus que la fourrure sur les os. Je suis sûre que je suis aussi maigre qu’eux, se dit-elle en écoutant son estomac gronder. Si elle ne respectait pas autant le code du guerrier, elle dévorerait sur-le-champ le gibier qui pendait de ses mâchoires.

Nuage du Lynx retint sa respiration en entrant dans le tunnel de la tanière. L’endroit puait la maladie et les fragrances des herbes médicinales lui faisaient monter les larmes aux yeux. Soudain, elle s’arrêta : Nuage Roux et Feuille d’Érable, les guérisseurs, étaient juste devant elle, s’apprêtant à sortir. Confuse, Nuage du Lynx agita la queue et marmonna :

« Je vous apportais à manger. Je vais laisser cette souris dans votre tanière, d’accord ?
— Non, répondit amicalement Nuage Roux, malgré l’inquiétude et la peur qui voilaient son regard. Il vaut mieux que je m’en occupe, il ne faut pas que tu tombes malade. Merci.
— Pas de problème », répondit-elle en passant la souris à l’apprenti guérisseur par-dessus l’épaule de Feuille d’Érable. Le jeune apprenti fit volte-face et disparut dans le bouquet de ronces.
Nuage du Lynx recula, laissant sortir Feuille d’Érable.
« Merci, miaula ce dernier. Nous mourions de faim.
— Comment vont les malades ? » s’enquit Nuage du Lynx.

L’expression du guérisseur s’assombrit. Il ne prenait même plus la peine d’essayer de réconforter ceux qui demandaient de leurs nouvelles.

« Mal, dit-il, la voix accablée. Feuille de Frêne tousse de plus en plus et la fièvre de Nuage du Cèdre n’arrête pas de monter. »

L’apprentie voulut hurler une prière à ses ancêtres : Clan des Étoiles, aidez-nous ! Pourquoi nous laissez-vous souffrir ? Qu’avez-vous contre le Clan du Tonnerre ? Mais elle resta silencieuse et se contenta de baisser la tête afin de cacher la tristesse qui se manifestait sans doute dans ses yeux jaunes.

« Je sais que c’est difficile à supporter, intervint Feuille d’Érable avec douceur comme s’il avait lu dans les pensées de Nuage du Lynx. Mais le Clan des Étoiles demeure silencieux, et par ce temps, nous ne pouvons pas voyager jusqu’à la Pierre de Lune. C’est trop dangereux et nos malades ont besoin de toute l’aide possible. »

La chatte brune s’apprêtait à répondre que Nuage Roux pourrait très bien s’occuper des patients tout seul et qu’Œil Azuré, une reine, pourrait l’aider, lorsqu’elle entendit la voix mélodieuse d’Étoile de Glace résonner dans la clairière. Elle prit congé du guérisseur d’un signe de tête et fila s’installer aux côtés de ses camarades, Nuage Doré et Nuage du Soleil. Nuage du Cèdre aurait dû être parmi nous, songea-t-elle tristement. Elle jeta un bref coup d’œil vers la tanière des guérisseurs dans l’espoir fou qu’il ait quitté sa litière pour regarder la cérémonie, mais elle ne le vit pas. Déçue, elle reporta son attention sur Étoile de Glace, qui faisait son annonce :

« … des traces de chats inconnus, qui n’appartiennent à aucun Clan, près des Grands Pins. Je vous recommande, à tous, la plus grande prudence. Nous ignorons leurs desseins et leur nombre exact. Rappelez-vous de ne pas les sous-estimer si vous les rencontrez un jour. Désormais, nous doublerons les patrouilles, qui seront composées d’au moins quatre guerriers…
— Mais, Étoile de Glace, nous sommes déjà surchargés de travail, protesta Pelage de Fumée.
— Il a raison, murmura Nuage du Soleil dans l’oreille de Nuage du Lynx. J’ai tellement chassé aujourd’hui que je ne sens plus mes pattes.
— Je le sais, répondit le chef sans paraître se vexer de l’intervention du vétéran. C’est pourquoi vous patrouillerez d’abord et chasserez du gibier au retour. J’ai conscience que cela sera difficile, mais nous n’avons guère d’autre choix. Allez voir Ciel Gris pour qu’il établisse les patrouilles avec vous. Cette assemblée est terminée. »

Étoile de Glace retourna dans son antre tandis que Ciel Gris rassemblait le Clan. Nuage du Lynx et les autres apprenties s’approchèrent de lui. Elles étaient épuisées et n’avaient rien mangé depuis l’aube, mais une farouche détermination animait leur regard. Elles se sacrifieraient pour nourrir leur Clan s’il le fallait. Notre première saison des neiges est aussi la plus difficile que le Clan ait jamais rencontré, et nous réussirons à survivre ! Nous devons survivre ! se dit-elle en tentant de toutes ses forces de ne pas sombrer dans le désespoir. Elle leva les yeux et regarda Ciel Gris en attendant ses ordres.

« Queue de Renard, Plume de Givre, Poil de Lièvre et Nuage du Soleil, miaulait le lieutenant, vous irez patrouiller du côté de la frontière du Clan de l’Ombre. Ramenez un maximum de gibier et méfiez-vous des intrus. Je mènerai une autre patrouille composée de… »

Il jaugea ses camarades de Clan, l’air préoccupé. À l’évidence, il cherchait quels félins pouvaient encore attendre avant de se reposer : sa tâche était complexifiée par le fait qu’ils étaient très peu nombreux. Par exemple, Œil Vif et Lune de Jade, deux guerriers, étaient en train de faire une sieste dans l’antre des guerriers après avoir enchaîné trois patrouilles.

« … Pelage de Fumée, Cœur de Zéphyr, et Nuage du Lynx, compléta finalement Ciel Gris. Nous irons vérifier les Grands Pins. Brume Matinale, j’aimerais que tu supervises Nuage Doré et… »

Il hésita. Nuage du Lynx savait qu’il manquait cruellement de guerriers et d’apprentis pour accomplir les tâches quotidiennes. Le mal vert qui sévissait depuis plusieurs aubes dans le camp avait déjà emporté deux guerriers, un apprenti, un chaton et leur unique ancien. À cette pensée, sa gorge se noua. Le Clan du Tonnerre était si faible !

« Brume Matinale, va voir Œil Azuré, trancha Ciel Gris. Demande-lui si Patte de Nuit, Petite Souris et Petite Aile peuvent t’aider à renforcer les barrières, surtout au niveau de la tanière des anciens. Museau Blanc s’est plaint qu’il y avait des courants d’air en se réveillant. Ne brusque pas les chatons, s’il te plaît, et ne les emmène surtout pas dans l’antre des guérisseurs, ils pourraient tomber malades.
— Ne me prends pas pour une cervelle de souris », feula Brume Matinale avant de tourner les talons, se dirigeant vers la pouponnière.

Nuage du Lynx ouvrit de grands yeux surpris. Brume Matinale était toujours très gentil avec les autres. La faim peut changer un chat, comprit-elle. Ils étaient tous sous pression et affamés. Mais s’ils commençaient à se disputer, le Clan du Tonnerre était fichu. Ils devaient rester soudés ou ils mourraient tous ! Si la situation était suffisamment grave que Ciel Gris soit obligé de mettre les chatons à contribution, la moindre lutte intestine pouvait les détruire jusqu’au dernier.

« Nuage du Lynx ! l’appela Pelage de Fumée. Nous n’attendons plus que toi !
— J’arrive ! » répondit-elle, réalisant qu’elle était restée plantée au centre de la clairière alors que sa patrouille s’apprêtait à partir.

Elle courut vers le tunnel d’ajoncs qui marquait l’entrée du camp et s’y engouffra, rattrapant ses camarades de Clan. Ils se dirigèrent immédiatement vers les Grands Pins. Nul ne parlait ; la tension était palpable. La forêt était terriblement silencieuse. Seul le bruit de leurs pattes se posant sur la neige ponctuait leur route. Nuage du Lynx huma l’air, espérant vaguement détecter une odeur de proie, mais seul la froideur mordante de la saison des neiges parvint à son museau. En se rappelant la mission de sa patrouille, elle sentit sa fourrure se hérisser. Si ces intrus osent voler ne serait-ce qu’un poil du gibier du Clan du Tonnerre, j’en ferai de la chair à corbeau !

« Nuage du Lynx, que sens-tu ? l’interrogea Pelage de Fumée alors qu’ils s’arrêtaient, arrivés à destination, rassemblés sous les pins bien alignés.
— Les intrus ! s’exclama-t-elle. Ils sont passés ici il y a peu de temps. À l’aube, je crois.
— Excellent, répondit son mentor, bien qu’elle vît très bien que cette nouvelle ne lui plaisait guère. Quoi d’autre ?
— Il y a… des proies ! » souffla-t-elle, réprimant de justesse un cri.

Elle faillit sauter de joie en sentant l’odeur d’une souris toute proche. Tournant la tête en tous sens, elle l’aperçut qui courait sous les aiguilles de pin qui tapissaient le sol au pied d’un des arbres. Elle s’approcha de sa cible à pas lents et précautionneux – cette souris avait l’air d’avoir quelque chose dans l’estomac, pour une fois. Nuage du Lynx allait bondir lorsqu’elle entendit des bruits de pas. Alerté, le gibier s’enfuit à toute vitesse. Le vent lui apporta une bouffée de l’odeur des félins inconnus. Son pelage doubla de volume lorsqu’elle aperçut devant elle un matou blanc flanqué de deux immenses mâles bruns et d’une femelle écaille. Les intrus observaient la patrouille avec un air suffisant.

« Que faites-vous sur le territoire du Clan du Tonnerre ? feula Ciel Gris en prenant place devant l’apprentie.
— Partez d’ici, cracha Pelage de Fumée en s’avançant aux côtés du lieutenant.
— Le Clan de la Lune nous a accordé le droit de vivre ici », siffla la femelle, son air prétentieux rapidement remplacé par une expression de pure haine.

Nuage du Lynx, malgré sa colère, se demanda ce que pouvait bien être le Clan de la Lune. Elle n’eut pas le temps de s’interroger davantage.

« Vous êtes les intrus, renchérit le mâle blanc en montrant les crocs. Nous prenons les terres dont nous avons besoin, et nous avons besoin de cette forêt. Si vous partez d’ici sans faire d’histoires, le Clan des Ténèbres vous laissera en paix.
— Jamais ! répliqua Ciel Gris, bouillonnant de rage. Clan du Tonnerre, à l’attaque ! »

Nuage du Lynx se jeta sauvagement sur l’un des matous bruns aux côtés de Cœur de Zéphyr. À elles deux, elles le renversèrent et griffèrent son flanc. Leur ennemi eut beau se débattre en tout sens, agitant furieusement la queue et les pattes, il ne parvint pas à se dégager de la prise des deux chattes qui l’agressaient. L’apprentie prenait tant de plaisir à punir l’intrus que Cœur de Zéphyr dut la repousser elle-même du matou brun qui saignait abondamment. Il s’enfuit entre les pins, laissant sur la neige des traces de sang rouge vif. Désœuvrée maintenant que son adversaire avait été vaincu, Nuage du Lynx chercha un autre félin à affronter. Elle sentit soudain des griffes s’accrocher à ses épaules et un poids la jeter à terre. En tournant la tête, elle aperçut la femelle écaille qui s’appliquait à lui arracher la fourrure du dos. Nuage du Lynx poussa un feulement de rage et déploya toute sa force pour faire tomber son assaillante, en vain. Elle perdait rapidement des forces et son dos n’était rien de plus qu’une plaie béante et douloureuse. Soudain, alors qu’elle allait perdre espoir et demander pitié à son ennemie, la pression disparut. Nuage du Lynx vit que Pelage de Fumée, déjà victime d’une méchante balafre au museau et de longues estafilades sur son flanc gauche, était venu à sa rescousse, les yeux brillants de la lueur du combat. Reconnaissante, elle hocha la tête et ils attaquèrent ensemble leur ennemie qui s’enfuit bientôt, dépassée par le duo meurtrier formé par l’apprentie et son mentor.

Tournant la tête en tous sens pour essayer de voir lequel des deux camps avait le dessus, Nuage du Lynx fut témoin du combat entre le matou blanc et Cœur de Zéphyr. Avec horreur, elle vit la tête de l’intrus plonger vers la gorge de la femelle et ses crocs briller. Non ! N’écoutant que son courage, elle fonça à la rescousse de la guerrière blanche. Elle se jeta vers l’ennemi et lui donna un violent coup d’épaule pour l’éloigner, mais c’était trop tard. Un flot de sang s’écoulait de la gorge de Cœur de Zéphyr qui, secouée de spasmes, luttait pour sa vie. Puis, d’un coup, elle cessa de bouger. Ses yeux se révulsèrent alors qu’elle rendait son dernier soupir, son pelage immaculé couvert du liquide rouge encore chaud qui jurait avec la blancheur de la neige.

« Non ! Non ! » hurla Nuage du Lynx, affalée par terre à côté du tueur qui se levait.

Les intrus cessèrent soudain le combat. Ils s’en allèrent à travers les pins, victorieux. Le matou blanc s’éloigna du cadavre de Cœur de Zéphyr et annonça d’une voix glaciale :

« S’il le faut, nous vous tuerons un par un, jusqu’au dernier. Ni moi ni vous ne voulons cela, n’est-ce pas ? Vous savez quoi faire. Nous reviendrons demain. »

Puis, comme ses compagnons, il partit vers le camp des Bipèdes.


Dernière édition par Souffle de Lune le Dim 4 Mar - 21:00:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Dim 19 Déc - 17:43:45

Chapitre 2

Hébétée, Nuage du Lynx suivait Pelage de Fumée et Ciel Gris à travers la forêt. Le corps sans vie de Cœur de Zéphyr la narguait. L’apprentie marchait dans le sillage tracé par le cadavre qui traînait dans la neige, porté par les vétérans. C’est un cauchemar, se disait-elle, je vais me réveiller… Elle n’arrivait plus à réfléchir. Avoir vu un meurtre se dérouler devant ses yeux l’avait complètement bouleversée. Elle ne sentait plus la faim, ni la douleur. Tout ce qu’elle voulait, c’était s’écrouler dans sa litière, s’endormir, et ne plus jamais se réveiller…

Aussi ne remarqua-t-elle pas tout de suite qu’elle était revenue au camp. La patrouille fut accueillie par des miaulements emplis d’une terreur indescriptible. Des cris retentirent.

« Cœur de Zéphyr ! Non ! »
« Elle est morte, elle aussi ? »
« Pas encore ! Non… »

Nuage du Lynx leva brutalement la tête. L’odeur du sang emplissait la clairière. Son cœur se mit à battre à tout rompre. Elle se sentit défaillir en apercevant cinq corps immobiles couchés au centre du camp. Comment pouvait-elle encore vivre alors que tout son monde s’écroulait ? Clan des Étoiles, pourquoi nous infliger pareilles épreuves ? Elle cligna des yeux et sentit ses pattes se dérober sous elle. L’apprentie s’enfonça dans les ténèbres.

« Nuage du Lynx ! »



Nuage du Lynx se réveilla en sentant des pattes appliquer quelque chose dans son dos.

« Aïe ! »

Les griffures de son dos lui faisaient mal. Ses muscles raides et son estomac vide se rappelèrent à son bon souvenir. Humant l’air, les yeux fermés, elle sentit à nouveau l’odeur du sang, mais aussi celle de la neige et des herbes médicinales. Seule l’absence des odeurs de maladie indiquait qu’elle ne se situait pas dans la tanière des guérisseurs. Ouvrant les yeux, elle constata qu’elle était allongée sur le ventre sur sa litière dans le refuge des apprentis. Feuille d’Érable était devant elle et tenait une énorme souris entre les crocs. Nuage du Lynx eut l’eau à la bouche en voyant une aussi belle proie, mais elle savait qu’elle ne pourrait pas la manger. Des prises aussi grasses étaient habituellement réservées aux reines ou aux anciens. Lorsque le guérisseur déposa le gibier devant elle, elle ouvrit la bouche pour protester, mais il la devança.

« Non. Mange cette souris, tu en as besoin. Les… chocs… de cette journée t’ont épuisée. »

Nuage du Lynx inspira et les souvenirs lui revinrent d’un coup. Le sang. La mort. Le néant… Elle poussa un gémissement terrifié. Non, ce n’est pas la réalité, c’est impossible !

« Je suis désolé, Nuage du Lynx, miaula Feuille d’Érable, la voix brisée. Mais ce n’est pas un cauchemar… C’est réel.
— Non… Je ne veux pas y croire ! Je ne peux pas y croire ! C’est impossible… »

Prostrée, elle ferma les yeux, comme si elle pouvait effacer toutes ces horreurs en se réveillant. Lorsqu’elle les rouvrit, cependant, elle n’avait pas bougé d’un poil, et la faim lui labourait toujours le ventre, consumant son énergie. Manger, se dit-elle. Je dois manger. Il faut vivre. Vivre encore un peu… Elle tendit le cou et attrapa la souris qu’elle dévora en quelques coups de crocs. Aussitôt, son esprit s’éclaircit, et une pointe de désespoir la fit gémir de nouveau. Même si la vérité risquait de l’achever, elle devait savoir…

« Qui… qui est mort ? souffla-t-elle dans un murmure terrifié.
— Brume Matinale… a assassiné Œil Azuré et ses chatons, miaula très lentement Feuille d’Érable comme si chaque mot brisait son cœur. Il était incontrôlable… Étoile de Glace a dû le tuer… Il a aussi blessé Nuage Doré avant de mourir. »

Nuage du Lynx se leva, tremblante, et sortit de la tanière en courant. À l’évidence, elle n’était évanouie que depuis quelques minutes. En voyant les cadavres alignés soigneusement dans la neige, et ses camarades – trop peu nombreux – qui se recueillaient solennellement non loin, un hurlement franchit ses mâchoires. C’en était trop. Elle ne pouvait plus le supporter… Elle voulait partir, loin, très loin, et ne plus jamais revenir. Loin de ces horreurs omniprésentes, de cette journée terrifiante. Ses pattes la portèrent vers les corps sans vie, guidées par une sorte de macabre fascination. Les trois chatons, couverts de sang, n’étaient même pas distinguables, comme si le tueur s’était acharné sur eux. Œil Azuré s’était fait briser la nuque par un étau mortel. Et enfin, leur assassin, Brume Matinale, avait reçu quelques griffures sur le flanc et une plaie bien nette au niveau de la gorge – la signature d’Étoile de Glace. Cœur de Zéphyr, elle, portait les blessures de la bataille et son pelage immaculé avait été taché de sang.

Un frisson parcourut Nuage du Lynx de part en part. Je dois faire quelque chose… N’importe quoi… Agir. Sinon, je ne m’en sortirai jamais… Je dois agir… Comme poussée par une volonté étrangère à la sienne, elle tituba vers Ciel Gris, qui avait le museau enfoui dans la fourrure de Brume Matinale. Son regard était embrumé par la culpabilité. Ce n’est pas de ta faute, pensa-t-elle sans pouvoir s’exprimer.

Le lieutenant leva la tête vers l’apprentie, qui saisit sa chance :

« Je ne veux pas rester inactive. S’il te plaît, donne-moi quelque chose à faire. Je ne peux pas rester ici à attendre… C’est trop difficile… »

Le simple fait de prononcer ces paroles lui donna l’impression qu’elle allait s’évanouir encore. Les yeux du vétéran se chargèrent de compassion. Nuage du Lynx s’y accrocha comme si sa vie en dépendait – et c’était peut-être le cas…

« Je comprends ce que tu ressens, mais je ne peux pas te laisser sortir du camp, répondit le guerrier gris. Nous n’avons plus besoin d’autant de gibier qu’avant… et nous sommes tous épuisés. Repose-toi.
— Mais… protesta l’apprentie sans grand enthousiasme.
— Non, trancha Ciel Gris. Tu dois dormir. Crois-moi, tout ira mieux demain. »

Nuage du Lynx abandonna. Elle allait retourner dans sa tanière quand Feuille d’Érable s’interposa.

« Attends. Je vais te donner des graines de pavot pour que tu puisses dormir.
— Merci », murmura la chatte brune sans grande conviction en prenant le ballot de graines que lui tendait le guérisseur.

Sans rien dire de plus, elle continua sa route et déposa son fardeau devant sa litière. Elle croqua deux graines de pavot et sombra instantanément dans un sommeil sans rêves.


Dernière édition par Souffle de Lune le Jeu 15 Déc - 20:34:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Mar 21 Déc - 16:13:13

Chapitre 3

Aile de Corbeau étira ses longues pattes noires et entama la toilette minutieuse de sa fourrure. Il se tenait seul au centre du camp enneigé du Clan de la Rivière. Tout était calme – il était, une fois encore, le premier guerrier réveillé, et il faisait encore nuit. Lorsque son pelage de jais resplendit de propreté, il traversa le camp en trottinant vers la tanière de son chef, Étoile d’Or. Arrivé devant son antre, il s’annonça d’un murmure afin de ne pas réveiller son Clan. Pleine de tact, la femelle écaille lui répondit d’entrer en chuchotant.

« Bonjour, Aile de Corbeau, le salua le chef. Tu viens prendre tes consignes pour l’organisation des patrouilles ?
— Oui, Étoile d’Or, confirma-t-il en courbant la tête avec respect. Je n’ai prévu que la patrouille de l’aube pour l’instant, elle sera menée par Pelage de Nuit. Je l’ai laissé choisir qui l’accompagnerait et il a décidé d’emmener Nuage Enflammé, Plume Douce et Pelage d’Ambre. »

Un sourire se dessina sur le visage de la meneuse du Clan de la Rivière.

« Tu n’es lieutenant que depuis une lune et tu montres déjà la même efficacité que ton prédécesseur. Griffe Brisée serait impressionné. Malheureusement, il chasse avec le Clan des Étoiles, désormais… »

Aile de Corbeau baissa tristement la tête. Remplacer Griffe Brisée, un vétéran aimé de tous, combattant hors-pair qui n’avait perdu aucune autre bataille que celle qui l’avait opposé au mal vert, n’était pas une sinécure. Bien au contraire… Le Clan de la Rivière attendait de lui les mêmes prouesses, désormais, et il se savait incapable de faire aussi bien avant au moins trois saisons d’expérience.

« Reprends-toi, Aile de Corbeau ! le tança Étoile d’Or avec sévérité. Tu as été un très bon lieutenant jusqu’à maintenant. Ne gâche pas tes talents bêtement parce que tu manques de confiance en toi. »

Le vétéran mordit sa langue pour ne pas lui répondre irrespectueusement. Étoile d’Or était certes un bon chef, mais elle était parfois trop exigeante envers ses guerriers. Il acquiesça d’un air soumis, et la femelle écaille se calma.

« Bien, reprit-elle. J’aimerais que tu préviennes Nuage de Pluie, Nuage de Mousse et Nuage de Mûre qu’il est temps pour eux de passer leur premier examen.
— Si tôt ? s’étonna Aile de Corbeau en ne manquant pas de relever fièrement que Nuage de Pluie, son apprenti, faisait partie de la sélection de la meneuse. Ils ne sont novices que depuis deux lunes, ajouta-t-il.
— Nous manquons de guerriers, répliqua sèchement la guerrière. Je sens que la saison des neiges sera difficile cette année. Il faut absolument qu’ils soient prêts à tout. Que nous soyons prêts à tout.
— Tu… sens ? répéta le lieutenant, intrigué. Le Clan des Étoiles t’a parlé ?
— Non ! Ce n’est qu’un pressentiment, le détrompa Étoile d’Or. Le Clan de la Rivière a déjà été affaibli par son combat contre le Clan du Vent. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre davantage de guerriers… »

Aile de Corbeau hocha positivement la tête, pensif. Ils avaient perdu deux guerriers lors d’une bataille catastrophique près des gorges. Le Clan du Vent avait payé cher son audace et avait également perdu de nombreux combattants en retour.

« Donc, Aile de Corbeau, intervint Étoile d’Or. Je n’ai aucune autre consigne pour toi, si ce n’est de bien vérifier la frontière avec le Clan du Vent. Qui sait ce dont ils sont capables… Ah, et bien sûr, j’aimerais que tu supervises l’examen des apprentis avec Pelage d’Ambre et Brise Froide.
— Compris. »

Il quitta la tanière du chef en s’inclinant. En sortant, il aperçut justement la fourrure écaille de Pelage d’Ambre, qui pointait la tête en dehors de l’antre des guerriers. Elle était le mentor de Nuage de Mousse, l’un des novices qui passerait son examen le jour même. Le lieutenant s’approcha d’elle en trottinant.

« Bonjour, Pelage d’Ambre ! miaula-t-il à voix basse.
— Salut, répondit la guerrière en étouffant un bâillement. Pelage de Nuit dort encore… Il doit mener notre patrouille pourtant. Le soleil va bientôt se lever.
— Tu sais bien que rien ne pourrait faire sortir Pelage de Nuit de sa litière le matin, plaisanta le vétéran. Tu iras le secouer plus tard. Je voulais juste te dire qu’Étoile d’Or a décidé de faire passer un examen à Nuage de Mousse, Nuage de Pluie et Nuage de Mûre. Il se déroulera cet après-midi.
— Vraiment ? J’espère que la neige ne les pénalisera pas, s’inquiéta-t-elle.
— Je suis sûr qu’ils se débrouilleront très bien, ne t’en fais pas, répondit-il d’un ton réconfortant. Bref… Si tu te sens d’attaque, j’aimerais que tu relèves Feuille de Roseau jusqu’au réveil de Pelage de Nuit. Il a gardé le camp toute la nuit, il doit être épuisé.
— Pas de problème, miaula Pelage d’Ambre. J’y vais tout de suite. »

La guerrière fila vers l’entrée du camp, et Aile de Corbeau l’entendit échanger quelques paroles avec Feuille de Roseau, qui quitta son poste et se dirigea vers l’antre des combattants sans demander son reste. Le garde inclina la tête en signe de remerciement en passant devant le lieutenant, qui rendit son geste en agitant ses oreilles.

Jetant un regard autour de lui, Aile de Corbeau constata que le soleil commençait à s’élever dans le ciel et que le Clan de la Rivière s’éveillait lentement. Il aperçut Perle de Zéphyr, Cœur Pur et leurs quatre chatons sortir de la pouponnière en s’étirant et en bâillant. Lorsqu’un éclair noir et blanc passa devant ses yeux, il comprit que Pelage de Nuit venait enfin de se réveiller et s’était rendu compte de son retard. Plume Douce, le troisième membre de la patrouille, le suivait plus lentement. Les trois guerriers se rendirent ensuite à la tanière des apprentis pour réveiller Nuage Enflammé. La petite troupe partit en courant du camp sous les regards tantôt irrités, tantôt amusés de leurs camarades.

Content de voir que la vie du Clan se déroulait paisiblement, Aile de Corbeau décida de mener une patrouille de chasse – la pile de gibier culminait à un niveau dangereusement bas depuis que la rivière avait gelé, rendant la pêche beaucoup plus difficile. Il eut à peine le temps de réfléchir à qui il pourrait emmener avec lui que Nuage de Pluie, son apprenti, ainsi que sa sœur Nuage de Mûre détalèrent hors de leur antre comme s’ils avaient une horde de renards à leurs trousses. Ils se jetèrent l’un sur l’autre, mimant un combat. J’aimerais tellement redevenir un apprenti insouciant, parfois, soupira le vétéran. N’avoir rien d’autre à faire que de nourrir les anciens et changer les litières est un véritable luxe, comparé aux devoirs que doit accomplir un lieutenant.

Soudain, Aile de Corbeau se sentit mal. Tout ce qu’il voyait, tout ce qu’il faisait depuis le début de la journée… Tous ces événements simples, le quotidien d’un Clan… Il avait l’impression étrange que tout ceci ne tenait qu’à un fil, qui serait bientôt brisé. Comme si un terrible danger le guettait. Est-ce le même pressentiment que celui qu’a ressenti Étoile d’Or ? s’interrogea-t-il en frissonnant.

Des miaulements retentirent à l’entrée du camp ; il fit volte-face, la fourrure hérissée. Son pressentiment se renforça lorsque le pelage roux de Nuage Enflammé apparut dans le tunnel végétal. En voyant l’apprenti foncer vers lui, une haine sans bornes brillant dans son regard doré, Aile de Corbeau ne se méfia pas. Au contraire, il ouvrit la bouche pour lui demander ce qui se passait. Il n’en eut pas le temps : le novice se jeta sur lui en feulant, toutes griffes sorties. Abasourdi, il ne réagit pas lorsque Nuage Enflammé lui griffa l’épaule de toutes ses forces. Les miaulements que le lieutenant avait entendus redoublèrent d’intensité, et il aperçut les pelages respectivement tacheté et gris foncé de Pelage de Nuit et Plume Douce apparaître à l’entrée du camp, suivis peu après par la fourrure écaille de Pelage d’Ambre.

Nuage Enflammé est un traître ? Non, c’est impossible ! Alors qu’Aile de Corbeau se décidait enfin à bouger pour se libérer de l’emprise du novice roux, ce dernier disparut soudain de son champ de vision, emporté par le poids de Plume Douce qui s’était lancée à la rescousse du vétéran. La patrouille de l’aube tout entière fut bientôt sur Nuage Enflammé. Aile de Corbeau courut les aider et, à eux quatre, ils plaquèrent le petit chat au sol. Cependant, il ne cessait de s’agiter en tous sens, rendant leur tâche plus difficile. Son regard fou voletait de l’un à l’autre des guerriers qui le retenaient, et ses pattes battaient l’air dans ses tentatives désespérées de s’enfuir.

« Nuage Enflammé ! Calme-toi ! feula Aile de Corbeau. Que s’est-il passé, Plume Douce ?
— Je ne sais pas, lâcha-t-elle, essoufflée. Il s’est jeté sur Pelage d’Ambre peu après notre départ.
— Quoi ? »

Estomaqué, le lieutenant relâcha la pression qu’il exerçait sur le ventre de l’apprenti, qui en profita pour le griffer au poitrail. Il se reprit aussitôt et bloqua de nouveau Nuage Enflammé. Il remarqua alors que les yeux du petit mâle n’étaient pas seulement fous, mais aussi vides. Il regardait ses camarades de Clan sans les voir, comme s’il ne les reconnaissait pas.

« Ne le blessez pas ! hurla Aile de Corbeau. Ce n’est pas le Nuage Enflammé que nous connaissions. Il lui est arrivé quelque chose ! »


Dernière édition par Souffle de Lune le Ven 30 Sep - 17:34:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Ven 7 Jan - 17:43:19

Chapitre 4

Aile de Corbeau avait à peine terminé sa phrase que Nuage Enflammé se détendit d’un coup. Les yeux de l’apprenti se révulsèrent, et ses pattes cessèrent de bouger. Un dernier spasme secoua son corps, puis il ne bougea plus.

Le lieutenant et ses compagnons retirèrent prudemment leurs pattes de la fourrure rousse, comme s’ils s’attendaient à ce que le novice recommence à se débattre. Mais il ne se passa rien. Nuage Enflammé était totalement immobile, tel une tache de sang sur la neige. Le vétéran noir regarda autour de lui : le Clan, pétrifié, s’était rassemblé autour de lui et de la patrouille de l’aube. Un silence terrible s’était abattu sur le camp.

Aile de Corbeau avança une patte tremblante vers l’apprenti. Il appuya sa patte sur sa gorge, délicatement, pour sentir son pouls. Mais le cœur de Nuage Enflammé avait cessé de battre.

« Il est mort », souffla le matou d’une voix blanche.

Plume d’Hirondelle, la guérisseuse du Clan de la Rivière, se détacha de la foule qui bruissait de chuchotements horrifiés.

« Que le Clan des Étoiles accueille son esprit comme celui d’un guerrier », murmura-t-elle tristement en donnant un coup de langue sur l’épaule du défunt.

Abasourdi, Aile de Corbeau ne savait plus quoi penser. Nuage Enflammé était-il un traître ? Pourquoi était-il mort aussi brutalement, alors qu’il avait toujours été en bonne santé ? Pourquoi l’avait-il attaqué, ainsi que Pelage d’Ambre ? À cet instant, il prit pleinement conscience de ce qu’impliquait la fonction de lieutenant. Il ne devait pas seulement composer des patrouilles. Il devait aussi rassurer son Clan et le guider face à l’adversité. Il n’avait pas le droit de rester sans rien faire alors qu’un de leurs apprentis était mort d’une façon inexpliquée dans des circonstances étranges. Même s’il ne comprenait rien à ce qui venait de se passer, il devait montrer à son Clan que la vie continuait.

Fort de ces nouvelles convictions, il poussa un puissant miaulement pour faire taire les cris de panique qui commençaient à s’élever dans la clairière.

« Ça suffit ! Calmez-vous. La mort de Nuage Enflammé est un coup terrible pour notre Clan. Mais il chasse avec le Clan des Étoiles, désormais. Nous ignorons les raisons pour lesquelles il est mort, mais je pense qu’elles sont liées à sa soudaine agressivité. »

Des murmures persistaient parmi la foule. Je dois les rassurer ! Pris d’une inspiration soudaine, il se tourna vers Plume d’Hirondelle, qui était toujours penchée sur le corps de Nuage Enflammé. S’ils ne me croient pas, ils écouteront au moins les paroles d’une guérisseuse.

« Plume d’Hirondelle, as-tu déjà entendu parler d’une maladie qui fasse perdre la raison ? »

La chatte noir-bleu leva la tête et la secoua négativement, l’air préoccupé.

« Le Clan des Étoiles t’a-t-il parlé récemment ? s’enquit-il.
— Pas du tout. Je ne sais pas ce qui a pu tuer Nuage Enflammé », déplora-t-elle.

Aile de Corbeau, déçu, se plongea dans ses pensées. Si c’est une maladie, d’où vient-elle et comment peut-on la traiter ? Soudain, la voix d’Étoile d’Or s’éleva dans la clairière, faisant sursauter le matou.

« Que tous ceux qui sont capables de nager se rassemblent pour entendre mes mots ! »

Encore abasourdi par la mort de Nuage Enflammé, Aile de Corbeau se dirigea au pied du rocher gris, prenant la place qui lui revenait en tant que lieutenant du Clan de la Rivière. Il constata que ses camarades étaient tous choqués et bouleversés. Un murmure continu s’élevait du groupe de félins endeuillés. Un murmure chargé de questions sans réponses et de sourdes inquiétudes. Et il y avait de quoi.

Étoile d’Or poussa un miaulement qui résonna étrangement dans le camp pour le faire taire. Le silence tomba, assourdissant. Puis la meneuse reprit la parole d’une voix ferme :

« Guerriers du Clan de la Rivière. Nous avons assisté à des événements étranges et tragiques, mais il est hors de question de s’emporter. Nous devons identifier la cause du mal de Nuage Enflammé – car il est évident que s’il avait été un traître, il n’aurait jamais agi aussi stupidement – et y trouver un remède. Plume d’Hirondelle, je compte sur toi. Je peux laisser quelques apprentis à ta disposition si tu as besoin d’une aide quelconque.
— Très bien, répondit la guérisseuse. Cependant, je crains de ne rien savoir au sujet de ce qui a pu rendre Nuage Enflammé aussi agressif. Il faut que j’aille à la Pierre de Lune afin d’interroger nos ancêtres.
— Hors de question ! feula Aile de Corbeau. Nous ne pouvons pas te laisser partir aux Hautes Pierres ! Traverser le territoire du Clan du Vent aussi peu de temps après la bataille serait un suicide. Qui sait ce dont ces guerriers au cœur de renard sont capables ? Et que ferions-nous sans une guérisseuse, s’il t’arrivait malheur ? »

Le Clan miaula son approbation. Agitant la queue d’un air agacé, Étoile d’Or réclama à nouveau le silence.

« Aile de Corbeau a raison, admit-elle. Mais c’est la seule solution dont nous disposons pour le moment. Cette maladie, ou ce mal, qu’importe comment on l’appelle, pourrait faire d’autres victimes, c’est pourquoi nous devons en apprendre le plus possible à son sujet. Je pense que nous devrions également envoyer des patrouilles rendre visite aux autres Clans afin de leur demander s’ils ont eu le même problème. »

Le lieutenant s’apprêta à protester, mais se retint. Elle a raison, se dit-il. Ce n’était pas le moment de fragiliser l’autorité du chef du Clan en s’interposant sans réfléchir alors qu’elle était parfaitement capable de prendre ses décisions elle-même. En y réfléchissant, ses idées étaient les meilleures solutions pour le moment. Ignorant les miaulements outrés du Clan qui refusait en grande majorité les propositions de sa meneuse, il demanda :

« Étoile d’Or, et le Clan du Vent ? Nous ne devrions vraiment pas passer sur leurs terres…
— C’est le seul moyen, martela-t-elle, faisant taire le Clan une fois de plus. Il ne faut écarter aucune piste, pour la survie de notre Clan. »

Marquant une pause dans le silence, elle reprit :

« J’ai décidé d’envoyer Aile de Corbeau et Plume d’Hirondelle à la Pierre de Lune. Mais d’abord, vous rendrez une visite pacifique au Clan du Vent. Entrez dans leur territoire, mais restez loin des gorges et près des Quatre Chênes. Attendez qu’une patrouille remarque votre présence. Lorsqu’ils viendront à votre rencontre, demandez-leur de vous mener à leur camp, et parlez-leur de cette maladie. Avant de partir, n’oubliez pas de leur annoncer que vous irez à la Pierre de Lune afin qu’il n’y ait aucun malentendu.
— Compris, approuva le guerrier en ne manquant pas de relever qu’Étoile d’Or n’évoquait pas l’éventualité qu’ils se fassent renvoyer ou pire, tuer.
— Je ferai de mon mieux, ajouta Plume d’Hirondelle en inclinant la tête en direction de son chef.
— C’est ridicule ! intervint Perle de Zéphyr, l’une des reines. Vous ne pouvez pas faire confiance au Clan du Vent, surtout si peu de temps après la bataille. Cela se terminera mal, j’en suis certaine. »

Le Clan approuva dans des miaulements d’appréhension. Aile de Corbeau les comprenait, mais il était hors de question de se laisser faire. Comme en écho à ses pensées, Étoile d’Or feula :

« Assez ! Je refuse que notre Clan meure à cause d’une stupide maladie. Nous avons encore notre fierté. Et ceux qui osent dire que demander de l’aide est une marque de faiblesse bien plus honteuse que d’être décimé par un mal étrange ont tort. Si nous sommes exterminés, les autres Clans se souviendront de nous comme des félins à la fierté bien placée, et non comme des guerriers orgueilleux à la cervelle de souris. »

Inquiet de la réaction que pouvaient provoquer ces paroles dures sur le Clan, Aile de Corbeau agita les oreilles et la queue dans un mouvement compulsif. Mais les félins étaient plus gênés que choqués, comme s’ils s’étaient rendus compte de leur bêtise.

« Bien, souffla la meneuse. Y a-t-il des volontaires pour les patrouilles qui rendront visite aux Clans du Tonnerre et de l’Ombre ? »

Quelques chats se séparèrent du groupe amassé sous le Promontoire et se rassemblèrent un peu plus loin d’un commun accord. Étoile d’Or approuva leur attitude d’un hochement de tête avant de bondir du Promontoire. Elle se dirigea vers Aile de Corbeau et Plume d’Hirondelle qui attendaient à l’opposé de la clairière.

« Finement joué, Étoile d’Or », remarqua la guérisseuse.

Un léger sourire dansa sur le visage de la guerrière. Son expression redevint sérieuse lorsqu’elle s’adressa à son lieutenant :

« Je compte sur toi, plus que jamais. Reviens-nous sauf et protège Plume d’Hirondelle à tout prix.
— Oui. Nous reviendrons entiers, c’est promis », affirma le vétéran noir.

Le chef les regarda un instant comme pour les graver dans sa mémoire. Elle tient vraiment à nous ! remarqua Aile de Corbeau avec surprise et joie. La meneuse avait beau être exigeante, elle s’inquiétait pour chacun de ses guerriers.

« Vous pouvez partir maintenant, dit-elle après avoir observé l’emplacement du soleil dans le ciel. Vous devriez avoir le temps d’atteindre la Pierre de Lune et de parler au Clan du Vent si vous vous dépêchez. Plume d’Hirondelle, tu ferais mieux de prendre quelques herbes fortifiantes pour Aile de Corbeau.
— Bien sûr, Étoile d’Or. »

Le lieutenant se rappela avec une pointe de compassion que les guérisseurs devaient rester à jeun pour communier avec le Clan de leurs ancêtres. La femelle noir-bleu trotta jusqu’à son antre et ressortit rapidement avec un ballot d’herbes qu’elle déposa devant le matou qui l’accompagnerait dans son périple.

« Nous partons, miaula ce dernier à sa meneuse d’une voix douce. Tu ferais mieux de t’occuper des patrouilles qui rendront visite aux autres Clans dès maintenant. »

Étoile d’Or secoua positivement la tête et s’éloigna, agitant la queue en signe d’adieu. Aile de Corbeau avala rapidement les herbes au goût amer et suivit Plume d’Hirondelle dans le tunnel qui menait hors du camp. J’espère que nous reviendrons.


Dernière édition par Souffle de Lune le Jeu 15 Déc - 20:44:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Sam 9 Avr - 17:07:06

Chapitre 5

Œil de Saphir bondissait à la suite d’une patrouille de guerriers du Clan du Vent, incapable de contenir sa joie. Je vais être papa ! ne cessait-il de se répéter. Feuille Argentée, sa compagne, lui avait récemment annoncé qu’elle attendait des petits. À chaque fois que les pattes grises du guerrier touchaient le sol, elles se trouvaient englouties dans une épaisse couche de neige. Lorsqu’il s’enfonça finalement dans une congère que ses camarades avaient évitée, recouvrant sa fourrure de taches blanches, le meneur de la patrouille se retourna et le toisa d’un air amusé. Il ne s’agissait de nul autre qu’Étoile Lointaine, le meneur du Clan du Vent. Malgré son grand âge, il insistait pour participer à la vie quotidienne de la tribu, et était réputé comme le chef le plus sage et le plus juste de la forêt.

« Allons, un peu de calme, croassa-t-il d’une voix râpée par le passage des années. Tu vas alerter tous les lapins de la lande en sautant comme ça.
— Pardon, miaula Œil de Saphir, sans pour autant parvenir à contenir sa joie. Ses yeux bleu pur brillaient de bonheur. C’est juste que…
— Oui, je suis au courant », miaula le vétéran avec un sourire entendu.

Un peu gêné, le chat gris agita la queue et baissa la tête. Les deux autres membres du groupe étaient Feu Follet, le frère de Feuille Argentée, et Lune Noire, une jeune femelle. Ils jetèrent à Œil de Saphir un regard complice. Visiblement, la nouvelle s’était déjà répandue à travers tout le Clan. J’imagine que Feuille Argentée en a parlé à Feu Follet, qui a transmis à tout le monde, pensa le félin. Enfin, ce n’est pas vraiment un secret.

Plongé dans ses pensées, le matou gris ne remarqua pas une deuxième congère et trébucha dedans, tombant la tête la première dans la poudreuse. Feu Follet et Lune Noire éclatèrent de rire, mais Étoile Lointaine tempéra leur ardeur d’un regard, et ils se turent.

« Voyons, Œil de Saphir, reprends-toi, miaula le vieux chef. À force de tomber dans la neige, tu vas bien trouver le moyen d’attraper un rhume. »

Le guerrier s’extirpa difficilement du manteau neigeux avant de se secouer avec énergie. Son pelage trempé lui faisait sentir la morsure du vent avec encore plus d’acuité. Frissonnant, il battit des paupières et se remit en route, vaguement humilié. Il rattrapa ses compagnons, qui avaient pris un peu d’avance. Soudain, Lune Noire s’arrêta et huma l’air avec application. Avant que quiconque puisse l’interroger, elle murmura :

« Je crois que j’ai senti l’odeur du Clan de la Rivière, droit devant. »

Inquiets, Feu Follet, Œil de Saphir et Étoile Lointaine dressèrent les oreilles. Le souvenir de la bataille qui avait vu tant des leurs mourir était encore vivace. Tout à coup, le félin gris ne sentit plus le froid : son corps brûlait de haine envers ces meurtriers à l’haleine de poisson.

« Ils vont regretter d’avoir osé s’aventurer sur nos terres », feula Feu Follet, faisant écho aux pensées du guerrier.

D’un signe de la queue, Étoile Lointaine leur indiqua de le suivre. Il trotta vers deux silhouettes qui demeuraient assises sans bouger non loin de la petite falaise qui menait aux Quatre Chênes. On dirait qu’ils nous attendent, remarqua Œil de Saphir. Bientôt, la patrouille se retrouva face à deux des plus éminents membres du Clan adverse : Aile de Corbeau, le lieutenant, et Plume d’Hirondelle, la guérisseuse. Tous deux s’inclinèrent très bas à la vue d’Étoile Lointaine, et ils attendirent que le vénérable chef prenne la parole en premier.

« Salutations, lança froidement ce dernier. Dites-moi ce qui vous amène sur notre territoire. »

La voix du meneur prouvait bien qu’il ne tolérerait aucune tentative de rébellion. Le jeune second d’Étoile d’Or s’inclina de nouveau avant de parler.

« Salutations. Le Clan de la Rivière a une requête à vous formuler. Pouvez-vous nous mener jusqu’à votre camp ?
— Vous nous prenez pour des cervelles de souris ? cracha Lune Noire avec hargne. Nous ne…
— Il suffit, Lune Noire, réprimanda le chef du Clan du Vent. Quel mal peuvent nous causer deux chats, dont une guérisseuse ? »

Après une courte pause et un regard respectueux lancé à Plume d’Hirondelle, Étoile Lointaine enchaîna :

« Pour que vous ayez l’audace de venir nous rendre visite si tôt après la bataille, vous devez avoir de réels problèmes. »

Plume d’Hirondelle acquiesça, l’air préoccupé.

« C’est malheureusement le cas. Nous avons besoin d’informations. Mais ne parlons pas de cela ici, s’il te plaît. Nous aimerions nous entretenir avec Cœur de Lune. »

Œil de Saphir cligna des yeux. Cœur de Lune était la guérisseuse du Clan du Vent. Si le problème du Clan de la Rivière était suffisamment grave pour que les deux guérisseuses soient obligées d’en parler, ils ne pouvaient pas refuser de leur apporter leur aide. Sa rancœur fondit comme neige au soleil et il jeta un regard compatissant aux deux intrus. Étoile Lointaine hocha la tête et indiqua aux félins de marcher à la suite de la patrouille.

Alors que le groupe, enrichi de deux nouveaux membres, se remettait en marche, Œil de Saphir se laissa imperceptiblement dépasser pour se retrouver au même niveau que le lieutenant et la guérisseuse. Cependant, ils conversaient à voix si basse qu’il ne put rien entendre de leur échange. Un peu déçu, il réalisa que le camp était déjà en vue. Peu après, la patrouille s’engouffra dans le tunnel qui donnait accès à la clairière protégée du vent. Le cœur d’Œil de Saphir s’embrasa lorsqu’il aperçut Feuille Argentée sortant de la tanière des guerriers et il n’hésita pas une seconde à s’écarter de la patrouille pour humer la douce senteur de sa compagne.

« Nos chatons, souffla le guerrier en regardant d’un air ému le ventre de la femelle grise, qui ne montrait pour le moment aucun signe de grossissement. De futurs guerriers pour notre Clan.
— Ces petits seront les meilleurs chasseurs de la tribu, j’en suis persuadée », miaula Feuille Argentée avec fierté.

Soudain, le futur père sentit son pelage le brûler. En se retournant, il se rendit compte que Feu Follet et Lune Noire l’observaient ; ils se détournèrent avant de se lancer l’un l’autre un regard complice. Étoile Lointaine et Aile de Corbeau n’étaient nulle part en vue, cependant Œil de Saphir aperçut le bout de la queue de Plume d’Hirondelle qui disparaissait dans l’antre de Cœur de Lune. Elles veulent parler à l’abri des oreilles indiscrètes, se dit-il. Quant au lieutenant, il doit être dans la tanière d’Étoile Lointaine. Reportant son attention sur Feuille Argentée, Œil de Saphir poussa un miaulement d’excuse et entortilla sa queue à la sienne. Sa compagne ronronna de bonheur.

« Dis, demanda-t-il, tu sais où est Feuille de Cèdre ?
— Je crois qu’elle est partie chasser, répondit la chatte grise. Pourquoi ?
— Je voulais juste m’assurer qu’elle était au courant de ce qui vient de se passer.
— Je parie que ça a un rapport avec Aile de Corbeau et Plume d’Hirondelle, devina Feuille Argentée.
— Exactement… Je crois que le Clan de la Rivière a un problème, et ils ont besoin de notre aide.
— Ils ont du culot de venir nous voir si tôt après la bataille ! s’indigna la jeune guerrière.
— Je crois que c’est vraiment grave, les défendit Œil de Saphir. Plume d’Hirondelle est en train de parler à Cœur de Lune.
— C’est peut-être une maladie, alors… Quoi qu’il en soit, j’espère que notre Clan ne sera pas affecté.
— Moi aussi. »

À cet instant, une chatte grise aux yeux d’un vert semblable à celui des feuilles qui naîtraient bientôt lors de la saison des feuilles nouvelles pénétra dans le camp enneigé.

« Tiens, voilà Feuille de Cèdre, justement », commenta Feuille Argentée.

Œil de Saphir acquiesça. Le lieutenant tenait dans sa gueule un lapin. À sa suite entrèrent Neige Ardente, un matou blanc et roux au caractère emporté, ainsi que Plume de Moineau, une femelle brune tachetée, qui portaient chacun une proie. Prenant congé de sa compagne, Œil de Saphir fila à la rencontre de la guerrière grise, qui déposait le produit de sa chasse sur la pile de gibier. Il inclina la tête avec politesse.

« Feuille de Cèdre, je te cherchais justement. La patrouille d’Étoile Lointaine est revenue et nous avons découvert deux membres du Clan de la Rivière, Aile de Corbeau et Plume d’Hirondelle, qui disaient vouloir s’entretenir avec notre Clan.
— Je savais bien que j’avais senti l’haleine de poisson de ces guerriers au cœur de renard en revenant au camp, feula-t-elle. Ils ont intérêt à avoir de bonnes raisons de venir nous importuner.
­— Je crois que c’est vraiment sérieux, les défendit-il. Plume d’Hirondelle est partie discuter avec Cœur de Lune dans son antre.
— Je vois, répondit Feuille de Cèdre. Mais la méfiance demeure de mise. Je vais rejoindre Étoile Lointaine – merci de m’avoir informée.
— Il n’y a pas de quoi », conclut Œil de Saphir.

Le lieutenant du Clan du Vent s’engouffra dans la tanière du chef à l’instant exact où Aile de Corbeau et Étoile Lointaine en sortaient. Les deux félins avaient l’air singulièrement préoccupés. Curieux, Œil de Saphir s’assit au centre du camp alors que les trois chats conversaient à voix basse – le chef avait pris place au sommet du Promontoire, et les deux lieutenants se tenaient assis au pied du rocher.

« Que tous ceux qui sont en âge de chasser s’approchent du Promontoire pour une assemblée du Clan », récita Étoile Lointaine.

Aussitôt, des têtes émergèrent de tous les antres disséminés dans le camp. Feuille Argentée rejoignit Œil de Saphir tandis que Neige Ardente et Plume de Moineau s’installaient non loin. Cœur de Lune, très inquiète, discutait avec animation avec Plume d’Hirondelle lorsque les deux guérisseuses sortirent de leur refuge. Celles-ci prirent place à côté d’Aile de Corbeau et de Feuille de Cèdre. Feu Follet et Lune Noire, qui flânaient près de la tanière des guerriers, trouvèrent une bonne place au premier rang. Rapidement, le Clan tout entier fut rassemblé dans la clairière. En apercevant les deux membres du Clan de la Rivière, les félins se mirent à murmurer, à la fois en colère et anxieux. D’un regard plein de reproches, Étoile Lointaine les fit taire.

« L’heure est grave, déclara le vieux chef dans un silence respectueux – c’était l’un de ces chats qui inspiraient le respect sans même avoir à hausser le ton. Une maladie étrange frappe le Clan de la Rivière. Pour le moment, seul un chat a été touché. Nuage Enflammé est mort dans des circonstances particulièrement étranges. En effet, peu avant d’expirer, il a été pris de folie et a agressé tous ceux qui se trouvaient à sa portée. Alors qu’Aile de Corbeau tentait de le maîtriser, l’apprenti est mort sans raison. »

Le silence sembla s’alourdir.

« J’ai pu parler avec votre guérisseuse, Cœur de Lune, déclara Plume d’Hirondelle. Nous ne connaissons pas cette maladie. Nous étions venus dans l’espoir que vous puissiez nous renseigner un tant soit peu. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Notre deuxième objectif était d’interroger le Clan des Étoiles. C’est ce qu’Aile de Corbeau et moi comptons faire ensuite : nous aimerions partir pour la Pierre de Lune maintenant, si vous n’avez pas de questions à nous poser. »

La guérisseuse regardait les membres du Clan du Vent, mais s’adressait évidemment au chef. Celui-ci, pensif, hochait la tête. Après quelques instants de réflexion, il reprit :

« Si l’un d’entre vous souhaite demander quelque chose à Plume d’Hirondelle, qu’il prenne la parole. »

Personne ne se proposa. Ils avaient tous l’air choqué et abasourdi.

« Très bien, soupira le chef. Plume d’Hirondelle et Aile de Corbeau, vous pouvez vous en aller à la Pierre de Lune, et Cœur de Lune vous accompagnera. Je n’ai qu’une seule requête : si vous apprenez quoi que ce soit sur la maladie, débrouillez-vous pour nous en informer.
— Bien sûr, nous le ferons, miaula Aile de Corbeau. Nous comptions rendre visite à tous les autres Clans en plus du tien, de toute manière.
— Parfait. Allez-y, maintenant : le temps presse. »

En effet, le soleil descendait rapidement dans le ciel, déjà bien plus sombre qu’auparavant. Ils devaient atteindre la Pierre de Lune avant que l’astre de la nuit soit à son zénith et la neige et le froid allaient les ralentir. Aile de Corbeau et Plume d’Hirondelle remercièrent le Clan de son hospitalité et quittèrent le camp, avec Cœur de Lune à leurs côtés. Aussitôt, Étoile Lointaine et Feuille de Cèdre se mirent à converser sous le Promontoire tandis que le Clan du Vent se séparait en groupes qui discutaient avec fébrilité et inquiétude. Œil de Saphir parlait avec Feuille Argentée, Feu Follet et Lune Noire.

« J’espère vraiment que tout ira bien, miaula Feuille Argentée. Je n’ose imaginer ce qui se passerait si nous étions touchés par cette horrible maladie.
— Oui, souffla Lune Noire d’une voix blanche. C’est peut-être très contagieux…
— Ou bien c’est un cas isolé et le Clan de la Rivière a paniqué pour rien, marmonna Feu Follet.
— Je ne sais pas… Aile de Corbeau et Plume d’Hirondelle avaient vraiment l’air inquiet. Je pense qu’ils sont sincères, dit Œil de Saphir. Et… »

Il ne put terminer sa phrase. Plume d’Hirondelle venait d’entrer dans le camp, le regard fou, du sang sur le museau. Immédiatement après elle, Aile de Corbeau arriva et lui sauta dessus pour l’arrêter alors qu’elle fonçait sur les félins rassemblés dans la clairière.

« Aidez-moi ! hurla le chat noir. C’est… la maladie ! »

Il haletait alors que la guérisseuse se débattait furieusement en crachant et en feulant. Choqué, Œil de Saphir sentit son cœur battre à tout rompre. Comment est-ce possible ? Sans réfléchir, ses pattes le portèrent vers le lieutenant du Clan de la Rivière, et il l’aida à maintenir la chatte au sol.

« Plume d’Hirondelle, c’est nous ! lâcha désespérément Œil de Saphir. Arrête !
— C’est inutile, feula Aile de Corbeau. Elle ne s’en remettra pas. Elle a déjà tué Cœur de Lune. »

Alors que les deux matous luttaient pour river la femelle habituellement docile au sol, des cris d’horreur s’élevèrent dans la clairière. Œil de Saphir aperçut Étoile Lointaine qui filait comme le vent vers la plaine. Il va vérifier s’il dit vrai, pensa Œil de Saphir, hébété.

« Traîtres ! feula soudain Neige Ardente. Vous nous avez attaqués !
— Oh, arrête un peu, avec tes bêtises, cracha Feuille de Cèdre. C’est vraiment pas le moment.
— Tu es stupide ou quoi ? C’était un piège ! » rétorqua le félin au sang chaud.

Quelques guerriers appuyèrent leur congénère à grands cris. D’autres se précipitèrent pour épauler Aile de Corbeau et Œil de Saphir – Feuille Argentée était de ceux-là. Certains restaient sur place, incapables de parler, alors qu’une poignée d’entre eux s’élançait à la suite du meneur du Clan du Vent. Plume d’Hirondelle continuait à s’agiter sans fin : elle était inépuisable, malgré sa frêle apparence. La maladie doit décupler ses forces…

Des miaulements horrifiés en provenance des plateaux résonnèrent soudain dans le crépuscule. Peu après, Étoile Lointaine et tous ceux qui l’avaient accompagné reparurent, traînant derrière eux le cadavre de Cœur de Lune, tuée proprement d’une morsure à la gorge. Le cœur d’Œil de Saphir manqua un battement. Non ! Il remarqua à peine que sous lui, Plume d’Hirondelle cessait de bouger et se détendait d’un coup en rendant son dernier soupir.


Dernière édition par Souffle de Lune le Ven 3 Fév - 20:20:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Dim 2 Oct - 12:40:43

Chapitre 6

Dès l’instant où Plume d’Hirondelle mourut, une chape de terreur tomba sur le camp du Clan du Vent. Les quelques félins qui demeuraient dubitatifs de l’annonce des deux représentants du Clan de la Rivière à propos de l’étrange maladie échangeaient des regards d’horreur. Entendre parler du mal étrange était une chose, y être confronté en était une autre.

Œil de Saphir observa Étoile Lointaine du coin de l’œil tout en ôtant ses pattes du corps immobile de la guérisseuse des chats de l’eau. Le vénérable chef avait l’air accablé, mais tous savaient que, pour le bien de son Clan, il allait devoir prendre des décisions. La situation des deux tribus endeuillées était précaire : toutes deux étaient privées de leur guérisseuse, élément pourtant essentiel à la survie d’un Clan. Les deux femelles étaient encore jeunes et n’avaient pas envisagé de prendre un apprenti pour transmettre leur enseignement. Comment allons-nous survivre sans pouvoir parler au Clan des Étoiles ? songea Œil de Saphir, ébranlé par les événements récents. Il restait debout sans bouger et avait l’impression que ses pattes s’étaient changées en pierre.

Soudain, il sentit un museau se frotter contre son épaule. La senteur délicate de Feuille Argentée emplit ses narines et l’apaisa. La chatte tremblait d’effarement devant les effets de la maladie, mais ce n’était rien comparé à la tristesse qui assombrissait son regard : en effet, Cœur de Lune était sa sœur.

« Que… Qu’est-ce qu’on va faire ? murmura Feuille Argentée.
— Je ne sais pas, répondit Œil de Saphir d’un miaulement mal assuré. Je… je reste avec toi. »

Le couple se serra comme pour se protéger. Non loin, Aile de Corbeau regardait le cadavre de Plume d’Hirondelle, une expression de pur bouleversement sur le visage. Seule sa queue remuait de droite à gauche : ses yeux et tout le reste de son corps paraissaient figés.

« Chats du Clan du Vent… »

Un frisson descendit le long du pelage gris d’Œil de Saphir. Il n’avait pas remarqué qu’Étoile Lointaine avait grimpé sur le Promontoire. Sa silhouette se découpait sur le ciel sombre. La lueur du clair de lune nimbait son pelage brun, mettant en avant son apparence frêle. Œil de Saphir s’assit près de Feuille Argentée pour écouter ce que le vieux meneur avait à leur dire. Ce dernier prit une grande inspiration, rassemblant son courage.

« Ce soir, il est arrivé des événements dramatiques à nos deux Clans », déclara-t-il.

Le matou fit un signe de tête à Aile de Corbeau, qui ne le lui rendit pas, trop occupé à scruter le corps sans vie de Plume d’Hirondelle. Il ne lui en tint pas rigueur et reprit :

« La mort de nos guérisseuses est un coup terrible, mais nous nous en remettrons, comme toujours. »

Le cœur d’Œil de Saphir se remplit d’admiration pour le vétéran. Sa voix était pleine d’une assurance inébranlable. Comment peut-il être si confiant dans ces circonstances ?

« Nous devons continuer à nous battre. Qu’importe l’identité de notre ennemi : Clans, blaireaux, chats errants ou maladie, nous devons défendre le code qui nous guide dans les jours les plus sombres, car il est seul à assurer notre cohésion envers et contre tous. »

Le Clan du Vent hocha la tête à l’unisson, ému par les paroles de son chef. Tant qu’il serait guidé par un héros tel que lui, rien ne pourrait l’abattre. Œil de Saphir se sentit revigoré par l’assurance d’Étoile Lointaine. Une fois de plus, il regarda Aile de Corbeau, qui semblait s’être remis en mouvement. Son regard était désormais fixé entre les yeux noisette du grand chef.

« J’ai décidé la chose suivante, continua le félin brun. Aile de Corbeau et moi, nous emmènerons le corps de Plume d’Hirondelle auprès du Clan de la Rivière, puis nous rendrons visite aux Clans de l’Ombre et du Tonnerre afin de les informer au sujet de cette maladie.
— Attends, intervint brusquement Aile de Corbeau. Étoile d’Or a déjà envoyé des patrouilles parler aux Clans du Tonnerre et de l’Ombre.
— Très bien. J’attendrai dans le camp du Clan de la Rivière afin de recevoir leurs messages, puis je rentrerai parmi mon Clan pour veiller Cœur de Lune, corrigea Étoile Lointaine. Quoi qu’il en soit, nous devons partir immédiatement. Feuille de Cèdre s’occupera du Clan du Vent en mon absence. »

Le chef du Clan du Vent bondit du Promontoire et se dirigea vers Aile de Corbeau. Celui-ci se leva et miaula :

« Je pense… je pense avoir une idée au sujet de la maladie. »

Étonnés, les guerriers du Clan du Vent dressèrent les oreilles tandis qu’Étoile Lointaine hochait la tête pour inviter le chat du Clan de la Rivière à poursuivre.

« La seule fois où Plume d’Hirondelle a été en contact avec Nuage Enflammé, c’était après sa mort, lâcha-t-il. J’ignore comment la maladie peut se propager, mais je crois que même les cadavres en sont porteurs. »

Des murmures horrifiés emplirent le camp. Tous ceux qui avaient aidé à maîtriser la guérisseuse du Clan de la Rivière dans sa folie agitèrent la queue, effrayés. Œil de Saphir était de ceux-là. Mais Feuille Argentée se pressa contre son pelage en ronronnant pour le rassurer, et il se sentit un petit peu mieux.

« Mais ne vous affolez pas, les tempéra Aile de Corbeau. J’ai peut-être tort.
— Ton hypothèse me paraît malheureusement plausible, si tu dis vrai, intervint Étoile Lointaine. Mais ce n’est pas le moment de nous torturer l’esprit avec cela. Je suggère que tout le monde se restaure, puis Aile de Corbeau et moi nous mettrons en route.
— Est-ce bien raisonnable, Étoile Lointaine ? Penses-tu avoir la force d’accomplir un tel voyage ? »

À la grande surprise de tous, c’était Aile de Corbeau qui venait de parler. Œil de Saphir l’observa, admiratif : il semblait se soucier sincèrement du sort du chef ennemi.

« J’y tiens, répliqua Étoile Lointaine d’une voix pleine d’assurance. Si je restais cloîtré dans le camp par couardise, je ne me montrerais pas digne du courage de mes guerriers.
— Très bien », capitula Aile de Corbeau.

Le Clan du Vent ainsi que le lieutenant du Clan de la Rivière se dirigèrent alors lentement vers la pile de gibier bien peu fournie. Nous allons devoir partager si nous voulons tous avoir quelque chose à nous mettre sous la dent, déplora Œil de Saphir. Je hais la saison des neiges ! Lui et Feuille Argentée prirent un lapin rachitique et s’installèrent aux côtés de Feu Follet et de Lune Noire, couchés devant une proie qui n’avait plus que la peau sur les os. Ils mangèrent en silence, inquiétés par les mystères de la maladie mortelle et attristés de la mort de Cœur de Lune et de Plume d’Hirondelle. Les deux cadavres avaient été déplacés au centre du camp, et étaient baignés de la lumière pâle de la lune. Non loin, Œil de Saphir aperçut Étoile Lointaine, Feuille de Cèdre et Aile de Corbeau qui discutaient à voix basse. Les pattes du matou gris le démangèrent soudain, et une envie irrépressible d’accompagner le chef du Clan du Vent et le lieutenant du Clan de la Rivière le submergea avec une violence qui le laissa coi.

« Qu’est-ce qui se passe, Œil de Saphir ? s’inquiéta Feuille Argentée tandis que Feu Follet et Lune Noire le regardaient bizarrement.
— Je… je dois aller avec eux, bafouilla-t-il, tremblant comme s’il était fiévreux, en pointant le bout de sa queue vers les deux félins concernés.
— Quoi ? Mais enfin, pourquoi ? s’étonna Lune Noire.
— Je ne sais pas… J’ai comme un pressentiment… »

Les trois compagnons d’Œil de Saphir échangèrent des coups d’œil effrayés, comme s’ils craignaient que la brusque décision du matou gris soit due à la démence provoquée par la maladie. Mais il n’y prêta aucune attention. C’était comme si une flamme s’était élevée en lui, carbonisant ses peurs, éclipsant ses propres désirs derrière sa lueur sauvage : il devait y aller. Il se leva brutalement et se dirigea vers le chef du Clan du Vent et les deux lieutenants en pleine discussion. Il sentit alors le pelage d’un chat se frotter contre le sien et s’arrêta quelques instants, étonné. Il s’attendait à voir Feuille Argentée auprès de lui, mais la chatte était toujours avec Feu Follet et Lune Noire. Elle avait les yeux grands ouverts, comme si c’était la première fois qu’elle voyait vraiment Œil de Saphir. Tournant la tête sur le côté à la recherche du chat qui l’avait effleuré, le guerrier aux yeux bleus aperçut soudain une lueur et comprit rapidement qu’elle provenait du pelage d’un guerrier du Clan des Étoiles. Son cœur se serra : le chat était presque invisible, comme s’il était incapable d’apparaître totalement. Un murmure siffla aux oreilles d’Œil de Saphir et il tendit l’oreille pour entendre ces mots :

« Tu dois y aller… »

Aussitôt, l’apparition se brouilla : comme l’eau à la surface d’une flaque se ride sous l’effet du vent, les étoiles qui brillaient dans le pelage du guerrier du Clan des Étoiles s’éparpillèrent et rétrécirent jusqu’à disparaître tout à fait. Œil de Saphir frissonna en comprenant que lui, un simple guerrier, avait reçu un signe de ses ancêtres. La flamme qui le poussait en avant s’éteignit doucement, et il n’hésita pas une seconde. Il fila auprès de Feuille Argentée et lui donna un coup de langue sur la tête pour s’excuser d’être parti si vite.

« Il faut vraiment que j’y aille. Je… Je viens de recevoir un signe du Clan des Étoiles. Je ne sais pas pourquoi ils veulent que je vienne, mais…
— Tu as avalé suffisamment de neige pour perdre la tête, tout à l’heure, s’amusa Lune Noire.
— Oui, renchérit Feu Follet, une lueur moqueuse dans le regard.
— Je ne suis pas fou ! protesta Œil de Saphir, vexé. J’ai vraiment vu un guerrier du Clan des Étoiles !
— Ce n’est rien, miaula doucement Feuille Argentée en se levant. Je te crois. Si tu dois y aller, j’imagine que personne ne t’en empêchera. »

Reconnaissant, le guerrier gris dit au revoir à sa compagne, et repartit aussitôt vers Étoile Lointaine et Aile de Corbeau, qui avaient fini leur proie et s’apprêtaient à partir.

« Attendez-moi ! Je veux venir ! » lança-t-il.

Les deux matous se retournèrent de concert et le toisèrent, étonnés, tandis qu’Œil de Saphir trottinait vers eux.

« Écoutez… Un guerrier du Clan des Étoiles est apparu devant moi… Il voulait que je vienne !
— Vraiment ? croassa le chef du Clan du Vent, interloqué. Qui était-ce ? T’a-t-il dit autre chose ?
— Il était presque invisible, comme si apparaître lui demandait beaucoup d’efforts. Je n’ai pas pu le reconnaître. Il m’a demandé de venir avec vous, puis il a disparu. »

Œil de Saphir se tut. Étoile Lointaine avait fermé les yeux, pensif. Le regard d’Aile de Corbeau était rivé dans celui du chat gris. Il ne cilla pas. Je n’ai aucune raison de mentir ! pensa-t-il, indigné. Si tu crois qu’un guerrier et un vieux chef peuvent attaquer un Clan à eux tout seuls, tu as vraiment une cervelle de souris ! Le chef du Clan du Vent rouvrit alors ses yeux et miaula :

« Si tu y tiens. Allez, partons. »

Œil de Saphir lui adressa un signe de tête reconnaissant et suivit les matous hors du camp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Mer 19 Oct - 14:09:54

Chapitre 7

« Je parie que j’arrive en première à la tanière des anciens ! s’écria Patte de Musaraigne.
— Ah ouais ? Prouve-le ! répliqua Petite Flamme en filant au devant de sa sœur.
— Tricheuse ! Tu es partie avant moi ! râla la petite chatte grise et blanche en rejoignant la femelle roux feu.
— C’est vrai, désolée, s’excusa Petite Flamme, la tête penchée. Bon, on refait la course, mais cette fois, jusqu’à la pouponnière !
— D’accord, concéda Patte de Musaraigne. À trois, on y va. Un, deux… »

Une ombre s’abattit sur la chatte, qui poussa un cri perçant et bondit de côté, le pelage hérissé, soulevant un petit tas de neige. Petite Flamme fit volte-face : Baie de Myrtille venait de sortir de la tanière des anciens et les surplombait, l’air mi-amusé, mi-irrité. La vieille guérisseuse à l’épais pelage brun tigré avait rejoint la tanière des anciens il y a peu de temps pour laisser sa place à Goutte de Pluie, son apprenti. Depuis, elle ne résistait jamais à l’envie de retourner dans l’antre du matou gris pour voir les progrès de Petite Flamme, qui rêvait de devenir guérisseuse à son tour et y passait un temps de plus en plus important à mesure qu’elle grandissait.

En effet, Petite Flamme allait sur ses six lunes. Contrairement à sa sœur Patte de Musaraigne, qui voulait devenir guerrière, elle était haute sur pattes et pouvait être facilement confondue avec une très jeune apprentie. Si Patte de Musaraigne était assez réservée avec les inconnus et se méfiait de tout, et surtout des apparences, Petite Flamme était bien plus espiègle et imprudente. La rumeur courait parmi le Clan de l’Ombre que le Clan des Étoiles avait fait erreur en attribuant leurs destinées à ces chatons : à l’évidence, la taille et le caractère de Petite Flamme étaient plus adaptés à la vie de guerrier ; et la même chose s’appliquait, inversement, à Patte de Musaraigne. Les deux chattes étaient ravies de contredire ce préjugé en affirmant chaque jour de plus en plus leur envie de suivre l’une ou l’autre des voies qui s’ouvraient à elles.

« Dites donc, les petites, vous faites assez de bruit pour réveiller un renard mort. Vous allez gêner les autres doyens, dit Baie de Myrtille, le ton chaleureux de sa voix adoucissant ses paroles de réprimande.
— Pardon, Baie de Myrtille, marmonna Patte de Musaraigne, honteuse malgré tout.
— Désolée, ajouta Petite Flamme. Qu’est-ce que tu voulais aller faire ? » demanda-t-elle avec espoir.

Elle va peut-être voir Goutte de Pluie !

« Mes articulations me font mal, se plaignit l’ancienne. Je voulais demander un onguent à Goutte de Pluie.
— Je peux venir ? s’exclama Petite Flamme avec ravissement.
— Bien sûr. Et toi, Patte de Musaraigne ? »

La sœur de Petite Flamme avait l’air contrarié.

« Non merci… Je vais attendre Écaille de Serpent, il devrait bientôt revenir de sa patrouille. Il m’apprendra peut-être une ou deux techniques d’attaque avant d’aller me coucher. »

Écaille de Serpent était le père des deux chatons. Il était parti récemment pour une patrouille du crépuscule près des Quatre Chênes. C’était un bon guerrier, quoiqu’un peu orgueilleux ; il ne comprenait pas le choix de Petite Flamme de devenir une guérisseuse. Cela l’agaçait.

« Oh, très bien, miaula Petite Flamme. À tout à l’heure à la pouponnière, alors ! En attendant, tu sais où me trouver. »

Elle donna un coup de langue sur la tête à sa sœur, s’excusant de la laisser seule. Puis elle bondit à la suite de Baie de Myrtille et pénétra dans l’antre de Goutte de Pluie.

C’était une petite grotte enclavée sous deux rochers et entourée de fougère. L’endroit était assez sombre, mais donnait une impression de sécurité. Les réserves d’herbes médicinales du guérisseur étaient cachées dans un recoin et soigneusement empilées. Petite Flamme reconnut, entre autres, de l’herbe aux chats, de la prêle, et des baies de genièvre. Pour le mal vert, les infections et les maux de ventre, récita-t-elle dans sa tête.

Goutte de Pluie était en train de laper lentement l’eau glaciale d’un petit trou au fond de la tanière. En entendant ses visiteurs arriver, il pivota, les moustaches dégoulinantes. Petite Flamme pouffa de rire : il n’avait jamais porté aussi bien son nom. Le matou gris cligna des yeux, amusé.

« Eh bien, dit-il, si le Clan a autant de guérisseurs, je ne vois aucune raison de s’inquiéter pour la fin de la saison des neiges. Jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons eu aucun malade. Il faut croire que le Clan des Étoiles veille sur nous.
— Exactement, approuva Baie de Myrtille. Dis-moi, pourrais-tu me donner de quoi soigner mes articulations ? Elles sont complètement raides depuis ce matin.
— Bien sûr. Petite Flamme, saurais-tu me dire ce dont elle a besoin ? Et n’oublie pas, si tu te trompes, elle pourrait mourir ! » la prévint-il, se retenant visiblement d’éclater de rire.

Petite Flamme ronronna, puis se mit à réfléchir. Hum… Alors… Pour les articulations, il y a les feuilles de consoude… Euh, non, les racines !

« Il faut mâcher des racines de consoude et les appliquer sur les articulations douloureuses, miaula-t-elle triomphalement.
— Bravo, c’est exactement ça ! » la félicita Baie de Myrtille.

Les yeux de Goutte de Pluie brillèrent de fierté.

« Je n’ai jamais vu un chaton avoir de pareils dons pour se souvenir des herbes médicinales, ajouta l’ancienne. C’est vraiment impressionnant !
— Je n’ai pas ton expérience, mais c’est vrai, elle est très douée, confirma Goutte de Pluie. Même si je ne suis pas prêt de mourir, ce serait du gâchis que de ne pas la nommer apprentie guérisseuse. »

Petite Flamme se sentait euphorique. Depuis six longues lunes, elle rêvait d’être apprentie guérisseuse. Son souhait serait bientôt exaucé. Enfin, elle pourrait aider son Clan et réconforter les malades au lieu de moisir dans la pouponnière ! Tournant la tête, elle aperçut soudain un nouveau petit tas d’herbes empilé sur une feuille de lierre, au fond de la réserve. Il était à peine visible dans l’ombre, mais Petite Flamme avait toujours eu la vue perçante. Les herbes portaient des fleurs violettes et dégageaient une odeur entêtante.

« Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-elle avec curiosité tandis que Goutte de Pluie mâchait les racines de consoude pour Baie de Myrtille.
— Oh, ça ? C’est de la lavande, répondit cette dernière après avoir humé l’air. Où l’as-tu trouvée, Goutte de Pluie ? »

Le guérisseur termina d’appliquer l’onguent sur l’épaule gauche de son ancien mentor avant de répondre.

« Au Charnier. Je passais à côté et je l’ai vue dans un drôle de récipient marron de Bipèdes. Feuille d’Érable me l’a conseillée pour lutter contre les rhumes à la dernière Assemblée ; j’en ai profité pour la prendre. Ça peut toujours être utile.
— Bonne initiative, l’encouragea Baie de Myrtille fièrement.
— Le Charnier ? Mais il y a plein de rats, là-bas ! s’écria Petite Flamme. C’est dangereux !
— Je suis prêt à tout pour aider mon Clan, Petite Flamme. Même à risquer ma vie ! déclara-t-il.
— Tu n’as pas intérêt à mourir avant que je sois prête à être guérisseuse ! le gronda Petite Flamme en plaisantant à moitié.
— Ne t’inquiète pas, ça n’arrivera pas, ronronna le matou gris.
— Bon, merci pour la consoude, Goutte de Pluie, miaula Baie de Myrtille avec gratitude. Je suis fatiguée, ces douleurs ont miné toute mon énergie… Je vais retourner dans mon antre. À bientôt, Petite Flamme. »

Son ancien apprenti inclina la tête en signe d’au revoir tandis qu’elle sortait et reporta son attention sur Petite Flamme.

« Alors, tu ne peux pas attendre d’être faite apprentie avant d’apprendre le nom de nouvelles herbes ?
— Ah non ! J’ai trop hâte ! s’exclama-t-elle.
— Je suis désolé, Petite Flamme, mais tu vas devoir apprendre la patience. Tu peux bien attendre quelques jours, n’est-ce pas ?
— Mais pourquoi attendre ? protesta la jeune chatte rousse.
— Parce que, la taquina Goutte de Pluie. Allez, je plaisantais. J’ai au moins aussi hâte que toi de revoir cette tanière peuplée par d’autres chats que des malades. »

Soudain, il y eut un grand remue-ménage dans le camp. Intrigués, Petite Flamme et Goutte de Pluie sortirent en trombe de l’antre. La patrouille d’Écaille de Serpent était de retour, mais elle n’était pas seule. En effet, trois chats qui portaient une étrange odeur, au pelage brillant et aux épaules larges et puissantes, l’accompagnait.

« Le Clan de la Rivière, murmura Goutte de Pluie, surpris.
— Que font-ils ici ? l’interrogea le chaton.
— Je n’en ai aucune idée. Allons voir. »


Dernière édition par Souffle de Lune le Mer 19 Oct - 15:44:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Jeu 15 Déc - 18:28:43

Chapitre 8

Petite Flamme suivit la piste tracée par les pas de Goutte de Pluie dans la neige froide et brillante qui enveloppait le camp du Clan de l’Ombre. Elle examina avec attention le félin qui se situait au centre du groupe des chats du Clan de la Rivière. C’était un grand matou roux clair aux muscles saillants et au poil épais. Ses yeux ambrés étaient sévères et jetaient des regards soupçonneux sur les membres du Clan de l’Ombre qui murmuraient entre eux, tantôt suspicieux, tantôt inquiets. Il avait l’air tendu, comme s’il se sentait mal à l’aise en territoire ennemi.

À sa droite se dressait une belle femelle à la fourrure argentée et à l’expression farouche ; il était également flanqué d’une chatte écaille aux yeux jaunes. Les deux guerrières semblaient plus préoccupées que méfiantes. Petite Flamme, quant à elle, était tout excitée. Ce sont de vrais guerriers des autres Clans ! songea-t-elle. Ils sont drôlement grands. Je me demande qui gagnerait s’ils se battaient contre nous… Nous, sûrement ! Nous sommes les meilleurs, les plus rusés et les plus subtils ! se dit-elle, fière de son Clan natal.

Elle chercha du regard Goutte de Pluie pour lui demander les noms de ces combattants, mais il avait disparu pendant qu’elle scrutait du regard les nouveaux arrivants. Elle le repéra soudain : il se frayait un chemin parmi les guerriers pour rejoindre le lieutenant, Fleur d’Orchidée. Celle-ci accueillait les visiteurs avec une froide courtoisie en attendant que le chef, Étoile du Mirage, qu’un des membres du Clan avait couru prévenir dans son antre, les prenne en charge. Une injonction autoritaire fit alors sursauter Petite Flamme.

« Petite Flamme, retourne à la pouponnière ! »

La jeune chatte fit volte-face : sa mère, Soleil Matinal, une belle reine au pelage roux clair, marchait vers elle, Patte de Musaraigne à sa suite. Cette dernière avait l’air agacé.

« Mais, maman, ça devient intéressant ! geignit Petite Flamme. S’il te plaît, laisse-moi regarder !
— Hors de question, rétorqua Soleil Matinal. Tu vas aller à la pouponnière et y rester.
— Mais nous sommes presque apprenties, protesta Patte de Musaraigne, et j’attendais le retour d’Écaille de Serpent pour qu’il m’apprenne des techniques de…
— Pas de mais, les petites. Ce sont des affaires de guerrier, vous êtes bien trop jeunes pour vous en mêler.
— Mais maman… »

Un simple regard suffit à faire taire les deux chatons : leur mère avait atteint ses limites. Penaudes, elles traînèrent la patte jusqu’à la pouponnière, se retournant fréquemment pour regarder ce qui se passait dans la clairière. Étoile du Mirage était finalement arrivé. Planté devant les trois guerriers, il se dressait fièrement comme pour protéger sa tribu par la masse de son corps brun et blanc.

« Que nous veut le Clan de la Rivière ? demandait-il de son impressionnante voix grave.
— Nous avons besoin de renseignements, miaulait calmement le matou roux clair qui se situait au centre, bien que son agitation fût palpable.
— À quel sujet ? »

Soleil Matinal pivota et, remarquant que ses chatons n’étaient toujours pas revenus dans leur tanière, les foudroya du regard. Petite Flamme et sa sœur se résolurent à entrer dans la pouponnière, devant laquelle elles avaient traîné pour entendre le plus possible de ce qui se passait. Une fois à l’abri de leur antre, elles se mirent à écouter le plus attentivement possible d’un accord tacite, mais les murs de ronces qui les enfermaient étouffaient la plupart des sons, et elles n’entendaient que quelques bribes de conversation.

« … en privé. »

C’était la voix du félin roux du Clan de la Rivière.

« Certainement pas, rétorqua Étoile du Mirage. Vous parlez au Clan entier ou vous ne… »

Un coup de vent empêcha Petite Flamme d’entendre la fin de la phrase. Frustrée, elle agita la queue.

« … bien, si c’est ce que vous voulez. »

Le chat du Clan de la Rivière paraissait agacé, comme si les exigences d’Étoile du Mirage l’ennuyaient. Il poursuivit :

« Nuage Enflammé, un de nos apprentis, est soudainement devenu… »

Une autre rafale empêcha Petite Flamme d’entendre.

« Crotte de renard ! » jura Patte de Musaraigne à voix basse tandis que des murmures d’étonnement se répandaient dans la clairière, en réaction aux paroles du visiteur.

« Comment ça, il les a attaqués ? »

C’était la voix de Fleur d’Orchidée, visiblement surprise.

« Oui… Et à peine avons-nous eu le temps de le maîtriser qu’il est mort. »

Cette fois, ce furent des cris d’horreur qui brisèrent le relatif silence.

« Tu as entendu comme moi ? chuchota Petite Flamme à sa sœur.
— Oui… Écoute ! » la rabroua-t-elle.

« … savoir si vous avez déjà entendu parler de cette maladie, disait le visiteur.
— Je n’en savais rien jusqu’à maintenant, déclara Goutte de Pluie.
— Moi non plus, ça ne me dit rien », intervint la voix de Baie de Myrtille, qui avait dû sortir de la tanière des anciens pour suivre l’événement.

Petite Flamme et Patte de Musaraigne s’entreregardèrent sans dissimuler leur consternation ni leur inquiétude.

« … alors j’imagine que nous pourrions faire se réunir tous les chefs et les guérisseurs pour aller à la Pierre de Lune, suggérait Goutte de Pluie à l’assemblée.
— Ça me paraît être une très bonne idée, répondit le guerrier du Clan de la Rivière.
— Je suis d’accord », approuva Étoile du Mirage.

Petite Flamme se mit à réfléchir à toute vitesse. Alors comme ça, le Clan de la Rivière est victime d’une sorte de maladie qui rend fou ! C’est vraiment bizarre… J’imagine que si ni Baie de Myrtille ni Goutte de Pluie ne savent de quoi il s’agit, seul le Clan des Étoiles pourra nous éclairer. Si seulement j’étais apprentie guérisseuse, je pourrais aller avec eux…

« … la nuit ici ? demandait Étoile du Mirage.
— Non, répondit le guerrier roux clair, nous devons d’abord prévenir le Clan du Tonnerre.
— Je vois. Dites-leur que Feuille d’Érable et Étoile de Glace devront être aux Quatre Chênes demain, avant minuit.
— Nous n’y manquerons pas. Soyez au rendez-vous, vous aussi.
— Évidemment, répondit Goutte de Pluie, avec une légère pointe de mépris dans la voix. Étoile du Mirage, il serait judicieux d’envoyer quelques guerriers les accompagner dans le territoire du Clan du Tonnerre afin d’être certains qu’ils font ce qu’ils disent.
— Si ça peut vous rassurer… railla le guerrier roux clair, visiblement irrité par le manque de confiance du guérisseur.
— C’est ce que je comptais faire en effet, répliqua le chef du Clan de l’Ombre. Maintenant, mettez-vous en route. »

Petite Flamme laissa retomber ses oreilles, jugeant que la partie intéressante de la conversation était terminée.

« Je ne vois pas pourquoi ils s’inquiètent autant pour une simple maladie, déclara Patte de Musaraigne. Si ce Nuage Enflammé est le seul à avoir été touché, alors je ne vois pas où est le problème.
— La maladie peut très bien se répandre ! répondit Petite Flamme.
— C’est peut-être une embuscade contre Étoile du Mirage et Goutte de Pluie !
— Ils ne sont pas stupides. Ils prendront leurs précautions. »

Les deux chatons entendirent soudain des bruits de pas : quelqu’un se dirigeait vers leur tanière. L’odeur de Soleil Matinal flottait dans l’air. En effet, la reine pénétra dans l’antre peu après.

« Vous n’êtes pas couchées, vous deux ? les interrogea-t-elle, amusée.
— Non ! On attendait que tu viennes nous raconter ce qui s’est passé, s’exclama Petite Flamme.
— Et j’imagine que vous ne me laisserez pas dormir tant que je ne vous aurai pas tout dit.
— Exactement ! » renchérit Patte de Musaraigne.

Soleil Matinal s’assit et commença à leur expliquer tout ce qu’elles avaient déjà entendu, en ajoutant des détails qu’elles n’avaient pas pu saisir. Leur mère était souvent sévère, et se rattrapait toujours en leur accordant ce qu’elles voulaient si elles avaient su faire preuve de patience. C’était une sorte de récompense pour ne pas avoir essayé de sortir en douce de la pouponnière – et même Soleil Matinal devait admettre que le jour où ses chatons deviendraient apprentis approchait à grands pas.

Lorsqu’elle alla se coucher, Petite Flamme mit du temps à s’endormir. Les paroles des visiteurs tournaient et retournaient dans sa tête, si bien qu’elle ne trouva le sommeil que tard dans la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Sam 4 Fév - 11:40:08

Chapitre 9

La ville était encore plongée dans l’obscurité : le soleil venait à peine d’émerger de l’horizon, et sa lueur sanglante peinait à vaincre les ombres des massifs bâtiments de cette partie du lieu. Un froid mordant semblait paralyser toute vie. Les nuages crachaient d’épais flocons qui étouffaient les sons, donnant l’impression étrange d’être enfermé dans une bulle.

Neige sur neige, la silhouette immaculée de Synapse passait inaperçue. Le chat blanc marchait résolument dans la poudreuse, ses yeux bleus perdus dans le vide. Il trouvait son chemin dans les rues comme s’il les arpentait depuis toujours. Sans afficher le moindre signe d’hésitation, il avançait d’un pas constant, comme au son de sa propre musique. Les rares voitures qui roulaient lentement sur la route, emportant avec elles des humains à l’air fatigué, ne paraissaient pas le perturber le moins du monde. Synapse emprunta la rue adjacente au trottoir sur lequel il marchait avant de traverser la route, porté par une assurance inébranlable – il n’avait même pas pris la peine de tourner la tête pour voir si des voitures approchaient. De là, il fit encore quelques mètres avant de sauter sur le rebord supérieur de la fenêtre condamnée d’une vieille maison de briques sales. Un autre bond emmena le matou blanc sur la première marche d’un escalier de secours rouillé qui grinça sous ses pattes, malgré la légèreté que laissait imaginer l’apparence squelettique du félin.

En quelques secondes, Synapse atteignit le toit de l’édifice. Plat, il était recouvert de neige pure – personne ne l’avait foulée avant lui. Il se plaça sur la rambarde à l’opposé du côté du toit où l’avait mené l’escalier et s’assit, enroulant sa queue autour de ses pattes. Il laissa le vent glacial jouer dans sa fourrure épaisse ; sa poitrine se gonflait et se dégonflait au rythme paisible et mesuré de sa respiration. Synapse avait fermé les yeux, visiblement dans un état de plénitude inégalée.

Il ne broncha pas lorsqu’une chatte, tout aussi maigre que lui, mais dotée d’un pelage gris sombre, apparut derrière lui, émergeant de la façade coiffée de l’escalier rouillé. Cette nouvelle arrivante s’approcha sans bruit, posant ses pattes dans les traces de Synapse avec précaution pour éviter de faire crisser la neige fraîche. Deux bonds séparaient les félins lorsque le chat blanc lança, ses yeux toujours fermés, dos tourné à l’intruse :

« Orage, c’est inutile. Je t’ai entendue à l’instant même où tu as posé la patte sur le toit.
— Tu n’es pas parfait, Synapse. Un jour, on aura ta peau, feula Orage.
— “On” ? Je crois que tu es la seule à vouloir prendre ma place de chef.
— N’importe qui ferait un meilleur chef que toi, rétorqua la femelle, le pelage hérissé.
— Vraiment ? dit le matou d’un air blasé.
Regarde-moi quand je te parle ! » explosa son interlocutrice, hors d’elle.

Synapse se leva brutalement et pivota pour faire face à Orage, puis il s’approcha d’elle jusqu’à ce que la fumée formée par leur souffle se mélange en une unique volute.

« Je suis aveugle, espèce d’idiote, souffla-t-il d’une voix presque inaudible, vibrante de haine contenue. Je ne peux pas te regarder. »

Orage ne parut pas impressionnée.

« Peu importe, cracha-t-elle. Le moindre des respects est de ne pas me forcer à m’adresser à ton dos.
— Le contact visuel n’a jamais été un impératif pour discuter. J’en suis la preuve vivante, gronda Synapse.
— Je ne suis pas venue ici pour parler de l’état de ta vision !
— Alors pourquoi as-tu amené le sujet ? demanda-t-il calmement, bien qu’on pût distinguer dans sa voix une ébauche d’agacement.
— Je n’avais pas eu l’intention d’en parler, mais puisque tu insistes… se moqua Orage. Comment veux-tu diriger correctement un Clan avec un tel handicap ?
— Je fais avec, répliqua Synapse. Comme toujours. Étrangement, tu es la seule à te plaindre de mon autorité…
— Tu es complètement naïf, ricana Orage. Je suis simplement la seule à oser te le dire en face. Je t’assure que ton… “autorité” a perdu sa valeur depuis longtemps. »

Synapse ne répondant pas, la chatte grise poursuivit sa diatribe :

« Le Clan des Ténèbres est immense. Notre territoire s’étend sur des kilomètres, des kilomètres de ville. Nous avons enfin atteint un lieu dépourvu d’humains où nous pourrons prospérer. Et toi, au lieu de nous encourager à nous battre pour éliminer les chats qui vivent là-bas, tu te ramollis. On dirait que tu as pitié d’eux. Tu m’écœures ! Qu’as-tu fait de cette “loi du plus fort” dont tu prônais les valeurs, hein ? Tu l’as jetée aux oubliettes ! Tu n’as même pas pris la peine de venir voir la forêt en personne. Monsieur préfère jouer les poètes solitaires, n’est-ce pas ?
— Et toi, tu préfères me noyer sous les paroles au lieu d’agir. Qu’est-ce que tu attends ? miaula Synapse.
— De quoi tu parles ? répliqua Orage.
— Vas-y, tue-moi et prends ma place, continua le matou blanc. Nous sommes seuls. Tu n’as qu’à me pousser dans le vide, et je mourrai. C’est aussi simple que ça.
— Tu es encore pire que ce que je ne pensais… Tu n’as même plus la volonté de vivre, le railla-t-elle.
— À ma connaissance, je demeure le seul à savoir ce que je pense.
— C’est ça. Tu n’agirais jamais ainsi si nous n’étions pas liés par la règle du Clan de la Lune.
— Possible, lâcha Synapse. De toute manière, si tu me tuais, personne ne reconnaîtrait ton autorité.
— C’est d’ailleurs pour cela que je ne l’ai pas fait plus tôt. Mais attends-toi à avoir de mes nouvelles, je n’en ai pas fini avec toi ! » conclut Orage avant de tourner les talons et de redescendre du toit.

Synapse se retourna et se rassit là où il était avant d’être interrompu par l’arrivée d’Orage. Le Clan de la Lune interdit la traîtrise, et c’est ce qui m’a sauvé… songeait le matou. Mais ils doivent comprendre qu’agir ainsi sur nos vies n’est pas naturel. D’abord, ç’a été l’influence sur les naissances, qui ont surpeuplé notre tribu. Puis la nourriture qui vient de nulle part. Et maintenant, d’après ce que j’ai entendu, le Clan de la Lune est en train de décimer les chats qui vivent dans la forêt à l’aide d’une maladie mortelle. Ça ne peut plus durer… Il faut que je nous sépare de ces guerriers-étoiles sanguinaires avant qu’il ne soit trop tard. En un sens, Orage a raison… Cela fait bien longtemps que je ne contrôle plus le Clan des Ténèbres. Et cela fait bien longtemps que le Clan de la Lune a commencé à traiter mes camarades comme un tout, et plus comme un ensemble d’individus bien différents. Nous sommes si nombreux que je sens que notre unité va bientôt éclater.

Synapse poussa un profond soupir chargé de désespoir.

Il faut que je sauve le Clan des Ténèbres. Je n’ai plus le temps de tergiverser. Nous n’avons pas besoin de terres, ni de membres. Nous avons besoin de cohésion et d’une raison d’être.

Ses yeux bleus se voilèrent de regret. Ils semblaient regarder quelque chose de précis à l’horizon, bien que ce fût impossible.

Clans du Tonnerre, de la Rivière, du Vent et de l’Ombre… Clan des Étoiles… Je vous en prie, pardonnez-moi. Je n’ai pas réussi à les arrêter à temps. Tout est de ma faute !

Synapse resta assis longuement, sous la neige glaciale qui parsemait son pelage immaculé de taches plus claires. Les rayons du soleil levant faisaient briller les flocons de sa fourrure, le changeant en une véritable statue de lumière. Le chef du Clan des Ténèbres était sur le point d’abandonner la bataille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Étoile
avatar

Souffle de Lune
Étoile

Féminin
Nombre de messages : 1453
Date de naissance : 22/04/1995
Age : 22
Date d'inscription : 16/08/2009
Réputation : 27
Points : 4178


Membre
Livre préféré::
Dernier livre lu::

MessageSujet: Re: Seek for the stars   Mar 6 Mar - 12:38:54

Chapitre 10

Lorsque Nuage du Lynx ouvrit ses yeux jaune vif, elle mit un certain temps à comprendre pourquoi elle avait l’impression d’avoir, à peu de chose près, un rocher en guise de cerveau. Non seulement elle avait dormi pendant une journée et une nuit entières – d’après la lumière qui filtrait entre les feuilles formant le toit de la tanière des apprentis du Clan du Tonnerre, il était presque midi – mais en plus l’accablement qu’elle avait ressenti avant de sombrer dans les ténèbres de son sommeil venait de revenir à sa mémoire si brutalement qu’elle en aurait titubé si elle s’était tenue debout. Cependant, quelque part dans son esprit, là où l’ancienne Nuage du Lynx – l’optimiste, la courageuse, la tenace – se terrait, un minuscule espoir, la folle envie que tout cela n’eût été qu’un cauchemar, répandait sa lumière, dissipant l’engourdissement qui semblait compresser sa tête. Tirée par ce mince fil qui la reliait à son envie de vivre, elle se leva d’un bond et sortit de l’antre sans même jeter un coup d’œil aux alentours pour voir si elle était seule.

Le camp était plongé dans un silence quasi complet. La neige le parait toujours d’une blancheur éclatante, bien qu’elle commençât à se tasser et à se salir à cause des allées et venues des guerriers du Clan du Tonnerre. Justement, des flocons tombaient du ciel, comme pour nettoyer les traces du passage des félins. Au plus grand soulagement de Nuage du Lynx, aucun cadavre ne se situait au centre de la clairière. Humant l’air, elle constata qu’elle était seule : personne n’était au camp ! Les odeurs les plus récentes dataient du lever du soleil. Mais pourquoi personne n’est là ? songea-t-elle, submergée par l’inquiétude. Est-ce que le Clan des Ténèbres est revenu ? Est-ce que… Non ! Je ne veux pas y croire ! se molesta-t-elle, décidée à ne pas sombrer dans la terreur. Il y a forcément des survivants. C’est ridicule.

Utilisant ses talents de traqueuse, elle suivit les traces laissées par ses camarades de Clan pour s’assurer qu’elle était en effet toute seule. Elle entra même avec prudence dans l’antre des guérisseurs, surprise de n’y même pas trouver les malades, Feuille de Frêne et Nuage du Cèdre. Son inquiétude redoubla, car cela ne pouvait signifier que deux choses : soit ils s’étaient remis par miracle, soit… Elle ne voulait pas y penser. Il était inutile d’aller voir la tanière des anciens, qui était vide depuis que son unique occupant avait succombé au mal vert. Ces vérifications faites, elle prit son courage à deux pattes et s’engagea dans le tunnel végétal.

Elle eut à peine le temps de marcher sur deux longueurs de queue de renard qu’elle entendit des bruits droit devant elle. Elle voulut se tapir dans les buissons à sa droite, mais c’était trop tard – seul un chat sourd et aveugle aurait pu ne pas la repérer. Heureusement, elle reconnut les odeurs familières de membres du Clan du Tonnerre. Presque aussitôt, le pelage blanc d’Étoile de Glace apparut entre les arbres. Cependant, son expression sombre et épuisée ne présageait rien de bon. Un frisson parcourut la fourrure brune de Nuage du Lynx. Derrière elle, Nuage Roux et Nuage Doré titubaient, tout deux blessés. Il n’y avait personne d’autre !

« Tu es réveillée, constata Étoile de Glace, d’une voix vide.
— Mais… Mais qu’est-ce qui s’est passé ? gémit Nuage du Lynx, choquée par l’état déplorable des deux apprentis.
— Le Clan des Ténèbres est revenu. Allez, retourne dans le camp, ne restons pas là. Je vais t’expliquer tout ce qui s’est passé depuis hier après-midi, quand tu t’es endormie. Mais il n’y a pas de temps à perdre, j’abrégerai. »

L’apprentie obéit, effarée. Elle était si préoccupée qu’elle ne songea pas un instant à courber la tête en signe de respect envers le chef de son Clan ; ce dernier ne sembla même pas s’en rendre compte. Après avoir traversé une nouvelle fois le tunnel d’ajoncs, mais dans l’autre sens, Nuage du Lynx suivit Étoile de Glace dans son antre. En voyant ses camarades apprentis lutter derrière elle pour avancer, elle ralentit le pas et se plaça entre eux pour les aider. Les deux jeunes félins, qui laissaient derrière eux des traces de sang, poussèrent un soupir de soulagement et s’appuyèrent sur la chatte brune avec reconnaissance.

Étoile de Glace s’assit et regarda les apprentis de ses yeux dorés. Nuage du Lynx n’avait presque jamais eu affaire à son chef personnellement, mais elle n’avait pas le loisir de se sentir intimidée. Elle avait bien d’autres soucis en tête. La jeune chatte s’assit également après avoir aidé Nuage Roux et Nuage Doré à s’allonger. Ils restèrent là, pantelants, visiblement morts de fatigue.

« Nuage du Lynx, comme tu auras pu le constater… Il n’y a personne ici, déclara Étoile de Glace. C’est car… nos effectifs ont encore diminué. »

Nuage du Lynx s’attendait à sentir son cœur exploser de douleur dans sa poitrine, ajoutant encore au choc de la veille. Mais elle ne ressentit rien. Rien d’autre qu’un vide, semblable à celui que portait la voix de la meneuse blanche. Un néant sombre et infini, un monstre vorace qui menaçait de tout dévaster sur sa route, de tout annihiler, de tout détruire. Mais elle le contenait encore en elle, pour le moment… L’espoir s’éteignit, soufflé comme une vulgaire flamme sous la tempête. Oui, il n’y avait plus d’espoir ; pourquoi continuer à vivre ?

« Le Clan des Ténèbres a continué ses incursions dans nos terres, continua la femelle blanche, faisant fi du tumulte de sentiments qui se mélangeaient dans la tête de Nuage du Lynx. Ils ont pris contrôle d’une partie du territoire – les Grands Pins ainsi que toute la partie sud de la forêt. Je n’arrive pas à croire qu’ils soient aussi nombreux : ils ont les moyens de nous envoyer des patrouilles d’une quinzaine de guerriers très régulièrement. À cause de cela, je ne peux pas me permettre de nous diviser pour ces batailles. J’ai été obligée d’envoyer le Clan entier à chaque attaque pour espérer les vaincre. Seules nos techniques de combat nous ont sauvés. Mais à ce rythme-là, nous ne tiendrons pas longtemps. Une folie semblable à celle qui a gagné Brume Matinale a emporté beaucoup des nôtres, sans parler du mal vert… Le Clan des Étoiles nous a abandonnés. Je… »

Étoile de Glace sembla retenir des larmes.

« … Je crois que le Clan du Tonnerre n’est plus », lâcha-t-elle, infiniment triste.

Nuage du Lynx avait l’impression d’avoir été changée en pierre. Jamais, au grand jamais, elle n’avait entendu parler d’un chef de Clan qui aurait abandonné ainsi. Nuage Roux et Nuage Doré ne réagissaient même pas. Leur respiration était rapide et saccadée : ils souffraient, de toute évidence.

« J’ai divisé le Clan en trois patrouilles pour garder le camp, se reprit soudain Étoile de Glace. Nuage Roux, Nuage Doré et moi-même formions l’une de ces équipes. Je vais chercher les autres et nous allons tous nous rassembler ici avant de nous réfugier à l’Arbre aux Chouettes : cette partie de la forêt est beaucoup trop dangereuse, maintenant. Reste au camp et occupe-toi de Nuage Roux et de Nuage Doré. »

Étoile de Glace passa alors en trombe entre Nuage du Lynx et Nuage Doré, sortant de la tanière.

« Attends ! s’exclama la femelle brune. Pourquoi tu ne m’as pas réveillée ? J’aurais pu vous aider ! »

Mais la meneuse ne sembla pas l’entendre. Pourtant, elle était sûre qu’elle aurait dû percevoir sa voix d’aussi près. Intriguée, Nuage du Lynx resta plantée là quelques instants, avant de se rappeler l’ordre qu’elle venait de recevoir. Sans plus attendre, elle fila vers l’antre des guérisseurs, désespérément vide. Elle se sentit mal, presque nauséeuse. Elle ne savait pas qui était mort. Feuille d’Érable, le mentor de Nuage Roux, était peut-être de ceux-là… Et son mentor à elle, Pelage de Fumée… Sans parler du lieutenant Ciel Gris et des autres apprentis, Nuage du Soleil et Nuage du Cèdre… Tous ceux auxquels elle tenait. Les larmes coulèrent sur son pelage tandis qu’elle repérait les toiles d’araignée dans la réserve d’herbes médicinales. Il y avait à peine de quoi recouvrir la moitié des plaies des deux apprentis.

Aussitôt, elle retourna auprès d’eux et les examina. Ils étaient au bord de l’inconscience et avaient perdu beaucoup de sang. Leurs blessures étaient indéniablement issues d’un combat qui avait dû être violent et sans merci. Nuage Doré avait déjà été blessée par Brume Matinale dans sa folie, se rappela Nuage du Lynx. Cela n’a pu que l’handicaper pendant la bataille. Quant à Nuage Roux, il n’a pas reçu d’entraînement martial, puisqu’il est apprenti guérisseur… Il n’a pas dû tenir bien longtemps face au Clan des Ténèbres.

La femelle brune s’appliqua à repérer les griffures et les morsures les plus graves subies par les deux jeunes chats. Nuage Roux avait une longue plaie sanguinolente sur le ventre, signe que l’on s’était acharné sans pitié sur la peau fine et fragile. Elle sépara les toiles d’araignée en deux ballots et en prit un pour Nuage Roux. Le pauvre matou aurait pu sans doute lui donner des conseils si seulement il n’avait pas été trop faible pour parler… Mais Nuage du Lynx dut se débrouiller sans son aide. Elle fit du mieux qu’elle put pour recouvrir les plaies les plus larges. En vain : à l’instant où elle posait les fils, ceux-ci se gorgeaient de sang, cessant dès lors leur action de pansement. Elle en fut si frustrée qu’elle manqua de hurler. Elle se sentait tellement inutile ! Pourquoi Étoile de Glace ne l’avait-elle pas réveillée pour qu’elle aide ses camarades à se battre ?

Très vite, l’apprentie guerrière arriva au bout de la petite pelote de fil. Furieuse contre elle-même, elle passa au cas de Nuage Doré. Ses plaies étaient moins graves, mais plus nombreuses. Elle repéra notamment une morsure très profonde dans sa nuque : heureusement, la jeune chatte arriva à ses fins beaucoup plus aisément, la zone à recouvrir étant moins vaste. Elle eut même suffisamment de toile d’araignée pour continuer ses soins. Elle se mit à réfléchir à toute vitesse : devait-elle consacrer le reste du pansement à Nuage Roux, qui était en piteux état, ou conserver l’équité ? Elle qui n’avait jamais voulu devenir guérisseuse, la voilà qui était obligée d’improviser, seule face à elle-même… avec, en jeu, la vie de ses compagnons de Clan. En comprenant que l’apprenti guérisseur s’affaiblissait très vite, elle utilisa le reste de la soie pour tenter d’endiguer le flot de sang. La situation n’était toujours pas très enviable, mais Nuage du Lynx avait au moins réussi à parer au plus pressé.

Soudain, elle entendit une cavalcade dans la neige. Elle sortit en trombe de l’antre : le reste du Clan était de retour. Tous entraient à la queue-leu-leu. Il y avait, bien sûr, Étoile de Glace, dont le pelage immaculé était exempt de blessures suite à la perte de sa vie ; Longue Griffe, qui boitait de la patte arrière ; Queue de Renard, dont l’oreille gauche avait été arrachée ; Lune de Jade, qui avait été éborgnée ; et Œil Vif, qui, recouvert de sang, grimaçait de douleur. Nuage du Lynx fixa intensément le tunnel d’ajoncs, attendant les prochains arrivants.

Mais il n’y avait personne d’autre.
Personne.
Cela signifiait donc que…
Tous les absents étaient morts, jusqu’au dernier.

Ciel Gris, le lieutenant. Feuille d’Érable, le guérisseur. Plume de Givre, Poil de Lièvre, Feuille de Frêne, Nuage du Cèdre, Nuage du Soleil. Et même… même Pelage de Fumée.

L’horreur glaça Nuage du Lynx. Huit. Huit morts. Et elle dormait pendant tout ce temps ! Elle dormait ! Elle n’avait rien pu faire pour les aider ! Rien du tout…

Elle brûlait de rage contre elle-même. Une rage dévorante, qui remplissait le vide creusé dans son cœur par la mort de ses camarades. Elle se haïssait. Tout simplement.

Œil Vif interrompit ses réflexions.

« Nuage du Lynx, Nuage Doré est toujours dans la tanière d’Étoile de Glace ? » demanda-t-il, le souffle court.

Elle acquiesça – le chef devait lui avoir dit ce qu’il était arrivé à la chatte écaille. Son mentor ne perdit pas une seconde et la rejoignit.

« Il va avoir besoin d’aide, miaula faiblement Nuage du Lynx, anéantie. Nuage Roux aussi est là-bas, et il a des blessures graves.
— J’y vais », lâcha Queue de Renard.

L’expression d’Étoile de Glace était indéchiffrable.

« Nous partirons dès que Nuage Roux et Nuage Doré nous auront rejoints », déclara-t-elle.

Ce qui restait du Clan du Tonnerre guetta avec une fébrilité grandissante l’entrée de la tanière d’Étoile de Glace. Finalement, quelques instants plus tard, Œil Vif ressortit, portant Nuage Doré par la peau du cou. Queue de Renard le suivait, avec Nuage Roux.

Mais quelque chose n’allait pas. Nuage Doré avait certes les yeux ouverts et bien vifs, malgré le voile de douleur qui les recouvrait, mais Nuage Roux était tout raide, immobile. Figée, Nuage du Lynx vrilla son regard dans celui de Queue de Renard. Son expression confirma ses craintes.

Elle avait échoué. Elle avait, par son incompétence, par sa faiblesse, causé ou contribué à la mort non pas de neuf, Cœur de Zéphyr incluse, mais de dix de ses camarades de Clan. Dix. Sa haine redoubla. Elle ne valait rien. Elle avait laissé tombé tout le monde.

De sa gorge naquit un feulement puissant, un son unique qui concentrait toute sa colère, toute sa peur, toute sa tristesse, toute sa haine, tout son dépit. Et quand l’air de ses poumons s’épuisa, elle tomba par terre dans la neige, secouée de sanglots incontrôlables. La rage avait disparu. Le vide était de retour.

Et cet dans cet état de prostration qu’elle perçut l’arrivée d’un nouveau groupe de chats dans le camp. La coquille vide qu’elle était devenue eut le réflexe de humer l’air pour les identifier. Elle reconnut rapidement l’odeur des Clans de la Rivière et de l’Ombre. Mais à quoi bon se lever pour les chasser ? Si même eux se mettaient à attaquer le Clan du Tonnerre, cela ne voulait dire qu’une seule chose : le Clan des Étoiles lui-même voulait leur mort.

Nuage du Lynx s’attendait à des cris, à voir le sang gicler, à sentir la mort. Mais rien de tout cela ne se passa. Elle n’entendit que des voix horrifiées.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? souffla un félin inconnu.
— Qu’est-ce que vous fichez ici ? cracha Étoile de Glace, en furie, en direction des intrus. Maudits charognards ! Vous croyez pouvoir vous approprier ce qui reste de notre territoire ? Tant que je vivrai, cela n’arrivera jamais !
— Quoi ? Mais nous ne sommes pas là pour vous attaquer ! » protesta une autre voix.

Vaguement intriguée, Nuage du Lynx fit l’effort de se relever. Les nouveaux arrivants étaient six, dont trois guerriers du Clan de la Rivière qui, étrangement, portaient aussi sur eux l’odeur du territoire du Clan de l’Ombre : un mâle roux clair, une femelle argentée au long pelage, et une chatte écaille-de-tortue aux yeux jaunes. N’étant jamais allée à une Assemblée, Nuage du Lynx ne pouvait pas mettre de noms sur leurs visages.

Elle détailla ensuite les chats du Clan de l’Ombre : il y avait un mâle brun tacheté dont la longue queue remuait de droite à gauche, un matou tout noir et une femelle rousse à la longue fourrure. Les six félins étaient tous en bon état, mais choqués par l’accueil peu chaleureux du chef du Clan du Tonnerre.

« Nous voulions simplement vous prévenir d’un terrible danger qui a touché le Clan de la Rivière, dit le chat brun tacheté du Clan de l’Ombre – Nuage du Lynx put ainsi deviner que c’était à lui qu’appartenait la deuxième voix.
— Et pourquoi c’est toi qui me dis ça, Écaille de Serpent ? railla Étoile de Glace. Depuis quand as-tu rejoint les mangeurs de poisson ?
— Étoile de Glace ! intervint Lune de Jade. Ce n’est pas le moment !
— Tu as raison, cracha la meneuse. Ça suffit. Laissez-nous sortir de notre camp.
— Pour aller où ? Nous avons des choses importantes à vous annoncer ! lâcha la chatte argentée du Clan de la Rivière.
— Eh bien, nous n’avons pas le temps de les entendre, répliqua Étoile de Glace.
— Je t’en prie, arrête, reprit Lune de Jade. Le Clan des Ténèbres n’est pas si près de notre camp. Nous pouvons nous permettre de les écouter.
— Hmpf… Très bien, mais vous avez intérêt à faire vite », concéda le chef du Clan du Tonnerre, une note menaçante dans son miaulement.

Les six visiteurs paraissaient surpris et inquiets. Ils ne s’attendaient sans doute pas à être accueillis par un Clan affaibli et sous pression. Le mâle roux clair du Clan de la Rivière prit une grande inspiration et demanda maladroitement :

« Mais enfin… Vous nous devez d’abord des explications ! Qu’est-ce qui a bien pu arriver au Clan du Tonnerre ? Et quel est ce Clan des Ténèbres dont vous parlez ?
— N’est-ce pas évident ? cracha Étoile de Glace, hors d’elle. Nous avons été décimés ! Massacrés ! Le Clan des Étoiles ne veut plus de nous !
— Mais c’est impossible ! s’exclama la guerrière écaille-de-tortue du Clan de la Rivière. Ne me dis pas que… qu’il ne reste plus que vous ? »

Un silence lourd de sens tomba sur la clairière.

« Je n’y crois pas une seconde, renifla le chat couleur de jais du Clan de l’Ombre. À mon avis, c’est un piège !
— Comment oses-tu, Aile de Geai ? hurla Longue Griffe. Nous sommes brisés ! Nous n’avons plus rien ! Ce n’est pas évident ? »

Nuage du Lynx retint un gémissement. Tout ce qu’elle avait connu, son univers, tout s’effondrait autour d’elle. Le Clan du Tonnerre était au bord de l’extinction. Et tout ce que ses camarades trouvaient à faire était de discuter vainement au lieu d’aller se réfugier à l’Arbre aux Chouettes. Cependant, elle avait trop peur d’intervenir. Elle était la seule apprentie présente – Nuage Doré, bien qu’en vie, n’allait certainement pas interférer avec les affaires des guerriers dans son état. La chatte brune avait honte d’être intimidée par ses propres camarades de Clan, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. La douleur que tous avaient subie en se voyant chasser de leur propre territoire et en regardant leurs amis et leur famille mourir les avait tous changés radicalement. C’était un fait indéniable : si le Clan du Tonnerre survivait… il ne serait probablement plus jamais le même.

« Écoutez, miaula Queue de Renard, pas très assuré. Je crois qu’il vaut mieux qu’on s’en aille maintenant. Nous discuterons une fois arrivés à l’Arbre aux Chouettes.
— Depuis quand es-tu devenu lieutenant ? l’agressa Étoile de Glace.
— Je veux simplement le meilleur pour mon Clan, répondit bravement Queue de Renard. Et ce n’est pas en restant ici, à la merci du Clan des Ténèbres, que nous pourrons survivre. Il faut partir immédiatement.
— Tant qu’Aile de Geai ne croit pas qu’on cherche à le piéger, s’entend, ajouta Longue Griffe.
— Oh, ça suffit ! Je croyais que vous vouliez partir d’ici au plus vite ? grommela Aile de Geai, plus vexé qu’énervé.
— Très bien, concéda Étoile de Glace, toujours aussi furieuse. Mais vous avez intérêt à nous suivre sans protester. »

La patrouille des deux Clans étrangers acquiesça à l’unisson, certains avec plus de réticence que d’autres. Le Clan du Tonnerre s’engagea à la suite de son chef, suivi de près par les six visiteurs. Œil Vif continuait de porter son apprentie. D’un accord tacite, ils laissèrent là le corps de Nuage Roux. Nuage du Lynx devina que tous les autres morts avaient subi le même sort : trop nombreux, ils n’avaient même pas eu l’honneur d’être enterrés selon les cérémonies ancestrales… Le trajet vers l’Arbre aux Chouettes, pourtant familier et pavé d’odeurs connues, parut interminable à Nuage du Lynx. Elle ne se sentait plus chez elle. Çà et là, son museau détectait les odeurs faibles de camarades tombés au combat ou ayant succombé au mystérieux mal qui avait ravagé le Clan. Ici, Feuille d’Érable s’était arrêté pour récupérer des graines de pavot ; là, Plume de Givre s’était tapie pour capturer une souris. Tout, absolument tout, lui rappelait ses camarades de Clan. Et étant donné toutes les calamités qui s’étaient abattues sur eux, elle doutait que le Clan des Étoiles continuât à veiller sur son Clan – elle doutait même que les esprits des morts trouvassent refuge dans la Toison Argentée à cause de cela, sans parler du fait qu’ils n’avaient pas quitté ce monde convenablement, avec la bénédiction d’un guérisseur.

La faim tiraillait le ventre de Nuage du Lynx. Elle n’avait rien mangé depuis une journée entière… Mais au moins, les blessures qu’elle avait reçues lors de son unique combat contre le Clan des Ténèbres ne lui faisaient plus mal du tout. Elle n’avait pas le temps de regarder, mais elle avait l’impression d’avoir totalement guéri. Maintenant qu’elle y pensait, cela lui parut étrange : récupérer aussi vite n’était pas commun.

Finalement, la petite troupe atteignit la clairière qui entourait l’Arbre aux Chouettes. Le soleil était déjà plus bas dans le ciel : l’après-midi était bien entamé. Étoile de Glace fit le tour de la clairière et fit signe à ses guerriers de s’arrêter d’un mouvement de la queue. Tous obéirent, y compris les patrouilles des Clans de la Rivière et de l’Ombre.

« Bien, miaula-t-elle. Si vous tenez tant à vous mêler de nos affaires, je vais tout vous expliquer. »
Les étrangers s’assirent et écoutèrent attentivement. Ils avaient de toute évidence senti le malheur qui s’était abattu sur le Clan du Tonnerre, au point de ne pas faire de commentaire lorsque les survivants avaient laissé le cadavre de Nuage Roux au camp, à la merci des charognards.

« Un mystérieux Clan nommé le Clan des Ténèbres nous a attaqués. Il vit dans le camp des Bipèdes, apparemment. Leurs membres veulent davantage de terres… Ils sont si nombreux que nous avons été balayés. Nous n’avions aucune chance de leur résister. Ils n’ont pas la moindre forme de code pour les régir, et ne montrent aucune pitié envers leurs ennemis. Sans parler de cette folie infâme qui a emporté huit des nôtres… »

Le regard de la meneuse se voila de culpabilité et d’horreur. Nuage du Lynx devina qu’elle repensait au meurtre qu’elle avait dû accomplir pour sauver son Clan de la folie de Brume Matinale. Mais tout cela n’avait fait que cinq morts ; elle comprit donc que trois des chats qui avaient disparu pendant son sommeil devaient leur décès à la même folie. C’est vraiment étrange… Comment la folie pourrait-elle être contagieuse ? se dit-elle.

« Une folie ? releva le matou roux du Clan de la Rivière, intéressé.
— En effet, Griffe de Léopard. Les chats atteints semblent perdre la raison et attaquer jusqu’à leur famille et leurs amis sans les reconnaître.
— Ce que vous appelez la folie est ce que nous appelons la maladie, déclara le dénommé Griffe de Léopard. C’est ce qui a causé la mort d’un de nos apprentis, Nuage Enflammé ; nous voulions vous demander des renseignements à ce sujet et vous prévenir que nous avions décidé d’organiser une réunion des chefs et guérisseurs aux Quatre Chênes, demain avant minuit, pour en discuter. De là, tous iraient à la Pierre de Lune pour consulter le Clan des Étoiles.
— Hah ! renifla Étoile de Glace. C’est un peu tard, souffla-t-elle avec amertume. Je n’ai même plus de guérisseur pour y aller avec moi… »

Elle détourna la tête et battit des paupières pour dissimuler ses larmes. Nuage du Lynx regarda la forêt : le vent semblait murmurer une mélodie macabre, hymne des conquérants des Ténèbres. Un frisson la glaça de part en part.

« Eh bien… Je n’ai pas le choix, n’est-ce pas ? souffla Étoile de Glace. Je serai là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Seek for the stars   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seek for the stars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Animations :: FanFictions :: FanFictions-