AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Wiki  

Partagez | 
 

 L'Étoile Polaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Lun 8 Aoû - 18:09:25

Chapitre 25

  • Nuage d’Hiver ne savait pas combien de temps il était resté évanoui. L’apprenti avait à peine conscience des voix lointaines qui lui parvenaient. Tout autour de lui était noir. Même la douleur ne le touchait plus, il était là, comme coupé du monde. Il fit un rêve, très simple. Il était sous un ciel nocturne, où chaque étoile semblait plus près les unes des autres. Mais des voix effacèrent cette illusion paisible.

    « Il est mort? »
    « Non, il a juste perdu beaucoup de sang... »
    « Mets en place le cataplasme, Nuage de Pavot, je dois m’occuper des autres chats. »

    C’étaient des voix que Nuage d’Hiver connaissait bien. Comme par magie, il ouvrit les yeux, se retrouvant étalé sur le sol mouillé du camp, là où il avait regardé le combat des deux chefs. Au dessus de lui se tenaient Nuage de Pavot, Nuage de Sapin, Nuage d’Océan et Déchue. L’apprentie guérisseuse lui mettait un cataplasme de feuilles et d’autres herbes médicinales, et le chat ne ressenti plus aucune douleur. Il regarda autour de lui, et s’étonna à quel point le camp était dévasté. Il y avait beaucoup de sang par terre, ainsi que de poils de toutes les couleurs. Nuage de Sapin semblait indemne, mais avait une vilaine coupure sur le museau. Déchue s’en était bien tirée, mais semblait exténuée, comme tous les chats autour de lui. Il poussa un léger soupir de soulagement lorsqu’il vut que Nuage d’Océan n’avait rien.
    « Nous sommes arrivés et il ne restait qu’un ou deux guerriers du Clan de l’Hiver dans la forêt », expliqua-t-elle.

    Nuage de Griffe semblait avoir beaucoup plus souffert. Il était allongé, essouflé comme jamais, et son oreille était déchiquetée, formant un bout rougi par le sang. Nuage d’Hiver entendit un hurlement. La guérisseuse remettait en place la patte arrière de Queue Touffue, qui était déboitée. Plume du Phénix ainsi que Rafale de Vent n’avaient aucune blessure apparente, et Étoile Sombre appela Museau de Cristal qui se dirigeait vers lui.
    « Quels sont les dommages ? »
    « Queue Touffue a une patte déboitée, il s’en sortira sûrement avec un léger boitement... » Elle s’arrêta quelques secondes, puis reprit, « Mais il est fort, et il se peut qu’il guérisse entièrement. J’aimerais le garder dans tanière avec Pelage de Lichens, qui ne s’est pas remis de son rhume. Il ne faut pas que ses blessures s’infectent, car sinon il pourrait attraper une maladie plus grave. Tout va bien chez les apprentis, je donnerais une graine de pavot à Nuage de Griffe ainsi qu’à Nuage d’Hiver – celui-ci a une vilaine plaie sur le côté du ventre, mais tout se passera bien s’il se repose. Sinon il y a quelques égratignures et la fatigue chez tous les chats, mais après une bonne nuit de sommeil tout va bien aller. »
    « Je te remercie beaucoup, Museau de Cristal. »

    Le regard de Nuage d’Hiver se tourna vers la pouponnière. Pelage de Puces était correct, et se tenait bien droit, tandis que Croc Sanglant réprimandait ses chatons, qui se bagarraient, refaisant la bataille qui venait de se dérouler. Rien n’avait perturbé leur innoncence enfantine, même pas les crocs d’un matou du Clan de l’Hiver. Puis, il entendit un appel au clan venant de ler chef. C’était assez inutile, puisque tous les chats étaient déjà au centre du camp. Étoile Sombre était fier sur son promontoire, de la bataille gagnée par son clan. Mais l’inquiétude si lisait aussi. Les dommages avaient étés graves, et tous les chats étaient fatigués. Juste en dessous du promontoire se tenait Rafale de Vent, assit bien droit, le regard pointant vers l’infini. Toutes les têtes se tournaient vers eux.
    - Braves guerriers!, commença le chef. Vous vous êtes bien battus! Mais je crains fort que cela ne soit que le commencement. En effet, le Clan de l’Hiver pourrait riposter, avec plus de guerriers! Le Clan de l’Automne le soutiendra sûrement, et ensemble, ils pourront nous vraincre. Les patrouilles redoubleront! J’ai besoin de volontaires pour la patrouille du crépuscule, puis une autre pour celle de nuit, et enfin un pour celle de l’aube. Éclair du Soir, Nuage d’Océan et Déchue, vous prenez la première. Goutte de Pluie, Rafale de Vent et Nuage de Sapin vous prenez la deuxième. Et finalement, Plume du Phénix, Pelage de Lichens ainsi que Nuage de Griffe vous prendrez la troisième.

    Heureux de ne pas avoir de patrouille, Nuage d’Hiver se releva. Mais Étoile Sombre n’avait pas fini, alors il se rassit gentiment. Les paroles que prononça le matou gris le surpis au plus haut point.
    - Vous vous êtes bien battus, ce soir, chers guerriers. Mais comme je l’ai dit, il y aura peut-être une autre attaque, alors nous devons être prêts. Nos apprentis doivent être formés, alors pour les remercier, ils pourront retourner à l’entraînement. Nuage d’Hiver, avec Plume de Phénix. Nuage de Sapin, avec Pelage de Lichens. Ainsi que Déchue, avec Queue Touffue.
    La jeune chatte sursauta de joie. C’était comme si elle était enfin acceptée dans le clan! Mais Nuage d’Hiver savait que tant qu’elle allait pas avoir on vrai nom d’apprenti, elle n’était qu’à moitié dans le clan. Au moins, c’était déjà ça. Tandis que Rafale de Vent leur jeta un regard noir, que Nuage d’Hiver ignora, Queue Touffue s’approcha de sa nouvelle apprentie. Étrangement, le fait que Déchue n’était pas du clan ne dérangeait pas le vétéran. Il était sage, et savait que la jeune chatte avait mérité sa place dans le clan, autant que chaque autre chat qui s’était battu aujourd’hui.
    « Je dois me reposer, à cause de ma patte, expliqua-t-il à Déchue. Alors Éclair du Soir te fera faire le tour de notre territoire lors de la patrouille du soir. Tu peux y aller tout de suite, il t’attends. »

    En effet, Éclair du Soir et Nuage d’Océan attendaient près de l’entrée du camp. L’apprentie au pelage blanc fit un sourire amical, et d’un mouvement de queue, invita Déchue à les rejoindre. Lorsque la patrouille eut enfin quitté le camp, Nuage d’Hiver se rendit compte que le crépuscule tombait déjà. Il avait dût être évanoui un bon bout de temps. Lentement, il se leva et alla vers le tas de gibier, son pelage blanc encore hérissé par la bataille. Il ne restait que de maigres restes de nourriture : Un oiseau, deux souris et un lapin ayant la peau sur les os. Poussant un soupir de famine, Nuage d’Hiver prit une souris, qu’il avala goulûmment. Quelques instants plus tard, Nuage de Sapin trotinna vers lui, et prit l’oiseau au plumage cendré, avant de s’asseoir à côté de son ami.
    « Demain, à l’aube, nous avons un entraînement de bataille, tous les deux! »
    « Super ! » s’exclama Nuage d’Hiver, content de faire enfin quelque chose.
    Ils continuèrent à parler, et la discution s’orienta vers la bataille. Chacun fit part de ses exploits du jours, puis, lorsque leur dîner fut terminé, Nuage de Sapin étouffa un baillement.
    « Je vais me coucher, il faut que je sois en forme pour la patrouille de nuit. »
    Nuage d’Hiver aquiesca d’un signe de tête, et tête basse, l’apprenti écaille se dirigea vers le saule. Lorsque le bout de sa queue fut disparu, Nuage d’Hiver regarda autour de lui. Le camp semblait plus calme, mais il sentait quand même de l’inquiétude dans chaque chat. En haut du Promontoire discutaient Étoile Sombre, Rafale de Vent ainsi que Museau de Cristal. Bien qu’il fût trop loin pour les entendre, Nuage d’Hiver savait qu’ils parlaient de la future bataille. Il ne put s’empêcher de penser ce qui se passerait si le Clan de l’Hiver reviendrait avec plus de guerriers, sans compter le Clan de l’Automne qui les suporterait sûrement. Pour se détendre, il regarda Nuage de Pavot qui faisait sa dernière tournée, distribuant des graines de pavot aux chats blessés. L’apprenti alla la rejoindre lorsqu’elle fut proche du saule pleureur formant la tanière des apprentis. Justement, la jeune chatte venait de finir une discution avec Nuage de Griffe, qui entra se coucher.
    « Tout va bien, Nuage d’Hiver ? » s’inquièta-t-elle.
    « Oui, merci... »

    A vrai dire, il commença à sentir la douleur dans son ventre : L’entaille était profonde, et le cataplasme ne faisait plus son effet. Mais il ne voulait surtout pas incommoder la jeune apprentie avec un travail supplémentaire, ni la guérisseuse qui avait encore beaucoup à faire. Comme si elle lisait dans ses pensées, Nuage de Pavot regardale ventre de l’apprenti.
    « Avant ton entraînement, demain, viens me voir, je te ferais un nouveau cataplasme... »
    Le jeune chat ouvrit la bouche, mais Nuage de Pavot devina son intention.
    « Inutile de protester! À demain, et bonne nuit! »

    Sans un mot de plus, la chatte écaille traversa le campement, avant de disparaître dans la grotte de la guérisseuse. Le jeune chat leva les yeux vers le ciel, mais déjà, la nuit était tombée. Il ne voyait aucune étoile, et la lune était cachée par les arbres. Il s’étonna que cette soudaine disparition le mit mal à l’aise. Soudain, un bruit le réveilla de sa rêverie.
    - Étoile de Froid, jamais tu ne vaincra mon clan!
    Il fit un bond sur le côté, quelque chose venait de le frôler. Sortant ses griffes, il fit volte-face, redoutant une seconde attaque du Clan de l’Hiver. Nuage d’Hiver ne put s’empêcher de rire de lui même, et poussa un soupir. C’était seulement Petite Comète qui jouait avec Petit Éclair. Ils s’amusaient à reproduire la bataille. Bientôt, Petit Éclair s’écria :
    « Pourquoi c’est toujours toi, le chef du Clan du Printemps ? »
    « Parce que je suis la meilleure ! » répondit tout simplement Petite Comète, comme si c’était l’évidence même.
    Avec un ronronnement d’amusement, Croc Sanglant arriva derrière le jeune apprenti.
    « Venez, il est temps d’aller dormir! »
    Petit Éclair, indigné par ce couvre-feu bien trop tôt, répondit :
    - Moi, je veux pas aller dormir! Je veux être apprenti, et me battre! Je veux devenir chef de clan! »
    Tandis que Nuage d’Hiver bougea ses oreilles d’un air amusé, souriant au jeune chaton, Croc Sanglant soupira, le jeune chat devina que cette requête avait dû être abordée bien des fois.
    « Voyons » répondit la mère « Tu sais bien que tu n’as qu’une lune, et qu’il en faut six pour devenir apprenti! Arrêtez de vous chamailler, et aller demander gentiment à Pelage de Puces s’il veut bien vous raconter une histoire. »

    Enchantés par cette merveilleuse idée, les deux chatons se bousculèrent jusqu’au tas de gibier, avant d’y prendre le maigre lapin, qui demeurait cependant la plus belle pièce de viande. Chacun prit une patte, et il le tiraillèrent jusqu’au tronc d’arbre creux, qui formait l’antre des anciens. Réjoui par cette suprise, Nuage d’Hiver entendit Pelage de Puces commencer un récit bien connu au sein des clans.
    - Il y a très longtemps, un chat, nommé Destin, naquit dans un clan ancien...
    Croc Sanglant, qui était restée au milieu du campement avec l’apprenti, étouffa un rire.
    « Ils racontaient les mêmes choses de mon temps! ... »

    Puis, la chatte se dirigea vers la pouponnière. Une fois de plus, Nuage d’Hiver leva les yeux vers le ciel. Il avait oublié que la pluie s’était arrêtée. À cette pensée, le tonnerre gronda, au loin. Une goutte de pluie tomba sur son museau, puis d’autres, mouillant légèrement son pelage blanc et ses pattes noires. Sentant qu’il était temps d’aller se coucher, Nuage d’Hiver traversa le campement en direction de sa tanière. A présent, tous les chats étaient couchés, sauf ceux de la patrouille, qui allaient bientôt revenir. L’apprenti s’ébroua, avant d’entrer entre les branches mouillées du saule, qui tombaient au sol. Il ne puque se réjouir de retourver sa litière, certes, plus très propre, mais au moins confortable. Méticuleusement, il commença à laver la plaie qui se trouvait sur son ventre.

    Tout à coup, une lumière l’éblouit, suivit presque immédiatement un bruit énorme, surpris le chat, mais aucun de ses amis ne se réveilla. Sachant qu’il n’avait rien à craindre du tonnerre, il posa sa tête sur ses pattes noires, et s’endormit aussitôt.

    Encore aujourd’hui, le jeune chat avait échappé à la mort. Mais elle ne s’en faisait pas. La mort était patiente.


_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Sam 27 Aoû - 2:42:51

Chapitre 26


  • Il était dans la forêt, plongée dans le noir absolu. Il regarda autour de lui, mais ne vit que les silhouettes sombres des arbres impressionnants. Il entendit bouger. Ne voulant pas rester au même endroit trop longtemps, le jeune chat commença à trottiner tout en observant autour de lui. Il entendit un bruissement, comme si quelque chose ou quelqu'un était près de lui. Son pelage blanc s'hérissa, il aimait de moins en moins cette situation. Puis, s'arrêtant, il tendit l'oreille encore une fois. Plus rien. Se disant que ce devait être le bruit des feuilles dans le vent, Nuage d'Hiver continua à se promener dans la forêt, cherchant une quelconque sortie. Tout à coup, il entendit des murmures. Il pressa le pas, mais les voix se rapprochèrent, au lieu de s'éloigner. Un autre bruit se faisait entendre, comme si un chat courrait dans les buissons. Puis un autre, et encore un autre. Il aurait voulu crier ''Le Clan de l'Hiver attaque!'' mais il ne reconnaissait plus l'endroit où il était, et ignorait si le camp était proche. Puis, les voix se rapprochèrent, dans un chuchotement incompréhensible. Enfin, Nuage d'Hiver déboula dans une clairière. La lune était cachée derrière les nuages, ainsi que les étoiles. Il regarda autour de lui et ce qu'il vit le fit sursauter. Des centaines de chats le regardaient. Il ne voyait que leurs yeux, qui brillaient comme des étoiles oubliées.

    Nuage d'Hiver se réveilla en sursaut. Ce n'était qu'un rêve, se dit-il, voulant se rassurer. L'aube devait déjà être levée, mais tous les apprentis dormaient encore autour de lui, sauf Nuage de Griffe qui allait bientôt revenir de patrouille. Le jeune chat hésita à réveiller Nuage de Sapin, qui avait eu une patrouille de nuit. Sans faire de bruits, Nuage d'Hiver sortit de la tanière, passant devant Nuage d'Océan. Il eut une étrange sensation de chaleur en voyant la jeune chatte endormie paisiblement. Lorsqu'il se faufila entre les branches du saule, l'apprenti cligna plusieurs fois des yeux, le ciel était parfaitement clair et le soleil, bien que pas très haut dans le ciel, illuminait de toute sa puissance. Nuage d'Hiver s'étira lentement, avant de regarder autour de lui. Personne. Tout le monde devait encore dormir, alors le jeune chat traversa le camp en silence. Il n'avait pas faim, ayant mangé assez tard la veille, alors il sortit directement du camp, peut-être qu'il trouverait une ou deux souris. Contrairement à son rêve, la forêt était illuminée et resplendissait. Il commença à marcher vers en direction de la falaise. La dernière fois qu'il y avait été c'était lorsque… Non, Nuage d'Hiver ne voulait pas y penser. Après plusieurs instants de marche, il décida de se dégourdir les pattes et commença à courir, levant le museau de temps en temps afin de repérer une proie, mais aucune odeur particulière lui parvint. Enfin, il arriva à la falaise. Comme le premier jour, il était émerveillé par le spectacle qui s'offre à lui. En contre-bas de la falaise continuait la forêt, coupée par une rivière. Nuage d'Hiver put même apercevoir un îlot en son centre. Puis, après ce petit coin d'eau, s'élevaient les montagnes, immenses et mystérieuses. Un jour, j'irais là bas, se promit Nuage d'Hiver. Puis, il alla visiter la tombelle Vieille Étoile, l'ancienne qui avait laissé sa vie ici, au cours d'une bataille. Le tas de pierre était juste à côté d'un arbre bien enraciné, qui se penchait dangereusement au dessus de la falaise. Pendant un moment, Nuage d'hiver se rappela la vieille chatte, qui l'avait toujours accompagnée, qui l'avait guidée dans le clan. Puis, il reprit son chemin.

    Enfin, il sentit quelque chose. Un lièvre! Le museau au sol, courant contre le vent, Nuage d'hiver entra à nouveau dans la forêt, et suivit la piste, sans trop regarder où il allait. Enfin, il vit la bête. Le lièvre avait un pelage brun gris, et de grands yeux noirs. Il était entrain de manger quelques fruits et graines au sol. Nuage d'Hiver s'accroupit et attendit le moment propice, se fondant dans l'herbe haute. Enfin, le lièvre avait fini de manger et tourna dos à son prédateur. Nuage d'Hiver saisit ce moment pour sauter sur l'animal, mais lorsqu'il se retourna dans les airs, il frappa quelque chose de plein fouet. Il se releva en vitesse, son pelage était tout hérissé. Mais il reconnut le jeune chat tigré qui se trouvait devant lui.
    « Vagabond ! » s'exclama-t-il.
    Cela faisait longtemps qu'il avait vu son ancien ami, qui appartenait toujours au Clan des Ténèbres. Vagabond avait beaucoup grandit, et ressemblait davantage à un jeune guerrier. La taille de tous les guerriers du Clan des Ténèbres était impressionnante.
    « Je suis aussi grand que toi, maintenant! » s'étonna Nuage d'Hiver.
    « N'empêche que je suis le plus fort! » Le jeune chat tigré fit une pause, avant de dire « Et puis, comment ça va? Et ma soeur est bien chez vous? »
    En effet, Déchue était la soeur de Vagabond. En disant ces mots, il fit une petite grimace ; Pour lui, son clan passait avant tout, et il fallait y rester loyal à la vie à la mort. Puis, Nuage d'Hiver répondit :
    « Oui, ne t'inquiète pas, elle s'entraîne bien, et elle a été acceptée au sein du clan ! Dis-moi, comment Diable a réagit face à un deuxième chat qui s'est enfui? »
    Pour ne pas inquiéter Vagabond, l'apprenti du Clan du Printemps avait dissimulé quelques faits, notamment sur la bataille, même s'il savait que son ami allait l'apprendre tôt ou tard, le Clan des Ténèbres était toujours le premier à être informé des batailles, des problèmes, et de d'autres choses. Vagabond marqua une pause, comme s'il n'était pas sûr de lui. Enfin, il répondit à la question :
    « Diable était furieux, bien sûr. Il a ouvert la chasse : Si Déchue, ou même toi, revenez sur le territoire, alors vous allez être tués, chaque guerrier en a été informé. Restez le plus possible au camp, ce sera le mieux. »
    Nuage d'Hiver frissonna, et sentit des fourmillements sur la cicatrice qu'il portait à l'épaule ; Là où Diable l'avait attaqué, dans le but de se débarasser du chaton inutile et trop petit. Puis, l'apprenti regarda la position du soleil. C'est avec horreur qu'il se rendit compte que le soleil était à demi-chemin vers midi. Il s'exclama à son ami :
    - Je dois partir et vite!
    - Tiens, roule-toi dans ce lapin mort, que je viens d'attraper, cela cachera l'odeur.
    Il vit un peu plus loin un lapin au pelage brun foncé, et exécuta le conseil de Vagabond. Tout de suite après, les deux amis se dirent au revoir.

    Nuage d'Hiver retraversa la forêt à la course. Son mentor allait-il se douter de quelque chose? Enfin, il déboula dans le camp. Tout était calme, mais plusieurs chats étaient déjà réveillés. Comme d'habitude, Rafale de Vent organisait les patrouilles, il parlait avec Plume de phénix qui avait dû revenir il n'y a pas très longtemps. Étoile Sombre discutait lui aussi, mais avec la guérisseuse. Il vit une ombre dans la tanière de la guérisseuse, c'était sûrement Nuage de pavot qui s'affairait déjà. Au fond du camp, Petit Éclair et Petite Comète s'amusaient avec une boule de mousse, sous le regard de leur mère. Il se dirigea vers le saule, justement quand Nuage de Sapin en sortait en baillant.
    « On devrait pas déjà être à l'entraînement ? » demanda le chat écaille, en s'étirant. « Tu as mangé quoi, ce matin, ça sent pas très bon… »
    À ce moment même, Plume du Phénix se dirigea vers eux.
    « Nous allons tout de suite à l'entraînement, jeunes chats. Ensuite nous avons une patrouille de chasse à midi… Nuage d'Hiver, as-tu mangé quelque chose ce matin? »
    « Non, pourquoi ? »
    Le jeune chat se rendit compte de sa gaffe. Il s'était roulé dans un lapin mort, comment pourrait-il expliquer cela? Il ouvrit la bouche, hésita quelques secondes et dit :
    « J'ai trouvé une carcasse de lapin dans la forêt, je me suis dit qu'on pourrait la manger, mais lorsque je l'ai prise dans ma bouche pour l'amener, ça puait le pourri, alors je l'ai laissée là-bas. »
    Le vétéran observa son apprenti quelques instants, l'air incertain. Il poussa un soupir, et finalement dit :
    - C'est bien beau, mais nous sommes en retard pour l'entraînement, allez, vite, Pelage de Lichens arrive, il nous rattrapera.
    À ce moment, Déchue sortit de la tanière. Queue Touffue arriva lui aussi et salua le petit attroupement.
    « Déchue, ce matin tu t'entraîneras avec eux, moi, je dois encore me reposer à cause de cette patte… »
    Son regard en disait long : Il aurait tellement aimé être avec son apprentie lors de leur premier jour, mais sa patte déboitée le faisait encore souffrir. Déchue s'approcha de lui, et compréhensive, murmura :
    « Ce n'est pas grave, repose-toi bien! »

    Tous ensemble, les chats quittèrent le campement du Clan du Printemps. Nuage d'Hiver, aux côtés de ses yeux amis, se demanda où ils allaient pour s'entraîner. Ne voulant pas poser la question, il se dit qu'il verrait bien une fois arrivé. En effet, ils arrivèrent enfin à la clairière du Grand Chêne, celle qu'il avait trouvé la première fois qu'il était venue sur le territoire du Clan du Printemps. Il fit quelques pas dans la clairière, trouvant le sol assez mou pour tomber sans se blesser. Puis, Plume du Phénix posa une question à Pelage de Lichens :
    « Tu voudrais bien prendre Nuage de Sapin et Déchue? Après nous ferons un changement »
    L'autre guerrier acquiesça d'un signe de tête et se dirigea de l'autre côté de l'arbre, avec les deux apprentis.
    « Alors, Nuage d'Hiver, lui demanda son mentor, Tu n'as jamais eu un entraînement de combat ? »
    L'apprenti ne savait pas trop quoi répondre. Plume du Phénix devait-il savoir qu'il s'était entraîné pendant plusieurs nuits avec Nuage de Sapin? Il décida en fin de compte de ne pas parler de ça. Il venait de devenir apprenti, il ne voulait pas retourner au camp pour renforcer le camp et changer les litières, comme il l'avait déjà fait.
    « Non… »
    « Bien, nous allons voir ce que tu sais faire, puis je t'apprendrais des techniques de notre clan. Attaque-moi. »
    « Quoi? »
    « Aller, fait ce que je te dis! »
    Nuage d'Hiver haussa des épaules. Comment attaquer ce guerrier beaucoup plus grand que lui? Après quelques instants de réflexion, il s'accroupit au sol. D'un mouvement vif, il fit semblant de sauter à gauche du matou, mais en fait il sauta à droite. Mais en bon guerrier, Plume du Phénix avait prévu le coup et fit volte-face. Aussitôt, les griffes rentrées, Nuage d'Hiver essaya d'asséner un coup de patte sur le visage de son mentor, mais celui-ci sauta sur le dos de l'apprenti et le fit rouler plus loin.
    « On fait une pause. » dit le grand guerrier.
    Nuage d'hiver essaya de contrôler sa peur. La dernière fois qu'il s'était ''entraîné'', Diable avait faillit le tuer. Sachant que Plume du Phénix ne voudrais jamais lui faire mal, il se calma un peu, mais son pelage resta encore hérissé. Gentiment, son mentor corrigea ce qu'il venait de faire.
    - La feinte était bonne, mais tu aurais dû être plus rapide. Lorsque tu fais un bon sur le côté, je parle du premier, tu aurais dû plus te lancer afin de jouer le jeu, car tu n'as fait qu'un petit mouvement alors ta tactique était à prévoir. Cependant je suis impressionné du résultat. Bravo!
    Ils passèrent le reste de l'entraînement à apprendre des mouvements. Vers la fin, Nuage d'hiver put même les tester avec Déchue. Étant tous les deux de très bons apprentis, le combat fut nul : Personne n'avait gagné ni perdu. Lorsqu'apprentis et mentors furent satisfaits, ils rentrèrent en direction du camp, toujours en passant par la forêt. Nuage d'Hiver n'avait pas voulu se plaindre, mais son entaille au ventre recommençait à lui faire mal. Il se dit intérieurement que ce soir, il irait voir la guérisseuse.

    Enfin, ils atteignirent le camp. Déchue et Nuage de Sapin allèrent se reposer, ayant fait une patrouille cette même nuit, alors ils attendirent Nuage d'Océan qui partirait avec eux, accompagnée de Rafale de Vent, qui revenaient tout juste de la patrouille du territoire. La jeune chatte semblait fatiguée, et Nuage d'Hiver pensa que son mentor, très fier, attendait trop d'elle. Dans un bâillement, elle salua l'autre apprenti :
    - Saaaaaalut, Nuage d'Hiver!
    Au son de la voix de la chatte, la journée du jeune chat s'illumina. Il décela cependant l'épuisement dans la voix faible de Nuage d'Océan.
    « Tu devrais te reposer plus, sinon tu vas être malade… »
    « Quelle bonne idée ! » s'exclama Rafale de Vent, puis continua d'une voix méchante : « Et pendant que tout le monde dort, c'est qui qui va s'occuper de trouver à manger? De faire des patrouilles? De se battre contre le Clan de l'Hiver? Notre jeune Nuage d'Hiver, j'imagine! Notre fier, et grand guerrier tout puissant! À peine apprenti, et déjà tu te prends la tête! »
    Plume du Phénix ouvrit la bouche, comme pour protester. Mais sachant qu'il n'y avait rien à faire, il abaissa un peu ses oreilles, et d'un coup de queue impatient, dit aux autres :
    - Allons, nous allons pas rester ici toute la journée.
    Comme si c'était le signal de départ, la petite troupe partit dans la forêt, se dirigeant vers la Grotte aux Ours. Nuage d'Hiver fut touché que Plume du Phénix ait essayé de le défendre, il ne pensait pas que son mentor était capable d'en faire autant pour lui. En cours de route, Nuage d'Océan s'éloigna un peu de son mentor, et rejoint son ami qui était à l'arrière. Dans un chuchotement, elle remercia le jeune chat :
    - Merci, mais ça va bien… Je suis un peu fatiguée, mais personne n'a le temps de se reposer ces temps-ci.
    Nuage d'Hiver ne sut pas vraiment quoi répondre, alors il balbutina quelques paroles dont personne ne comprit le sens. La chatte ne put rien ajouter ; Ils étaient enfin arrivés.

    Encore une fois, en voyant la grotte, l'apprenti frissonna. Il n'aimait pas trop cette bouche géante et noire qui avalait la forêt. Il se demanda si des ours l'habitaient en ce moment. En voyant que son apprenti était incertain, Plume du Phénix le rassura :
    - Nous n'irons pas à l'intérieur, mais les souris aiment bien se cacher dans les côtés de la caverne. Il suffit d'attendre devant leurs trous.
    Les chats se mirent en place, chacun ayant son petit trou de souris. Les minutes passèrent, mais rien. Puis, Nuage d'Hiver entendit un bruit derrière lui. Doucement, il se retourna, et proche d'un buisson, il vit un écureuil qui s'était éloigné de son arbre, grignotant une noisette. L'ayant remarqué aussi, Rafale de Vent se précipita vers la boule rousse, mais avant qu'il ne put bouger, Plume du Phénix lui donna une petite tape sur l'épaule avec le bout de sa queue. Il fit signe à son apprenti de tuer l'écureuil. Voulant prouver qu'il était assez doué à la chasse, il se positionna en donnant le meilleur de lui même. Il mit son poids sur ses pattes arrières, attendit un instant, comptant dans sa tête le moment où il allait sauter. Lorsque l'écureuil releva la tête, Nuage d'Hiver bondit, et donna un coup de dents dans le cou de sa proie. Dans un dernier couinement, elle retomba sur le sol, ne bougeant plus. Le jeune chat redressa la tête fièrement. Rafale de Vent commenta tout de suite l'apprenti :
    « On aurait un blaireau aveugle! Le poids était mal répartit, tu as attaqué au mauvais moment! Ta patte a frôlé ce cailloux, tu aurais pû faire plus attention! Tu était dos au vent, cet écureuil était vraiment stupide pour ne pas t'avoir repérer avant! »
    Avant que le pauvre chat ait pû protester, ils entendirent un bruit de feuilles. Tous tournèrent la tête vers Nuage d'Océan, qui n'avait pas quitté son poste, et qui était entrain d'exécuter un bond très élégant, atterrissant griffes première sur une souris assez dodue. Deux secondes plus tard, elle l'avait dans la bouche, tandis que son mentor s'exclamait de la beauté du saut :
    - Vous voyez! Face contre le vent, une position parfaite, un atterrissage bien visé, et un petit bond rapide et élégant! C'est ainsi que l'on chasse!
    Nuage d'Océan bougea de la queue, gênée. Puis, le guerrier roux argumenta :
    - Pour une première fois, c'est très bien! Après tout, tu viens de commencer ton entraînement, alors que Nuage d'Océan chasse depuis bientôt quatre lunes! C'est vrai que tu aurais dû sauter avant, lorsque l'écureuil avait la tête baissée. Mais tu l'as eu et c'est le plus important. »

    Ils continuèrent à chasser, et lorsque le ciel commença à descendre vers le ciel, ils rentrèrent vers le camp. Nuage d'Hiver était content : En plus de son écureuil, il avait attrapé une souris. Nuage d'Océan avait ramené deux souris, Rafale de Vent, aussi, avec un lapin en chemin de retour, et Plume de Phénix avait eu une souris, un mulot et un oiseau d'assez bonne taille. Son mentor l'avait bien aidé et lui avait montré des techniques nouvelles, comme une des plus importantes, ne pas chasser dos contre le vent, ''sinon la proie sentira ton odeur avant que tu sentes la sienne''. Il avait aussi corrigé sa position avec assez de succès. Lorsqu'il attrapa sa deuxième proie, déjà Rafale de Vent avait moins de commentaires négatifs. En revenant, ils furent acclamés par tout le clan pour avoir amenés autant de proies, et ce soir là, tout le monde mangea comme il le faut. Nuage d'Hiver mangea la souris avec Nuage de Sapin, et ensemble, ils discutèrent des techniques de chasse. Lorsqu'ils eurent finis, Nuage de Sapin fut appelé dans la tanière du chef, Nuage de Pavot l'accompagna. Se demandant de ce qu'il s'agissait, mais ne voulant pas être indiscret, Nuage d'Hiver pris une souris sur le tas de gibier, et l'amena à Croc Sanglant, qui regardait ses chatons chasser un papillon de nuit.
    « Merci beaucoup! » lui répondit doucement Croc Sanglant.
    Elle commença à manger, tandis que Petite Comète supplia Nuage d'Hiver de jouer avec eux. Avec bon coeur, le jeune apprenti leur montra ses techniques de chasse fraîchement aquises. Petite Comète se révéla assez douée pour son âge, tandis que Petit Éclair ne tenait pas en place et courait partout. Lorsque ce dernier percuta une troisième fois contre sa soeur en grande concentration, Nuage de Sapin et sa soeur sortirent de la tanière du chef, accompagnés de Queue Touffue et de Goutte de Pluie. La chatte traversa le camp, et à la grande surprise de tous s'arrêta devant la pouponnière.
    « Je vais avoir de petits ! » s'exclama-t-elle, sa voie remplie de joie.
    Petit Éclair commença à courir autour de la nouvelle reine, se disant qu'il y aurait - enfin - un peu plus d'action dans la pouponnière. Petite Comète fit remarquer d'un air intelligent que le ventre de Goutte de Pluie n'était pas si gros que ça. Puis, elle demanda qui était le père.
    « Moi » répondit Queue Touffue « C'est notre deuxième portée. »
    Deuxième portée? Donc le sage vétéran aimé de tout le clan était le père de Nuage de Sapin et de Nuage de Pavot?! C'était une surprise totale pour Nuage d'Hiver qui en resta ébahi. Il avait vu souvent ses amis parler à Queue Touffue, mais jamais il ne serait douté de cela… Après quelques secondes de réflexion, il se rendit compte qu'il était dans un troupeau de chats venus féliciter la nouvelle mère. Il fit comme tout le monde, et Goutte de Pluie le gratifia d'un sourire étincellant. Puis, Croc Sanglant déclara que la nouvelle reine devait se reposer, et lui passa la langue sur l'oreille la dirigea vers la pouponnière. Petit Éclair voulut déjà aider à faire une litière pour la chatte grise, et celle-ci le remercia chaleureusement. Lentement, les chats se dispersèrent. Il vit Nuage d'Océan rentrer vers le saule, et lorsqu'il voulut lui tenir compagnie, Nuage de Griffe accourra, se souciant de la fatigue de la jeune chatte, alors que lui même n'était pas plus beau à voir. Il vit Rafale de Vent rassembler quelques guerriers pour des patrouilles. Il fit quelques pas vers le lieutenant, mais une petite boule noire l'arrêta.
    « Nuage d'Hiver! Vient voir la litière que j'ai fabriqué! »
    Se demandant si Petit Éclair viendrait un jour à bout de son énergie, l'apprenti retraversa le camp pour contempler le chef d'oeuvre. Une chance que le chaton n'était pas apprenti, car Nuage d'Hiver n'aurait pas voulu qu'il change sa litière. En effet, il avait fait un tas de branches, de ronces et de fougères tassées, et de mousse roulée en petites boules. Nuage d'Hiver ne put faire que s'extasier, afin que le chaton le laisse partir. Enfin, lorsqu'il pu quitter la pouponnière, Petit Éclair invitait Goutte de Pluie à se coucher. L'apprenti s'éclipsa doucement, et remarqua que la nuit était tombée depuis un bon bout de temps.

    Tout à coup, la fatigue l'assaillit comme jamais. Sans y penser, ses pattes le menèrent vers sa litière toute fraîche, faite par Nuage de Griffe. Il se demanda si ce dernier savait faire des lits meilleurs que les chatons. Souriant, il se laissa tomber sur la mousse, dans un bruit sourd. Il se dit qui si toutes les journées étaient ainsi, sa vie serait la plus belle du monde. Enfin, il avait le ventre plein, de l'entraînement efficace ainsi que des nouveaux membres du clan qui allaient bientôt arriver. Tout était bien. Mais il ne se doutait pas que c'est dans ces moments que le pire est à venir. Le sourire encore aux lèvres, ressemblant à un ange innocent, il sombra dans le monde merveilleux qu'est celui des rêves...

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mar 30 Aoû - 1:37:03

Chapitre
27

  • Plusieurs aubes avaient passées, et les beaux jours de la saison chaude devinrent des beaux jours de la saison des feuilles mortes. L'air était beaucoup plus frais, même si le soleil brillait encore. Les feuilles s'illuminaient de rouge, de jaune et d'orange, et déjà quelques unes étaient tombés au sol. Au camp, les préparatif battaient leur plein. Les guerriers voulaient bien remplir le tas de gibier avant le long hiver qui les attendait. Queue Touffue s'était remis de sa blessure, et entraînait avec joie sa nouvelle apprentie. Nuage d'Hiver et Nuage de Sapin avait fait d'énormes progrès, et savaient comment chasser et se battre assez bien. Petit Éclair et Petite Comète grandissaient de jour en jour à mesure qu'ils approchaient leurs deux lunes, alors que le ventre de Goutte de Pluie grossissait de jour en jour, même s'il restait environ un ou deux quartiers de lune avant l'accouchement. Étrangement, le rhume de Pelage de Lichens revint, une fois de plus, mais plus fort, cette fois-ci. Museau de Cristal commençait à s'inquiéter, il ne fallait pas que la maladie se propage.

    C'était le soir de la pleine lune, jour du Grand Rassemblement, et peut-être la première de Nuage d'Hiver. Alors qu'il était revenu de chasse avec Nuage de Sapin et Déchue, ramenant à lui seul un oiseau, un petit lapin et une souris, il vit Étoile Sombre et son lieutenant discuter sur le Promontoire. Tous deux avaient l'air tendus. Envisageait-ils une attaque du Clan de l'Hiver? Ses pensées se confirmèrent lorsque son chef appela une assemblée du clan afin de discuter ce sujet. Lorsque tous les chats furent présents, sauf les chatons et Croc Sanglant qui attendaient près de la pouponnière, le matou au pelage sombre commença à parler.
    « Comme vous le savez, ce soir, il y a un Grand Rassemblement. Nous pensons que c'est à ce moment que le Clan de l'Hiver et de l'Automne vont nous attaquer, sûrement juste après le départ des clans. Nous devons nous tenir près. Voici ceux qui viendront avec moi : Rafale de Vent, Queue Touffue, Plume du Phénix, Nuage d'Océan, Nuage d'Hiver et Nuage de Sapin. »
    Heureux de venir enfin, il fut cependant triste que Déchue ne puisse pas les accompagner. C'était sûrement plus sûr ainsi, car la jeune chatte pourrait être attaquée par son clan. Quelques chats s'éloignèrent, mais visiblement, Étoile Sombre n'avait pas fini.
    « Museau de Cristal et Nuage de Pavot, vous préparerez des remèdes au cas où. Je veux que Pelage de Lichens, Éclair du Soir, Nuage de Griffe et Déchue restent au camp si nous avons besoin de renforts. Tout de suite après, nous organiserons une patrouille qui fera le tour de notre territoire. Rafale de Vent la mènera, avec Plume du Phénix, Nuage d'Hiver et Nuage de Sapin. Les autres rentreront aux camp. Pendant le Grand Rassemblement, j'ai besoin de ceux qui resteront au camp pour solidifier les parois, donc Croc Sanglant et Goutte de Pluie vous pourrez aussi participer. »
    « Et nous ? » s'écria Petit Éclair.
    Étoile Sombre poussa un ronronnement amusé, visiblement touché par le chaton.
    « Petite Comète pourra aider sa maman à renforcer les parois, et toi, tu pourras te mettre à l'entrée du camp avec Pelage de Lichens. Ton aide nous sera très précieuse si tu sens quelque chose d'anormal. »
    Sautillant de joie, Petit Éclair s'approcha de Pelage de Lichens. Étoile Sombre continua à parler, mais Nuage d'Hiver n'écouta plus, regardant le chaton noir qui énervait le guerrier brun et blanc, visiblement concentré par les paroles de son chef. Lorsqu'il en eut assez, il donna un petit coup de queue à Petit Éclair, qui tomba sur le sol dans un grand mouvement. Quelques chats qui avaient vus la scène firent un sourire d'amusement, mais le chef sur le promontoire n'avait rien remarqué.
    « … gagner! Et nous allons gagner! Vous êtes les guerriers les plus braves que la forêt ait jamais connue! »
    Un concert de miaulement suivit la fin du discours, et chaque chat alla se placer où il devait être. Nuage d'Hiver, en compagnie des autres apprentis qui venaient au Grand Rassemblement, se dirigèrent vers la sortie du camp. Lorsque tout le monde fut prêt, Étoile Sombre d'un mouvement de queue, invita les chats à partir.

    Au cours du trajet, Nuage d'Hiver ne put s'empêcher de frémir d'excitation. C'était enfin son premier Rassemblement! Il avait entendu les guerriers ou encore Nuage de Sapin en parler… Cela devait être super, de rencontrer pleins d'autres chats et de voir discuter les grands chefs de Clan! Ces pensées occupèrent toute la traversée de la forêt. Enfin, à l'orée du bois, Nuage d'Hiver aigusa sa vue afin de voir l'emplacement où ils allaient aller. Il n'aperçu rien, sauf une petite montagne blanc, au loin. Ils marchèrent, marchèrent et marchèrent, et enfin arrivés, Nuage d'Hiver resta ébahis devant ce qu'il voyait. La montagne était en fait un tas d'os de chats, et d'animaux, la plupart étaient mal lavés, ensanglantés et puant la charogne. En haut, trônait fièrement Diable, toujours aussi grand et ses yeux aussi rouges que le premier jour. Nuage d'Hiver frissonna. Il comprit enfin que les chats des Clans, même ceux de l'Hiver, étaient petits comparés au chats du Clan des Ténèbres. Le pied de la ''montagne'' ensevelissait une partie de quatre rochers, qui ensemble formaient un carré. Il y en avait un blanc, pour le Clan de l'Hiver, un gris pâle pour celui du Printemps, un beige pour celui de l'Été et un brun foncé pour celui de l'Automne. Chaque chef sauta sur son rochers, et tout le monde attendit en silence le début. Diable posa ses yeux rouges sur Nuage d'Hiver, et ce dernier se cacha en dessous de l'ombre du rocher gris, ne voulant pas se faire remarquer. L'avait-il vraiment vu? Pour se détendre, l'apprenti regarda autour de lui. C'était la première fois qu'il voyait autant de chats, de toutes les couleurs et de toutes les tailles. Devant le rocher du Clan de l'Été, se trouvait un chat assez grand mais très mince, au pelage crème pâle.
    « C'est Poil de Campagnol. » lui souffla Nuage de Sapin.
    Il s'amusèrent ainsi à regarder les autres chats, sans bouger de leur place, puisque personne ne faisait de mouvement, mais chuchotaient doucement. Nuage d'Hiver chercha des yeux sa mère, ou peut-être même Vagabond, mais il ne vit que Cicatrice, Brume, Assassin, et d'autres guerriers du Clan des Ténèbres.
    « Silence! » aboya Diable.
    Tous les chats se turent, certains se redressèrent les oreilles en avant, pour écouter le Grand Rassemblement, alors que d'autres, les oreilles plaquées sur leur crâne, étaient exaspéré de Diable.
    « Étant le Grand Chef, je vais commencer. Notre chatte, Sauvage, va bientôt avoir des petits. La saison des neiges arrive, et nous aurons plus de bouches à nourrir. Mes guerriers sont forts et redoutables, mais on déjà pas beaucoup de temps à eux, si en plus ils doivent chasser. C'est pourquoi à partir de maintenant, et à chaque Grand Rassemblement, vous devrez nous apporter une partie de vos proies… »
    Des miaulements d'indignation se firent entendre de partout. On entendait plus que des paroles, ou des questions apeurées :
    - Pourquoi? Nous aussi nous avons nos chatons!
    - Quoi? Personne n'a jamais chassé pour un autre clan!
    Une voix plus forte que les autres s'éleva, calme et assurée, c'était Feuille d'Érable, du Clan de l'Automne :
    - Nous avons des chatons, des anciens et des reines à nourrir! Pourquoi en plus chasser pour vous? Cela signifie que vous êtes trop faibles pour le faire vous même! Vos guerriers ne valent pas mieux!
    « Faites-le taire. » répondit simplement Diable, d'une voix sans regret.
    Assassin plaqua par derrière le guerrier, et sans qu'il ne pu faire un mouvement, ou que quiconque pu le sauver, Assassin planta ses griffes dans l'épaule de Feuille d'Érable. Après avoir hurlé de douleur, Feuille d'Érable se releva, la tête plus basse en signe de soumission, mais le pelage toujours hérissé. D'un ton neutre, Étoile Brisée dit :
    - Poil de Cerfeuil, ramène-le au camp.
    « Vous voyez, continua Diable, c'était un avertissement. La prochaine fois que quelqu'un s'opposera à moi, il mourra. Et si un Clan me désobéi, je tuerais du plus vieux des Anciens jusqu'au plus jeune et innocent chaton qui sera sur mon chemin. »
    Certains chats osèrent ouvrir la bouche, mais sous le regard grave de Diable, ils la fermèrent aussitôt. C'est Étoile Brisée, chef du Clan de l'Automne qui commença :
    - Notre clan n'a rien à rapporter, sauf quelques cas où sévirait une maladie inconnue, mais tous nos guerriers sont remis sur pieds et prêts à se battre, s'il le faut.
    La vieille chatte lança un regard à Étoile de Froid puis à Étoile Sombre. Ce dernier plissa les yeux, ne sachant comment interpréter ce signe. Enfin, Étoile de Lumière ouvrit la bouche, brisant le silence glacial qui régnait parmis les chats :
    - Nous avons eu aussi quelques malades, Oeil Blanc a été le plus atteint, mais se porte mieux désormais. Tous nos autres chats sont en bonne santé, et le clan prospère dans la joie. Nous avons d'ailleurs deux nouveau apprentis : Nuage de Saule et Nuage d'Épines!
    Les clans clamèrent leurs noms, tandis qu'ils regardaient une petite chatte fière et à la tête haute et un chaton un peu plus gêné d'être le centre d'attention de tout le monde. Enfin, les cris finirent, et ce fut au tour d'Étoile Sombre à parler :
    - Mon clan se porte bien, nous avons eu aucun malade, et une de nos guerrières va avoir des petits. Nous devenons de plus en plus forts!
    Il avait prononcé cette phrase comme une mise en garde. Nuage d'Hiver fut un peu déçu de ne pas avoir été nommé comme étant un nouvel apprenti, mais Étoile Sombre n'avait pas non plus parlé de Déchue et de Nuage de Sapin. L'apprenti pensa qu'il valait mieux que ça reste secret, surtout devant Diable qui ne manquerait pas de venir chercher ceux qui ont trahis son clan. Enfin, et en dernier, Étoile de Froid pris la parole :
    - Nous avons étés gravement touchés par cette maladie, mais tous nos chats sont guéris, ce qui prouve notre force. Nous devenons de plus en plus peuplés, et nous avons besoin de nouvelles terres!
    « Tu ne toucheras pas à nos terres une fois de plus, sinon, je te promets que je te tuerais! » s'écria Étoile Sombre, suivit par les exclamations de son clan.
    Alors que le chef ennemi répondait, Nuage d'Hiver regarda Diable, qui s'amusait bien de cette situation. Enfin, lorsqu'il en eut assez, il dit une fois de plus :
    « Taisez-vous! Ceci mets fin au grand Rassemblement! N'oubliez pas vos proies à la prochaine pleine lune. »
    Et d'un petit saut rapide et agile, l'impressionnant guerrier sauta du Promontoire. Étoile Sombre jeta un coup d'oeil rapide au Clan de l'Hiver qui rassemblait ses guerriers, et rejoint les siens.
    « On fait comme prévu. » chuchota le chef au pelage gris.
    Les quatre chats choisi pour la patrouille se dirigèrent vers leur territoire, tandis que les autres, prenant un autre chemin, rentrèrent au camp.

    « Nous devrions commencer par la frontière avec le Clan de l'Été, puis nous remonterons, c'est sûrement à cet endroit que le Clan de l'Automne et de l'Hiver attaquera. »
    Les trois guerriers et apprentis hochèrent la tête, en accord avec Rafale de Vent. Ensemble, ils se dirigèrent vers la rivière qui bordait le Clan de l'Été. Cela faisait assez longtemps que Nuage d'Hiver n'était pas venu ici. La dernière fois, il était tombé dans la rivière, puis le courant l'avait emporté vers le lac, avant que l'on puisse le sauver de l'eau. Se rappelant de ce souvenir, il n'entendit pas tout de suite le bruit du feuillage qui bruissait l'autre côté de la frontière. Nuage de Sapin et Nuage d'Hiver hérissèrent leurs pelages, mais Plume du Phénix déclara d'une voix sérieuse, mais un peu amusée :
    - C'est le Clan de l'Été qui retourne à son camp.
    Entre les buissons, il remarqua des chats qui marchaient lentement. Puis, il reconnut la silhouette écaille-de-tortue : C'était Rivière Sauvage, la chatte qui l'avait sauvée! La guerrière s'arrêta devant la rivière, et salua les guerriers ennemis :
    - Bonjour! Belle soirée, n'est-ce pas?
    - Oui, répondit Plume de Phénix.
    Rivière Sauvage regarda Nuage d'Hiver, plissa des yeux et se souvint :
    - Toi, tu es le petit chaton que j'ai sauvé de la noyade! Eh bien, tu as grandi depuis ce temps!
    Flatté, Nuage d'Hiver ne répondit pas. Soupçonneuse, Rivière Sauvage demanda :
    - C'est une heure étrange pour faire une patrouille…
    - Pourquoi, vous avez senti quelque chose?, demanda Plume du Phénix.
    - Assez de retrouvailles, nous devons continuer, tonna Rafale de Vent, d'un ton autoritaire.
    La chatte haussa des épaules, avant de rejoindre son groupe qui s'était éloigné. D'un mouvement impatient, le lieutenant invita les autres à continuer la patrouille d'exploration. Nuage d'Hiver sentit l'excitation hérisser son pelage. Il aimait entendre les pattes des chats retomber dans l'herbe douce, leurs souffles tendus mais réguliers dans l'air frais, le bruissement des feuilles des arbres, au loin… Enfin, ils passèrent sur la berge du lac, dont les eaux étaient aussi noires que les ombres des chats qui filaient dans la nuit. Puis, Nuage d'Hiver sentit l'odeur de trois intrus. Plume du Phénix s'approcha d'un buisson à proximité, et tendit l'oreille. On entendait un chuchotement. Trois guerriers du Clan de l'Hiver parlaient. Nuage d'hiver voulut foncer se battre, mais d'un mouvement de queue, son mentor l'en empêcha. L'apprenti se concentra donc sur les voix :
    - Tu penses que notre diversion va marcher? dit une voix craintive, que Nuage d'Hiver reconnue comme appartenant à Coeur Noir.
    - Mais oui, stupide crotte de renard, cette fois, c'était Lune Rouge, un autre guerrier du Clan de l'Hiver.
    - Mais s'ils se rendent compte que la vraie patrouille attends près du Grand Chêne?, s'inquiéta Perle de Sable, une guerrière du Clan de l'Automne.
    Rafale de Vent en avait assez entendu. Il s'accroupit sans un bruit… et sauta dans les fourrés. On entendit tout à coup des feulements et des miaulements. Sans attendre, Plume du Phénix sauta à son tour, suivit des deux apprentis. Nuage d'Hiver tomba sur une chatte au pelage gris-brun qui devait être Perle de Sable. La guerrière essaya de jeter l'apprenti, mais celui-ci s'accrochait fermement à son dos. Nuage de Sapin accourra et griffa la chatte en plein visage, du sang gicla, mais il n'avait atteint aucun point vital. La chatte étant distraite, Nuage d'Hiver choisit ce moment pour mettre tout son poids à gauche, et emporta Perle de Sable dans une roulade. Il déboulèrent un peu plus loin, et avec agilité, la chatte se releva. Il vit que son ami ne l'avait pas manqué, et que la guerrière du Clan de l'Automne était atteinte au visage. Face à face, Nuage d'Hiver feula. Un bruit se fit entendre derrière son adversaire. La chatte se retourna et Nuage de Sapin essaya de lui sauter dessus, cherchant la nuque de la chatte. Le jeune chat au pelage blanc en profita pour une fois de plus sauter sur le dos de la chatte, mais intelligente, celle-ci tomba sur le dos, écrasant son assaillant. Finalement, l'autre apprenti écaille, planta ses griffes dans le ventre de la guerrière, qui hurla, puis détala dans les fourrés. Haletant, Nuage d'Hiver regarda autour de lui. Les deux guerriers avaient réussi à se débarrasser de leurs ennemis. Sans un moment de répis, Rafale de Vent dit :
    - Je vais au Grand Chêne, Plume du Phénix, vient avec moi. Nuage de Sapin va prévenir les chats au camp, tout de suite. Dit leur de nous rejoindre, et après, reviens ici avec Déchue et Nuage de Griffe. Nuage d'Hiver, tu restes ici, s'il y en a d'autres qui reviennent.
    L'apprenti voulut protester, alors que son ami détala dans les fourrés. Cependant, les deux guerriers galopaient déjà vers la forêt, aussi vite qu'ils pouvaient. Regardant autour de lui, et se disant qu'il avait eu la mission la plus ennuyante du monde, il s'assit dans les fourrés, les sens en alerte. Après quelques minutes, il se détendit, puis commença à lécher son entaille au ventre, qui recommençait à lui faire mal. Heureusement, il n'était pas blessé, comme aucun des autres chats. Souriant, il se dit que les guerriers du Clan de l'Hiver ne faisaient pas le poids contre ceux du Printemps. Il se rappela soudain que le Clan de l'Automne participerait aussi à cette bataille. Frissonnant, il regarda autour de lui, mais il ne vit qu'un noir absolu.

    Les minutes passèrent, mais en vain. Nuage d'Hiver se demanda s'il ne devrait pas rentrer au camp, ou aider les autres qui étaient sûrement entrain de se battre. Pourquoi rester ici à attendre plus longtemps? Il se releva, lorsque soudain, un bruit se fit entendre, suivit d'un cris étouffé, et d'une ombre qui passa au dessus de lui. Il sortit ses griffes, et montra ses dents, avant de lever les yeux vers le ciel. Ce n'est qu'une chouette, se rassura-t-il. Il se souvint qu'une légende racontée aux chatons disaient qu'une chouette survolant un champ de bataille signifiait une victoire. Mais ceci était loin d'être un champ de bataille, et au lieu d'avoir de continuer à rêvasser, il mit ses sens en alerte. Ce n'était pas possible que Nuage de Sapin mette autant de temps! Tout à coup, deux chats déboulèrent dans les taillis, essouflés, Nuage d'Hiver sauta sur le premier, le mordant à l'oreille.
    « Aïe! Fait attention »
    Avec soulagement, il reconnut le pelage gris de Déchue, et celui, écaille et plus foncé, de Nuage de Sapin.
    « Enfin, c'est pas trop tôt! Vous en avez mis du temps »
    « Désolé, s'excusa Nuage de Sapin, nous avons fait comme nous avons pû… »
    Déchue regarda autour d'elle, comme pour s'assurer qu'il n'y avait aucun ennemi dans les alentours.
    « Rien à signaler, on devrait retourner vers le Grand Chêne », observa Nuage d'Hiver.
    « Chut… »
    Nuage d'Hiver tendit l'oreille. Il entendit un bruit qu'il n'avait pas entendu de la soirée. C'était des chats. Il regarda au loin et se figea d'horreur. C'était des chats des deux clans ennemis. Et ils étaient beaucoup.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mar 30 Aoû - 2:51:47

Chapitre 28


  • Cette fois-ci, ce n'était pas un rêve. C'était plutôt un cauchemar. Comment quatre petits apprentis allaient-ils rivaliser contre la presque totalité du Clan de l'Automne et de l'Hiver? L'apprenti les compta. Ils étaient huit. Ils auraient donc à vaincre deux adversaires chacun, s'ils voulaient gagner. Tout à coup, les chats rompirent leur formation, laissant passer un guerrier au pelage blanc devant tout le monde. D'un simple coup d'oeil, Nuage d'Hiver le reconnut. C'était… Étoile de Froid! Comment avait-il pû être aussi bête? Pensait-il vraiment que des chats adverses sur leur territoire aurait naturellement crié qu'il y avait une diversion au Grand Chêne? Bien sûr que non! Le chef ennemi avait tout planifié, afin que le Clan du Printemps se retrouve au Grand Chêne, dans sa totalité, alors que la vraie attaque était ici!
    - Étoile de Froid, osa Nuage d'Hiver, Vous avez tout planifié, depuis le début! Votre diversion n'est pas ici, mais là-bas!
    Le grand et imposant chef ricana.
    - Bien sûr, qu'allait-tu penser? Que ton papa et ta maman allait tous vous sauver alors qu'ils n'ont même pas compris mon plan?
    Les chats autour de lui sourirent, même les apprentis, que le jeune chat reconnu comme étant Nuage d'Herbe et Nuage Vert. Son poil s'hérissa encore plus, à la pensée que des apprentis comme eux se tenaient juste là, voulant attaquer gratuitement des chats pas si différents. Nuage d'Hiver se creusa la tête, mais ne parvint pas à élaborer une tactique assez puissante pour retenir l'adversaire. Si seulement il avait un peu plus de temps…
    - Mais votre plan n'a pas fonctionné, car nous sommes là! Les autres s'apercevront bientôt de leur erreur, et viendront tout de suite ici!
    - J'ai assez de guerriers là-bas pour les tenir encore un bon bout de temps! Et si vous pensez qu'un apprenti ou deux vont m'arrêter, vous vous trompez! Et lorsque vos si braves guerriers reviendront, vous serez déjà morts!
    Nuage d'Hiver regarda ses amis. Nuage de Sapin semblait concentré, tandis que Déchue ne quittait pas le chef ennemi des yeux. Nuage de Griffe semblait sur le point d'élaborer une tactique, mais il secoua la tête, avant de recommencer à regarder le clan adverse, comme si sont plan était trop mauvais pour marcher. Un peu plus de temps, se dit l'apprenti au pelage blanc…
    - Vous ne nous faîtes pas peur!, s'exclama Nuage de Griffe.
    Les rires fusèrent de l'autre côté de la barrière invisible qui séparait les chats.
    - Tu es bien brave, jeune chat, dit Étoile de Froid, mais vous ne faîtes pas le poids contre mes guerriers. Je vous laisse une chance, me rejoindre, moi et mon clan, s'enfuir, ou mourir dans d'atroces souffrances. Alors, vous choisissez quoi?
    Nuage d'Hiver regarda à nouveau ses camarades. La détermination était sur leurs visages comme jamais. L'apprenti sortit ses griffes, et remua la terre sous ses pattes. Ses compagnons le remarquèrent, et aussi tôt, firent de même. Puis, l'apprenti du Clan du Printemps dit son choix à voix haute :
    - Nous nous battons. Et nous mourrons, mais nous aurons l'honneur sauf!
    Étoile de Froid le toisa, ses yeux jaunes rencontrèrent les yeux verts de Nuage d'Hiver. Étoile de Froid détourna la tête, regarda ses guerriers, puis s'exclama :
    - Clan de l'Hiver et de l'Automne, à l'attaque!
    - Clan du Printemps, à l'attaque!, répliqua Nuage d'Hiver. Battez-vous, battez-vous jusqu'à votre dernier souffle, et pour votre clan!
    Les trois autres apprentis rugirent, et s'élancèrent dans la attelle qui venait d'éclater.

    Nuage d'Hiver se retrouva en face de Coeur de Marbre. Le guerrier était grand et lourd, mais pas agile et souple pour un sous. Du coin de l'oeil, il vit que Déchue se roulait par terre, emportant Feuille de Lys avec elle, alors que Nuage de Sapin s'élançait sur Nuage Vert, et que Nuage de Griffe combattait Feuille d'Érable, un guerrier particulièrement redoutable. L'apprenti se mit à sautiller de tous les bords, Coeur de Marbre, ne pouvant suivre le mouvement, leva sa patte et griffa au hasard. Il effleura Nuage d'Hiver, qui fit un grand bond et qui sauta sur la queue de son adversaire, qu'il mordit de toutes les forces. Hurlant, Coeur de Marbre se retourna, et frappa de plein fouet la tête de l'apprenti. Nuage d'Hiver fut projeté bien plus loin, et se releva vivement. Puis, il continua la même manoeuvre qu'avant, avec plus de succès, le guerrier, énervé, se leva sur ses deux pattes d'en arrière, afin de stopper l'assaillant, mais Nuage d'Hiver se glissa en dessous des pattes du guerrier, et lui griffa le ventre. Le sang gicla sur la tête blanche de l'apprenti, et le guerrier détala. La tête lui tournant encore, Nuage d'Hiver se releva. Il vit Nuage de Spain aux prises avec Lune Rouge, le guerrier qui avait combattu Plume du Phénix. Le guerrier avait cependant l'air amoché, une oreille pendante et une patte mordue jusqu'au sang. Nuage de Sapin hurla vers Lune Rouge, qui tourna la tête, à ce moment Nuage d'Hiver sauta sur son dos, plaquant le guerrier au sol. Mais celui-ci, avec un puissant coup de rein, se dégagea avec facilité, et fit basculer l'apprenti sur le ventre. Puis, sans qu'aucun chat ne puisse bouger, il griffa férocement le ventre de Nuage d'Hiver.

    Aussitôt, la douleur fut si puissante que Nuage d'Hiver pensa qu'il allait s'évanouir. Nuage de Sapin avait dû continué à combattre Lune Rouge, car il ne les entendait pas, ni l'un ni l'autre. Tout commença à se faire noir autour de lui. L'apprenti hurla, se débattant des griffes ténébreuses qui s'emparaient de lui. Il essaya de se relever, mais la douleur était trop forte. Il regarda autour de lui, mais ne vit que des boules de poils, de la poussière partout, et surtout, des grosses flaques de sang. C'était comme s'il se noyait dans son sang. Il eut l'étrange sentiment d'étouffement, ferma les yeux, puis les réopérant quelques secondes après. Il voulut respirer, mais avala que de l'eau. Il était tombé dans une rivière. Luttant pour respirer, il remonta à la surface. Il trouva que le soleil donnait une étrange couleur à cette eau. L'apprenti se rendit compte que l'on était la nuit. Et que la rivière qui le tuait à petit feu était du sang. Du sang de ses amis, de lui, et des autres qui était entrain d'en verser en cette nuit de bataille. Nuage d'Hiver ré-ouvrit les yeux. Non, tout était bien. Si on pouvait le dire. Une fraction de seconde s'était écoulée, et la bataille régnait encore entre les chats. Il entendait plus que des cris. Des cris qui se faisaient de plus en plus lointains… lointains… loin…tains…

    Il ne savait pas combien de temps il perdit connaissance. Cela aurait put être une fraction de seconde comme plusieurs interminables minutes. Il se réveilla, mais encore, sa vision demeurait très faible. Il ne voyait que les contours des chats qui continuait à se battre. Puis, il vit Lune Rouge s'avancer vers lui. Le guerrier était encore plus mal en point, mais vivait encore. Un instinct profond commanda à l'apprenti de fuir, mais il ne pouvait aller nul part c'était comme si son corps était trop lourd, comme s'il était un fardeau. Il vit Lune Rouge soulever une fois de plus ses longues et puissantes griffes… C'était la fin, pensa l'apprenti. C'était fini.

    Tout à coup, une ombre le survola. Un chat écaille de tortue. Il pensa tout de suite que c'était Nuage de Sapin qui était revenu, mais la masse semblait être plus grande. Il entendit un feulement, et sentit l'odeur qu'il avait senti avant dans la soirée… Rivière Sauvage! Sans les voir, il entendit les chats du Clan de l'Été arriver. Quel soulagement! Il était tellement heureux qu'il aurait pleuré de bonheur, mais les forces qui lui restaient lui permettaient à peine d'être conscient. Le combat continua, Nuage d'Hiver ne saurait dire combien de temps, c'était une notion qui lui semblait perdue, inutile… Peu à peu, les bruits de bataille cessèrent. Il entendit d'autres chats accourir.
    « Que s'est-il passé ici? » demanda la voix de Rafale de Vent.
    Pour la première fois de sa vie, il fut soulagé de l'entendre. Toujours à demi-conscient et étendu à l'écart, sur le sol rouge vif, c'est Déchue qui répondit, racontant l'histoire depuis le début. Nuage d'Hiver fut soulagé de sentir la présence de ses amis, ils étaient toujours vivants. Puis, Étoile de Lumière commença à parler, racontant la partie où le Clan de l'Été était arrivé.
    « Merci, nous avons une dette envers vous… » remercia Étoile Sombre.
    « C'est tout à fait normal. » répondit la voix chaleureuse d'Étoile de Lumière.
    Puis, il entendit des chats approcher vers lui.
    « Nuage d'Hiver! » s'exclama Museau de Cristal.
    Il sentit la chatte approcher, puis ses amis, et enfin Rivière Sauvage.
    « Mer…ci… Sauv…é… vie… deuxième…fois… »
    « Chuut, ce n'est rien, petit chat… » répondit la chatte du Clan de l'Été.
    Nuage d'Hiver se fit retourner sur le dos par les chats qui l'entouraient. Déjà, Nuage de Pavot et Museau de Cristal demandaient aux guerriers des médicaments pour le jeune chat. Soudain, il entendit la voix de Nuage d'Océan, fatiguée mais anxieuse :
    - Mais qu'est-ce qui t'es arrivé?!

    Au simple son de la voix de la chatte, Nuage d'Hiver sourit. Avec tout l'effort du monde, il entrouvrit les yeux, et regarda le ciel. Juste au dessus de lui, les nuages se dissipaient, laissant entrevoir les étoiles, qui veillant, encore et toujours sur lui. Quelques instants plus tard, Nuage d'Hiver perdit connaissance.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mar 13 Sep - 22:54:50


Chapitre 29


  • Nuage d’Hiver fit pleins de rêves étranges, mais semblaient trop brouillés, trop lointains pour qu’il puisse s’en souvenir. Il ne savait pas combien de temps il resta inconscient, et le silence éternel et la noirceur de la nuit s’emparait de lui comme jamais. Quelques fois, il entendit des chuchotements, si loin, si irréels qu’il n’en comprenait pas le sens. Parfois il avait chaud, parfois il avait froid. Dans ces moments, il entrait dans des phases de délire totales. Il sentait son corps bouger, remuer, trembler, mais jamais son cœur battre ni sa respiration continuer, comme s’il était déjà mort dans ce monde de ténèbres. Généralement, le silence et le calme total revenaient vite, imperturbables. Le temps passa très lentement, comme si chaque seconde était décuplée, mais très rapidement, comme si à chaque fois qu’il en était conscient, ce n’était qu’un mauvais souvenir. Mais à chaque jour il était de plus en plus proche de la sortie de ce trou noir, entendant les voies des chats, à chaque fois un peu plus claires.

    « Nuage d’Hiver ? Museau de Cristal, je te dis, il vient d’entre-ouvrir les yeux ! »
    Cette fois là, il eut l’impression de sortir d’un long tunnel, après avoir été piétiné par un monstre massif. Chaque partie de son corps était en compote, chaque muscle lui faisait tellement mal que parfois, il avait l’impression de brûler à feu vif.
    « Nuu…ge…d’O… » Reconnu le jeune chat, même s’il ne voyait qu’un plafond de pierres.
    « Doucement » chuchota la jeune chatte, d’une voix soulagée.
    Mais déjà, Nuage d’Hiver essayait de se mettre debout, chancelant. Nuage de Pavot arriva tout de suite et s’exclama :
    - Nuage d’Hiver, il faut que tu restes couché ! Tiens, je vais te donner une graine de pavot pour t’aider à dormir.
    L’apprenti maugréa, mécontent de son sort mais avala tout de même le médicament naturel et se recoucha.
    « J’ai été inconscient combien de temps ? » demanda-t-il.
    « Déjà trois aubes… » répondit Nuage de Pavot.
    « Et tu le restera autant que tu le dois ! » affirma Museau de Cristal, qui préparait des remèdes, au fond de la tanière.
    Le jeune chat resta ébahi. Il était resté aussi longtemps endormi… Ou plutôt ‘’inconscient’’ ? C’était un total désastre ! Son Clan était déjà fragile, et le campement avait sûrement besoin d’être reconstruit, et lui, se prélassait ici à longueur de journée ! Il avait manqué trois jours… de chasse, d’entraînements, de patrouilles et peut-être même de batailles ! Nuage d’Hiver essaya de se lever, mais Museau de Cristal qui le surveillait d’un air soupçonneux lui demanda tout de suite de se recoucher.
    « Tu n’est pas assez fort encore pour retourner à la tanière des apprentis, tu le seras sûrement dans quelques aubes encore. »
    Le pelage du chat blanc s’hérissa, et retomba une fois de plus sur sa litière assez vieille. Puis, la guérisseuse décréta que Nuage d’Océan devrait laisser place aux autres qui voulaient visiter le malade. À la grande surprise de l’apprenti, c’est Plume du Phénix qui entra. Le brave guerrier semblait très fatigué, mais n’était pas blessé très gravement… Une chance ! Profitant de la présence réconfortante de son mentor, il lui posa quelques questions :
    - On n’a pas besoin d’aide dans le camp ? Je suis libre et j’ai rien à faire, moi !
    Le guerrier jeta un coup d’œil à la guérisseuse et à son apprentie qui vaquaient toujours à la préparation des herbes.
    « Non, tout va bien, jeune Nuage d’Hiver. Le clan a bien des apprentis et il faut que tu te reposes. »
    « Mais dans quelques aubes on recommencera l’entraînement, hein ? »
    Cette fois-ci, le guerrier jeta un coup d’œil sur Nuage d’Hiver, avant de détourner la tête. Est-ce qu’il était aussi mal en point que ça ?! L’apprenti ouvrit la bouche une seconde fois :
    - Promettez-le moi !
    Plume du Phénix hésita un instant…
    « Je te le promets… » dit-il d’une voix douce, en regardant son apprenti comme si c’était un chaton particulièrement mignon.

    Puis le mentor sortit par l’entrée de la tanière, et cette fois-ci le cœur de Nuage d’Hiver s’illumina en voyant accourir Nuage de Sapin et Déchue vers sa direction, après avoir échangé quelques brefs paroles à Plume du Phénix.
    « Tout va bien, Nuage d’Hiver ? » s’inquiéta Nuage de Sapin.
    « Oui, merci. » répondit le malade. « Et alors, comment se porte tout le monde ? »
    « Oh, on a gagné la bataille, grâce au Clan de l’Été ! Le Clan de l’Hiver et de l’Automne n’est pas prêt de revenir, en tout cas ! De toute façon, Étoile Sombre a mis une bonne raclée à Étoile Brisée, elle en est morte dans une mare de sang ! Bref, c’est maintenant Brise du Matin, donc Étoile du Matin qui la remplace, et Feuille d’Érable est comme lieutenant. » répondit Déchue.
    Nuage d’Hiver s’étonna du choix, car le vénérable guerrier avait été averti par de fortes blessures à la dernière assemblée.
    « Ils on un nouveau guerrier, Croc Ardent. Bref, le Clan de l’Automne se porte mieux après la mort de leur ancien chef. Ici, tout le monde va bien. Étoile Sombre se fait vieux, et on voit qu’il commence à être fatigué, alors que Rafale de Vent est de plus en plus fort à chaque jour. Les guerriers se portent bien, Queue Touffue s’est remis de l’ancienne bataille et n’a plus de boitement ! Éclair du Soir a une oreille coupée, mais il est brave et fort. Les reines vont bien, et les petits sont excités de la bataille. Étoile Sombre leur a donné de petites tâches à faire afin qu’ils ne s’ennuient pas… »
    Nuage d’Hiver aurait voulu écouter plus longtemps, mais la graine de pavot commençait à faire effet, et lentement, le chaton tomba dans le monde des rêves.


    ***

    Nuage d’Hiver se réveilla aux premiers rayons du soleil. Déjà, plusieurs aubes étaient passées depuis son premier réveil après la bataille. Il avait lentement recommencé à marcher, mais s’il faisait trop d’efforts sa plaie au ventre recommençait à lui faire mal. Comme le voulait Museau de Cristal, il ne put quitter le camp, alors il vaquait à de petites occupations comme jouer avec les chatons ou solidifier le camp. Les autres apprentis s’entraînaient déjà avec ardeur, et Nuage de Griffe fit de grands progrès, et devint beaucoup plus grand et fort, tandis que Nuage d’Océan excellait à la chasse et restait une des plus belles chattes du clan. Déchue et Nuage de Sapin devenaient de plus en plus doués à chaque jour, et c’est avec une pointe de jalousie que Nuage d’Hiver les regardait faire.

    Ce matin là, il sorti lentement de la tanière de la guérisseuse, qui n’était pas là, tout comme son apprentie. Dehors régnait une brise d’automne, assez froide. Autour du camp, plusieurs feuilles étaient tombées, et Pelage de Puces, comme voulait la tradition, avait déjà commencé à faire un trou pour le gibier en hiver. Le tas de gibier, d’ailleurs, était assez bien rempli pour la saison, ce qui prouvait que le clan était fort. Petite Comète accourut vers l’apprenti, et l’invita à venir dans la pouponnière. Pénétrant dans la tanière sombre mais chaude, il salua les deux chattes :
    - Bonjour, ça va bien ?
    - Oui, répondit Croc Sanglant, et toi, comment va ta blessure ?
    - Très bien, j’ai hâte de recommencer l’entraînement !
    Puis le jeune chat au pelage blanc se tourna vers Goutte de Pluie. On voyait que le ventre de la chatte était déjà considérablement rebondi. Comme si elle lisait dans ses pensées, la reine dit :
    - Mes petits arriverons sûrement dans quelques aubes, Museau de Cristal pense que je vais en avoir au moins trois.
    - De nouveaux guerriers forts pour le Clan du Printemps, flatta le jeune chat. D’ailleurs, où est Petit Éclair ?
    - Il dort. Je ne sais pas pourquoi, mais il est très fatigué ces temps-ci, je pense qu’il couvre quelque chose.
    Nuage d’Hiver tourna la tête vers la chatte, et vu effectivement que le chaton était collé contre le ventre de sa mère. Il semblait exténué, et avait l’air d’avoir un sommeil agité. Doucement et sans faire de bruit, il renifla le jeune chat. Il ne fallait pas être guérisseur pour sentir la maladie, et l’apprenti avisa :
    - Tu devrais aller voir Museau de Cristal, ce doit être qu’un rhume, je suis sûre qu’elle trouvera quelque chose pour le soigner.
    La chatte acquiesça et l’apprenti sorti de la pouponnière, sous les cris de Petite Comète qui le suppliait de rester.

    Nuage d’Hiver regarda le ciel. Qu’il avait dormi longtemps ! Le soleil avait dépassé son plus haut point ! Il se souvint qu’il avait longtemps parlé avec Nuage d’Océan, hier soir, ce qui justifiait son manque de sommeil. Il s’ébroua, avant de se diriger vers le tas de gibier. Il se choisit une bonne souris, et s’installa un peu en retrait, proche de la paroi rocheuse du camp. Justement, Nuage de Griffe et Nuage d’Océan arrivaient de la chasse, chacun portant quelques proies diverses.
    « C’était un examen ! » s’exclama l’apprentie.
    « Ça c’est bien passé, comme on peut le voir ! » félicita Nuage d’Hiver.
    Son amie ronronna, tandis que Nuage de Griffe se prit une proie. Il s’installa confortablement, étirant ses muscles, et commence à manger. L’apprenti au pelage blanc trouva que Nuage de Griffe avait beaucoup grandit. Sans un mot, il continua à manger. Tout à coup, Rafale de Vent apparu derrière l’apprenti.
    « Vous deux, Étoile Sombre veut vous voir. »
    S’étonnant, les deux apprentis quittèrent leur repas, alors que Nuage de Griffe ronchonnait d’abandonner un si bon morceau. Nuage d’Hiver continua à manger, regardant les deux autres s’éloigner vers l’antre du chef, se demandant se qu’il voulait bien leur dire.

    Après avoir copieusement mangé, il se dirigea vers la tanière de la guérisseuse et s’écroula sur sa litière qui lui semblait bien confortable.

    ***

    « Nuage d’Hiver, réveille-toi ! »
    La voix de Nuage de Pavot lui résonnait à l’oreille. Le chat entrouvrit les yeux, et bâilla avant de demander :
    - Que se passe-t-il ?
    - C’est Nuage de Griffe et Nuage d’Océan, ils vont avoir leur cérémonie de guerriers !
    Nuage d’Hiver bondit dans sa couchette. Déjà leur cérémonie de guerrier ? A vrai dire, il avait pensé que les apprentis étaient beaucoup plus jeunes que cela, mais il avait remarqué d’énormes changements dans leur apparence et leur façon de faire. Se dépêchant, il passa quelque coups de langues sur son pelage emmêlé, et se précipita dehors – aussi vite que sa blessure lui permettait. Déjà, tous les chats étaient devant le promontoire, les deux apprentis au milieu de la masse de chats, accompagnés de Rafale de Vent, le mentor de Nuage d’Océan, alors qu’Étoile Sombre, le mentor de Nuage de Griffe était sur le promontoire. Il commença à réciter les paroles sacrées pour une vraie cérémonie de nomination :
    - Braves apprentis, vous avez connus batailles et famines, patrouilles et chasses, et si vous êtes ici aujourd’hui, c’est que le voulait Destin. Nuage d’Océan, promets-tu de respecter les lois des clans, le Destin et de te battre pour ton clan jusqu’à la mort ?
    - Oui, répondit la jeune chatte, déterminée.
    - Alors le Destin te remercie de ton talent en chasse et de ton intelligence, et t’accueilles désormais sous le nom de Murmure d’Océan.
    Un silence suivit cette déclaration, tandis que Murmure d’Océan, plus belle que jamais, rayonnait de mille feux. Puis, le chef continua :
    - Nuage de Griffe, promets-tu de respecter les lois des clans, le Destin et de te battre pour ton clan jusqu’à la mort ?
    - Oui, répéta le jeune chat d’une voix forte et assurée.
    - Le Destin te remercie donc de ta force et de ta détermination, et t’accueilles désormais sous le nom de Griffe de Marbre.
    Le clan entier clama le noms des deux jaunes et nouveaux guerriers, suivis par Nuage d’Hiver. L’apprenti se dirigea vers Murmure d’Océan, et la félicita chaleureusement. Celle-ci lui répondit tout aussi amicalement, une lueur de joie brillant dans ses yeux bleus. Pendant cet ultime instant, Nuage d’Hiver se demanda si la chatte ressentait la même chose pour lui, que lui pour elle.

    ***

    Le lendemain matin, Nuage d’Hiver se réveilla sous les cris de Museau de Cristal. En effet, la chatte semblait bouleversée et se promenait de long en large dans la tanière, regardant ses remèdes. D’un coup, elle s’arrêta, et faillit percuter contre Nuage de Pavot.
    « Camomille, graines de pavot, baies de genièvre, clou de girofle… NUAGE DE PAVOT ! Il me manque des clous de girofle… Il est trop tard, il y en aura plus dans la forêt… Va demander au Clan de l’Été, emmène Nuage de Sapin et Pelage de Lichens avec toi, reviens aussi vite que tu peux ! »
    L’apprentie au pelage écaille détala aussi vite qu’elle le put. Lorsque la guérisseuse cessa enfin de marmonner, le jeune malade lui demanda :
    - Que se passe-t-il ?
    - C’est Goutte de Pluie, elle est entrain d’avoir ses petits. C’est encore plus prématuré que pour Croc Sanglant ! Viens, je vais avoir besoin de ton aide.
    Elle lui lança un petit ballot d’herbes et de graines de pavot tandis qu’elle-même en prenait un. L’apprenti se mis sur ses pattes, et la suivie dans le campement agité.

    Devant la pouponnière se tenait un grand attroupement de chats. Museau de Cristal essaya de passer, mais rien ne fit. Elle commença à crier à tout le monde de se calmer, et enfin, avec Nuage d’Hiver, ils purent passer vers la pouponnière. La mise au monde des petits avait déjà commencé, mais aucun n’avait encore vu le jour, tandis que Goutte de Pluie se soulevait de contractions. La guérisseuse dit d’un ton calme :
    « Que tout le monde quitte la pouponnière, s’il vous plaît. Queue Touffue, tu peux rester, bien entendu. »
    « Et nous, on peut regarder ? » demanda la voix fluette de Petite Comète.
    « Bien sûr, répondit doucement Museau de Cristal, mais tenez vous à l’écart et restez silencieux. »
    Nuage d’Hiver tourna la tête, et aperçu Petit Éclair qui semblait épuiser. Le chaton au pelage noir éternua, et l’apprenti fit quelques pas dans sa direction. Cependant, Museau de Cristal le rappela tout de suite.
    « Donne à Goutte de Pluie des graines de pavot. »
    L’apprenti exécuta les ordres de la chatte tandis que la reine mangeait deux petites graines noires.
    « C’est bien, Goutte de Pluie, continue les contractions… »
    Quelques minutes passèrent, Museau de Cristal soignait rapidement la chatte. Parfois elle murmurait quelque chose concernant les clous de girofle. Puis, la chatte poussa un cri de triomphe.
    « C’est bien ! Le premier arrive ! »
    Après plusieurs efforts une petite boule rousse tomba dans mousse qui formait la litière de la chatte. Petite Comète s’en approcha doucement, et renifla le chaton du bout du nez. Ce dernier poussa un cri strident et Petite Comète courra se réfugier derrière sa mère qui souriait.
    « C’est un chaton, ça ? On dirait plutôt un bébé rat qui vient de sortir d’une bulle de sang. » s’exclama Petit Éclair.
    Croc Sanglant ronronna avant de chuchoter à son petit qu’ils avaient déjà étés comme ça, il n’y a pas si longtemps. Le visage du chaton se couvrit d’indignation, tandis que Museau de Cristal donna la petite boule de poils rousse à Nuage d’Hiver. Il commença à lécher le petit animal roux, afin de le maintenir en vie.
    « C’est une première chatonne, il y en a d’autres qui arrivent ! »
    À ce moment précis, Nuage de Pavot déboula dans la pouponnière, transportant un petit sac d’herbes. Les clous de girofle ! La guérisseuse la remercia, et son apprentie en administra quelques unes à la reine qui gémissait de douleur. Queue Touffue était accroupit près d’elle, regardant déjà son chaton avec amour et douceur. Puis, une seconde boule de poils, brune cette fois-ci, retomba sur le sol. C’est Nuage de Pavot qui la prit entre ses dents et commença à la couvrir de sa langue rugueuse.
    « C’est un mâle » détermina l’apprentie guérisseuse.
    Le couple de chat poussa un ronronnement de bonheur, mais déjà, Goutte de Pluie dû se remettre au travail ; D’autres chatons arrivaient ! Une petite chatonne grise vit le monde, et enfin, on assista à la naissance du dernier chaton. Au bout de quelques instants, Museau de Cristal s’exclama :
    - Non, non, non ! Il y a une erreur !
    Une petite boule blanche, minuscule, retomba lourdement sur la litière. Elle ne bougeait pas. Museau de Cristal commença à la lécher, tandis que tout le monde attendait silencieusement. Des chats commencèrent à entrer dans la tanière, et lorsque Goutte de Pluie aperçu sa dernière fille, elle retenu son souffle. Pourquoi ? La chatonne blanche bougeait désormais. Elle commença à ramper vers sa mère, en quête de lait. Pourquoi elle n’y arrivait pas ? Nuage d’Hiver regarda bien la chatonne… Elle semblait normale. Soudain, il vit. La chatonne n’était pas normale. À la place d’une patte gauche en arrière… Il n’y avait rien.

    Goutte de Pluie essaya de trouver des noms avec l’aide de son compagnon, comme si rien n’était. Lorsque Croc Sanglant lui demanda ce qu’elle avait choisit, elle dit :
    « Le petit brun, ce sera Petit Loup. La petite rousse et blanche ce sera Patte de Cannelle, la petite grise Petite Brume et la blanche Petit Espoir… »

    Quand tout le monde comprit la nouvelle, un grand silence s’installa. Le poil de Goutte de Pluie s’hérissa, alors qu’elle se roula autour de ses chatons en signe de protection. Nuage d’Hiver sursauta, Rafale de Vent était juste derrière lui et émit un commentaire assez désagréable :
    - Ce chaton est déformé, et comme le stipule la loi des clans, il faut… le tuer.
    La reine au pelage gris feula, et Rafale de Vent montra les dents, en retour, c’était un acte très grave de contester la décision d’un lieutenant. Nuage d’Hiver se rendit soudain compte qu’Étoile Sombre était présent lui aussi :
    « Non… Non, non, NON ! » dit le brave chef.
    Il marqua une brève pause, alors que tous les regards se tournaient vers lui. « Ce chaton vivra et je ferais tout pour cela ! »
    Il avait craché ces dernières paroles au visage de son lieutenant, qui demeura éberlué, avant de quitter la pouponnière, soulevant milles questions dans les yeux de chaque chat.


    ***

    « Nuage d’Hiver ! Force-toi un peu, tu n’arriveras jamais à rien si tu continues comme ça ! »
    Depuis quelques aubes, l’apprenti avait recommencé l’entraînement. Tout semblait aller pour le mieux, sauf aujourd’hui : Le chat avait mal dormi, se sentait extrêmement fatigué et avait mal partout. Cependant, Plume du Phénix réussit à le plaquer encore une fois au sol, alors qu’il lui apprenait une nouvelle technique de combat.
    « Il faut que tu te tiennes mieux, regroupe plus tes pattes en dessous de toi ! Si tu ne sautes pas haut, cela ne donnera rien ! Tiens ta queue haute, elle te gardera en équilibre ! On recommence ! »
    Nuage d’Hiver exécuta les ordres de son mentor, et s’éleva haut dans les airs, avant de retomber, pataud, sur son mentor qui se débarrassa de lui d’un coup sec. Mordant la poussière, l’apprenti s’ébroua. Il ne se sentait pas très bien… Sa veille blessure recommençait à lui faire mal, même quand il ne faisait que marcher. Il fit part de son appréhension à Plume du Phénix, et celui-ci lui lança :
    « On a pas le temps pour ce genre de sottises ! Tu ne vas pas devenir guerrier en passant ton temps chez Museau de Cristal ! »
    Nuage d’Hiver se recroquevilla devant son mentor. Plume du Phénix sembla se calmer en voyant qu’il blessait vraiment son apprenti. Puis, il reprit plus doucement :
    « Excuse-moi, tout le monde est un peu tendu ces temps-ci… Je te raccompagne au camp, si tu veux, et on remettra l’entraînement pour demain… »
    Ils traversèrent la forêt assez lentement, Nuage d’Hiver avait de la peine à bouger. Lorsqu’ils arrivèrent enfin au camp, le jeune chat sentit sa tête lourde, et juste devant l’entrée de pierres, il s’évanouit, le noir se refermant sur lui.

    L’apprenti fit des cauchemars. Des tas de cauchemars sanglants, de batailles et d’horribles bêtes mis montres mis chats. Mais lorsqu’il se réveilla, la douleur était tellement forte qu’il l’oublia.
    « Nuage d’Hiver ? Tu es réveillé ? » lui demandait la voix de Museau de Cristal.
    Le chat répondit par un grognement affirmatif, ne pouvant pas formuler de mots, avant de replonger dans le sommeil.

    Nuage d’Hiver s’est réveillé. Il devait être assez tard dans la nuit. Dans le silence total, il entendit quelques bribes de conversation :
    « Sa plaie s’est infectée, je pense qu’il s’agit de la maladie de Petit Éclair. »
    « Pelage de Lichens semble être fatigué ces jours-ci, il a éternué plusieurs fois au cours de son sommeil. »
    « Petite Brume a aussi quelques symptômes, pas très graves, cependant… Je me pose plutôt des questions pour Petit Espoir. »
    « Cette petite chatonne survivra, Museau de Cristal, fait tout ce qui est en ton pouvoir pour assurer sa survie ! »
    N’ayant pas assez de force pour reconnaître les interlocuteurs, il préféra faire semblant de dormir. Lorsque la discussion cessa, la guérisseuse retourna voir son malade. Voyant que le jeune chat venait de se réveiller, elle lui donna une bonne souris.
    « Allez, tu dois reprendre des forces… »
    N’ayant pas le choix, le malade fit ce qu’elle demanda, avant de retomber endormi.

    D’aubes en aubes, l’état de Nuage d’Hiver s’aggravait de plus en plus. Il dormait beaucoup, entre quelques maigres repas et boules de mousses remplies d’eau, mais son sommeil était agité. Souvent, le jeune chat criait dans ses rêves, se trémoussait et gigotait. Il se réveillait souvent, en sueurs, avant de pouvoir se calmer. Une étrange maladie semblait avoir frappé le Clan du Printemps. Petit Éclair et Pelage de Lichens dormaient désormais dans la tanière de la guérisseuse, même si leurs cas étaient moins graves, et Éclair du Soir venait souvent pour des remèdes réguliers. Il faisait de plus en plus froid, et on redoutait un hiver assez dur, déjà que la moitié du clan était malade.
    « Non, non… » murmurait le jeune chat dans ses folies de sommeil.

    Un jour, Déchue et Nuage de Sapin vinrent le voir. Cette fois-ci, comme c’était rarement le cas, l’apprenti était réveillé, alors que ses deux jeunes amis s’occupaient de lui apporter quotidiennement de la nourriture. Museau de Cristal travaillait comme toujours un peu plus loin, cherchant un solution pour soigner tous ces malades. La douleur travers le corps de Nuage d’Hiver, et il regarda en direction de la guérisseuse, lui posant une question franche :
    « Museau de Cristal… Je vais mourir, pas vrai ? … »
    Cette fois-ci, la chatte ne répondit rien, mais une lueur de pitié traversa ses yeux.

    La nuit était tombée depuis bien longtemps, alors que l’aube commençait à se lever. Nuage d’Hiver était sorti de son transe habituel, et entendait encore une fois une conversation.
    « Il lui en reste pour combien de temps ? »
    « Pas longtemps, je le crains, son sort est entre les pattes de Destin, maintenant… »
    L’apprenti se doutait bien que l’on parlait de lui. Il ressenti une étrange sensation de vide, tandis que le bas de son ventre se serrait étrangement. Il avala sa salive, mais déjà, le silence régnait autour de lui.

    « Je ne veux pas mourir, non ! S’il vous plaît… Je devais vivre tant de choses… Je veux servir mon clan… S’il vous plaît ! »
    Il rêvait encore. Museau de Cristal s’approcha de lui. Il était encore en état de folie. L’apprenti marqua une pause, et recommença à parler, à déverser des flots de paroles, concernant la vie et la mort.
    Le soleil devait être à son plus haut point alors que Nuage d’Hiver se réveilla. Museau de Cristal se tenait près de lui, l’air inquiète. Nuage d’Hiver ouvrit la bouche, puis la referma. Il ne savait pas trop comment aborder le sujet.
    « C’est comment, mourir ? »
    « Je ne sais pas, répondit la chatte, franchement, je ne sais pas… Je pense que tu pars, c’est tout. Cela fait partie de la vie… »
    « C’est vrai que si on était immortel, ce serait bien ennuyant… Mais pourquoi je dois mourir, moi, aussi tôt ? »
    « C’est… C’est sûrement Destin qui le veut… »
    « Ça fait mal, mourir ? »
    « Je ne pense pas, jeune chat. »
    « Il y a quelque chose, après ? »
    « Oh, un très ancien compte, du temps où même Pelage de Puces était à la pouponnière, racontait que lorsqu’on mourait, on montait dans le ciel et on devenait une étoile… »
    Sur ces mots apaisants, il s’endormit.

    La nuit avait recouvert le ciel, sans nuages. La Voie Lactée était parfaitement visible depuis la forêt, et même depuis le camp. Nuage de Sapin et Déchue étaient encore là lorsque leur ami se réveilla. Un air farouche et décidé brillait dans ses yeux.
    « Museau de Cristal, je pense que je suis prêt… »
    Seule la guérisseuse semblait comprendre ce que disait le jeune chat. Ce dernier ajouta :
    « Je peux aller dehors, s’il te plaît ? »
    La chatte, inquiète, hocha cependant de la tête. Nuage d’Hiver se leva maladroitement, et fut rattrapé par Nuage de Sapin qui lui souri faiblement. Ses deux amis se placèrent de chaque côté de l’apprenti, et pas à pas, ils sortirent dehors.
    La brise fraîche de l’automne fit tourbillonner le pelage de Nuage d’Hiver. Le chat sauvage se rendit compte combien il avait apprécié la vie. Tout lui avait semblé éternel, des vies qui dureraient jusqu’à tout jamais. Maintenant il sentait le vent dans son poil, les odeurs aux alentours, tout, comme si c’était sa première fois. Il avait apprécié la vie, mais pas à sa juste valeur. Il sentait sa respiration souffler, comme si elle allait quitter son corps d’un instant à l’autre. Il sentait son cœur battre dans sa poitrine, comme s’il vivait ses derniers moments. Nuage d’Hiver se rendit enfin compte qu’il aimait ce clan, qu’il aimait ces chats, qu’il aimait sa vie, mais qu’il n’avait pas pu les remercier, tous, d’être là pour lui. Comme si elle avait été trop courte. Il regarda autour de lui. C’était quelque chose qui allait lui manquer. Tous ces chats endormis, cette forêt silencieuse – il leva les yeux au ciel – ces étoiles lumineuses.

    Cette nuit là, c’était la dernière fois qu’il les vit. Tout se passa rapidement, mais en même temps, très lentement. Nuage d’Hiver s’écroula sur le sol, pantelant, et son regard se figea un dernier instant sur le ciel immense, infini. Quelques instants plus tard, son âme s’élevait lentement vers les étoiles, accueillantes.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mar 27 Sep - 22:28:36

Chapitre 30


  • Nuage d’Hiver gisait sur le sol. Tout autour de lui était silencieux. Tout était noir. Aucun bruit ne brisait l’harmonie parfaite entre le calme et les ténèbres. Ici, le défunt apprenti avait l’impression d’être seul au monde, reculé de tout endroit, de tout chat, et de tout signe de vie, ainsi petit soit-il. Était-ce ceci, la mort ? Une âme qui erre dans un endroit sans début ni fin ? Nuage d’Hiver essaya de ne pas y croire. C’était si triste, ici. Mais, à vrai dire, pensa-t-il, il y avait sûrement d’autres chats morts ici ! Il n’était pas le premier depuis le début des temps ?! À moins que tout ce passe dans sa tête ? Il se dit que cela devait être super ennuyant, rester là, tout seul, pendant une éternité. À cette pensée, le chat frissonna. Du moins, il éprouva la même sensation que lorsqu’il frissonnait, car il n’était pas sûr d’avoir un corps. Ici, il n’était plus sûr de rien.

    Et Museau de Cristal lui avait dit qu’il rejoindrait les étoiles. Il n’en voyait aucune trace. Il avait espéré pouvoir aider son clan de là haut, mais non. Il devait rester ici, dans ce trou perdu, jusqu’à la fin de l’éternité. Le jeune chat éprouva une grande fureur pour la guérisseuse. Et il n’y avait aucun signe des étoiles. Il aurait bien aimé les voir. Revoir Vieille Étoile, peut-être. La mort lui serait ainsi bien moins douloureuse. En parlant de douleur, Nuage d’Hiver ressentait plus rien. Et c’était à ce moment le seul point positif qu’il trouva à être ici. Et si les étoiles existaient vraiment ? Il aurait aimé y croire. Mais ou étaient-elles.

    Tout changea en quelques secondes. Le même silence et le même calme restèrent, mais Nuage d’Hiver sentait la brise dans son pelage. À ses oreilles, puisque tout à coup il eut la sensation qu’il en avait, lui parvint un léger murmure, lointain. Il l’avait déjà entendu à quelque part, il en était sûr. Il avait l’impression d’avoir un corps, maintenant. Il sentait l’herbe fraîche en dessous de son ventre, mais aucune douleur à sa plaie. S’il entendait et sentait, pouvait-il voir ? L’apprenti ouvrit doucement ses yeux, et cligna plusieurs fois comme s’il se retrouvait sous une lumière inhabituelle. En fait, il faisait sombre. Il pouvait distinguer les arbres, autour de lui, et la lune, géante, comme si il pouvait la toucher du bout du nez. Lentement, il se mit sur ses pattes noires. Un bruissement se fit entendre, dans un buisson tout près, et le jeune chat se retourna rapidement, le pelage hérissé. Il s’approcha de la source du bruit, mais il n’y trouva rien ; Que de la terre retournée et une odeur de chat. Elle ne lui était pas familière, et n’avait pas quelque chose de spécial. C’était tout simplement une odeur. L’arôme du chat qui l’épiait se faufilait au travers des arbres, comme un chemin frais, tout tracé devant lui. Il prit son courage à deux pattes, et suivit la trace. De toute façon, il était déjà mort, rien de pire ne pouvait lui arriver.

    Il marcha plusieurs minutes, la queue basse, inspectant chaque centimètre devant lui. Un bruissement se fit entendre, encore une fois, tout proche de lui. Puis un autre, comme si plusieurs intrus courraient à ses côtés, l’entraînant vers un lieu bien précis. Au loin, les chuchotements mystérieux se faisaient encore entendre. Nuage d’Hiver comprit aussitôt ; C’était comme son dernier rêve ! Celui où des chats le dirigeait vers une masse énorme de chats, dont on ne voyait que les yeux qui brillaient comme des flammes. À cette pensée il frissonna, et voulu rebrousser chemin. Mais où aller ? Et puis, peut-être que ces inconnus ne lui voulaient pas de mal… Il était déjà mort, il n’avait plus rien à craindre. Il continua alors à marcher dans la forêt, sursautant au moindre bruit.

    Cela dura plusieurs minutes, mais de plus en plus, il sentait qu’il se rapprochait du but. En effet, les chats autour de lui étaient plus, chuchotant de plus en plus fort, mais il ne parvint pas encore à les voir. Est-ce que tout ceci était vrai ? Allait-il ‘’vivre’’ dans cette forêt plongée dans la noirceur éternelle ? Il essaya de ne pas trop y penser. Tous ces chats, c’était peut-être simplement son imagination… Non. Il devait y croire. Il pourrait peut-être à nouveau chasser, patrouiller, vivre comme avant… Il ne remarqua pas que les chuchotements avaient cessés. Il déboula tout à coup dans une clairière. Elle ressemblait étrangement au Grand Chêne du Clan du Printemps ? Était-ce possible que ce soit le même endroit ? Non. Il était mort.

    Devant lui, se tenaient des centaines de chats, qui avaient tous des yeux lumineux comme des étoiles. Comme dans son rêve. S’habituant à cette anomalie, il distingua peu à peu les formes des chats qui étaient là. Il n’en connaissait aucun. Au loin, il voyait de grands et forts mâles et femelles, dignes de la place de chef. Il y avait beaucoup, énormément de guerriers. Des centaines et des centaines. Plus qu’au Grand Rassemblement, plus qu’il en avait vu de toute sa vie ! Il distinguait aussi des masses plus petites, sûrement des chatons, encore innocents, qui avaient quitté la vie trop tôt. Dans les premiers rangs se tenaient des chats plus étranges. L’apprenti reconnaissait par-ci où par-là des pattes noires comme les siennes, un pelage blanc duveteux semblable à celui qu’il avait, et même des yeux d’un vert émeraude égal au sien. C’était alors qu’il se rendit compte. Devant lui se tenait sa famille. Et au centre. C’était Vieille Étoile.
    « Bienvenue, dit-elle, bienvenue au sein du Clan des Étoiles… »

    ***

    « Le Clan des Étoiles ? » s’exclama Nuage d’Hiver.
    Il avait envie de pleurer de joie. Retrouver une famille qu’il n’avait jamais connu et Vieille Étoile était la meilleure nouvelle depuis qu’il était… mort. La chatte hésita un petit instant, et dit :
    « Oui. Nous sommes un Clan oublié de tous. Même le plus vieux des anciens ne nous reconnaîtrait pas. Nous étions la croyance de ceux d’avant, des chats qui formaient un et un unique clan. Ces chats, sont tes ancêtres. Tous. Ce sont les morts qui, depuis ce temps, n’ont pas oubliés le Clan des Étoiles. Malheureusement, nous sommes très peu. »
    Nuage d’Hiver sauta sur Vieille Étoile, lui donnant un petit coup de tête amical. La vieille chatte ronronna, comme une mère envers son petit chaton. Une lueur brillait au fond de ses yeux, mais elle s’éteignit tout de suite lorsqu’un chat, aux mêmes yeux que l’apprenti, s’approcha.
    « C’est ton très lointain ancêtre. Il a été un des premiers à rejoindre notre clan. Il connaît toutes les histoire, sont nom est Rock*. »
    « Il est temps qu’il sache, Vieille Étoile… »
    « Je ne sais pas, Rock. »
    Le vieux chat hocha de la tête. À vrai dire, il paraissait très vieux, on aurait dit qu’il avait des millions de lunes, et menés presque autant de batailles. L’ancienne poussa un soupir, et son ami au pelage gris-noir emmena l’apprenti dans une clairière un peu plus loin. Personne ne les suivit sauf Vieille Étoile.
    « Il y a très longtemps, commença le vieux chat, nos ancêtres ne formaient qu’un seul et unique clan. À leur tête, ils avaient un seul et unique chef, qui devait veiller sur son clan. Les chats racontaient des histoires sur des étoiles, qui seraient des chats morts, qui veillaient sur eux. Depuis ce temps, le Clan des Étoiles débuta, et les anciens pouvaient mourir en paix. Pendant plusieurs temps, ils vécurent heureux. Cependant, un chef prit la tête du clan, celui-ci était ambitieux et croyait qu’à la naissance d’un chaton, sa vie était toute faite et liée. Il se nommait Destin. Ce chef voulait avoir toutes les terres environnantes, et posséder tous les chats et les biens qu’il voulait avoir. Et généralement, il réussissait toujours à obtenir ce qu’il voulait. Un jour, une grande bataille éclata entre un gang de chats et le clan. Finalement, le clan récupéra le territoire des autres alors que Destin tua le chef ennemi. Ainsi, il eut pendant quelques temps les terres dont tout chat avait rêvé. Mais un jour, une énorme tempête parvint. Les nuages ombrageux couvraient le ciel d’une noirceur impénétrable, le vent sifflait, faisant tomber des arbres aux alentours, déchainant la rivière ou les chats buvaient et pêchaient. Les éclairs et le tonnerre envahirent longtemps le ciel, dans des bruits ininterrompus. Destin profita de ce désastre et dit que le Clan des Étoiles était coupable de ce qui arrivait aux chats, alors qu’ils avaient essayés de prévenir le chef, dont l’ambition était trop grande pour les écouter. Après nous avoir blâmé, les chats perdirent lentement confiance en nous, et finirent par nous oublier complètement. Destin était comme un dieu pour eux. Il vécut des saisons et des saisons, sans sembler vieillir ou mourir. Peu avant la fin de la tempête, le chef du clan s’évanouit dans la forêt, et plus personne ne trouva sa trace. Tout le monde disait qu’il avait accédé à l’immortalité alors que certains, plus courageux, affirmait qu’il était tout simplement mort. Encore aujourd’hui, personne ne le sait… »

    Nuage d’Hiver avait écouté l’histoire avec attention. Il en resta bouche bée, Destin avait donc vraiment existé ! Comme tous ces chats morts qui étaient autour de lui. Rock poursuivit cependant son récit.

    « Après la mort du grand chef, les chats se répartirent un peu partout, formant plus ses tribus de solitaires que des clans. La bataille régnait entre eux pour avoir les meilleurs territoires. Les plus vieux moururent de faiblesse et de famine, personne ne s’occupait d’eux. Les plus jeunes étaient laissés pour seule défense leurs petites griffes et petits crocs qui n’avaient aucune utilité. Le sang coula à flots alors que seuls les plus forts pouvaient survivre. Puis, quelques temps plus tard, l’état était devenu critique, les terres avaient été inondées et il ne s’y trouvait plus aucune proie ni plante ! Les chats envoyèrent de chacune de leur petite tribu un chef qui devait se présenter au milieu de la plaine lorsque la lune pleine sera à son plus haut point. Quatre des chats se rencontrèrent donc pour la première fois, et décidèrent de quitter ces terres paradisiaques, devenues un véritable enfer. Les chats marchèrent des jours et des jours, gardant la foie que Destin les guidait toujours et encore. Puis, il trouvèrent les terres actuelles, mais ne voulaient pas que la catastrophe recommence. Alors, le plus vieux des chefs proposa de créer la parfaite harmonie afin d’éloigner la tempête. Ainsi, chaque chef prit le commandement d’un clan, portant le nom d’une saison. Et ainsi naquirent pour la première fois, les clans que l’on connaît aujourd’hui. »

    Encore une fois, Nuage d’Hiver resta silencieux quelques secondes, pensif sur le récit qu’il venait d’entendre. C’était impressionnant, il était le premier à découvrir ce clan caché dans le ciel ! Il se félicita intérieurement, mais demeura interdit sur un certain point, qu’il voulu éclaircir :
    « Et à quoi cette histoire va m’aider ? Je suis mort, de toute façon ! »
    Vieille Étoile ronronna. Elle semblait en connaître beaucoup sur le sujet. L’apprenti commença à être agacé. Cacher ce genre de chose ne le ferait avancer dans rien ! Les oreilles sur sa nuque, il toisa la vieille chatte. Celle-ci ronronna une fois de plus, avant d’un petit coup de queue, l’inviter à le suivre. Le jeune chat se leva sur ses pattes, et suivit l’ancienne.

    Ils coururent un bon moment, mais Nuage d’Hiver ne sentait aucune fatigue monter en lui. C’était comme si il ne pouvait plus sentir la douleur. Il aimait bien ce genre de vie… Ou plutôt, de mort. Les deux chats traversèrent une bonne partie de la forêt. L’apprenti trouvait que ici, tous les arbres se ressemblaient. Puis, enfin, ils aboutirent à une clairière qui semblait familière au jeune chat, et pourtant, il ne se souvenait pas de l’endroit auquel il pensait. Tout d’un coup, la vieille chatte se propulsa d’un bond magistral pour un animal aussi abîmé, et fut suivie par Nuage d’Hiver. L’ascension dura quelques instants, bien que l’arbre fut très haut. Enfin, il qu’il arriva aux dernière branches capable de le supporter, il retrouva Vieille Étoile qui l’attendait.

    Le spectacle autour de lui était magique. L’arbre était beaucoup plus haut que les autres, alors on pouvait apercevoir tous les alentours, qui étaient couverts d’une forêt sans fin, de plaines, de collines et de fleuves et rivières qui sillonnaient à travers le pays enchanté.
    « Whaaa…. » l’apprenti ne pouvait s’empêcher de rester silencieux.
    « C’est beau, hein. Un jour ces terres seront tiennes, jeune Nuage d’Hiver. »
    « Elles ne le sont pas déjà ? Je suis mort, comme toi, ne l’oublie pas ! »
    La chatte ne répondit pas tout de suite. Elle leva les yeux vers le ciel étoilé, qui brillait de mille feux. Nuage d’Hiver regarda lui aussi à son tour, et eut l’impression d’être au sommet du monde. On aurait dit que le ciel se terminait juste à quelques longueurs de queue de sa tête, et en même temps, qu’il était infini. Juste au dessus de lui, il y avait un genre de nuage, de surface sans aucune étoile. L’apprenti plissa des yeux, et parvint à y voir un étrange paysage… Cinq rochers, avec un lac et une rivière, un peu plus loin, une forêt immense et une falaise… Cela lui disait franchement quelque chose, comme si c’était un rêve dont il n’arrivait pas à se souvenir une fois réveillé. Curieux, il demanda à Vieille Étoile ce que c’était. La réponse se fit attendre, encore une fois, comme si elle voulait bien choisir ses mots. Enfin, l’ancienne parla.
    « C’est le pont entre ton monde et le mien. Celui des étoiles et celui des vrais chats. »
    Tout à coup, le paysage de l’étrange nuage s’agrandit, et l’apprenti parvint à distinguer un arbre. C’était un chêne, un chêne géant, au milieu d’une clairière. Tout d’un coup, il se souvint.
    « Le Grand Chêne ! » s’exclama-t-il.
    Vieille Étoile hocha de la tête. Nuage d’Hiver sentit un espèce de vide dans le as de son ventre, comme s’il regrettait ce monde qui lui avait semblé si parfait, avec ses amis et son clan.
    « Toison Argentée, dit Vieille Étoile, montre-nous le camp du Printemps. »
    Le paysage s’agrandit encore une fois, montrant le campement, vide et endormi, du Clan du Printemps. Si il aurait voulu, Nuage d’Hiver aurait pu sauter au travers de ce nuage, et se retrouver chez lui. Une étrange gravité le retenait cependant sur ces terres dont il ne voulait plus. Puis, l’image revint au Grand Chêne. L’apprenti aurait pu lever sa petite patte, et toucher une branche de l’arbre gigantesque de l’Autre Côté.
    « Tu as demandé un peu avant pourquoi nous t’avions raconté cette histoire. Nuage d’Hiver, tu as une mission très importante à accomplir. C’est ton devoir de le faire ! Sinon, le Clan des Étoiles et ceux d’En Bas disparaîtront à tout jamais… »
    Une fois de plus, l’apprenti reste bouche bée. Lui ? Remplir une mission ? En quel honneur, lui ? Que devait-il faire ? Mille et unes questions se bousculaient dans sa tête, il ouvrit la bouche, puis hésita, mais parla quand même :
    - Mais je suis mort ! Comment je peux remplir ma mission d’ici ?
    Vieille Étoile le regarda. Elle hésita longuement, comme si elle ne souhaitait pas tout avouer au jeune chat.
    « Tu n’es pas mort, Nuage d’Hiver. En fait, oui, si tu désires vraiment rester ici. Mais sinon, tu pourrais… Passer de l’Autre Côté… »
    Le jeune chat ouvrit grand les yeux. Il n’était pas mort ? Waouh ! Mais le choix qui s’imposait était dur à faire… Ici, il ne ressentait aucune douleur, ni la faim, ni le froid et les autres fléaux de la vie. Il allait connaître tout cela s’il retournait là bas. Mais ses amis ? Après tout, ils allaient le rejoindre, un jour. Mais si Vieille Étoile disait vrai ?
    « Mais comment se fait-il que je ne suis pas mort ? Ma plaie était belle et bien infectée ! »
    « Le Clan des Étoiles te fait cadeau des vies qu’il prend en échange sur les chats que tu connais. Tu es immortel, Nuage d’Hiver, jusqu’à temps où tu sera trop triste de voir tes amis mourir que tu t’éteindras par toi-même. C’est un don qu’il faut utiliser avec intelligence. »
    Immortel ? Cela signifiait qu’il prenait les vies de ses amis en échange pour les siennes ? Cela lui plaisait de moins en mois…
    « Tu étais la première ? » demanda le jeune chat.
    Encore une fois, la vieille chatte hocha de la tête. L’apprenti sentit une boule se former dans sa gorge. Il ne devait pas gaspiller la vie de Vieille Étoile, qui avait tant fait, et qui était même morte pour lui ! Son poil s’hérissa.
    « J’ai encore trop peu d’informations pour continuer ! Comment je dois sauver ces clans ? Et quand ? Je ne sais plus rien ! »
    « Ne t’inquiètes pas, jeune chat, tout te sera révélé en temps et lieu… »
    C’était une réponse trop vague pour l’apprenti qui en voulait plus. Il hocha cependant de la tête, avec mécontentement. Quelqu’un allait-il l’éclairer enfin sur quelque chose ?
    « Alors, que choisis-tu ? Rester ici ou aller aider ton clan ? Une grande bataille se prépare… »
    « Je veux retourner aider mon clan. Je veux relever la mission. Je veux vous sauver, vous, afin que l’on ne vous oublie jamais… »
    Vieille Étoile sourit.
    « Persévère, jeune chat, persévère jusqu’ ce que tu atteignes ton but. C’est une des clés de ta réussite. »
    « J’ai cependant une dernière question… Pourquoi au début, lorsque je suis mort, je ne voyais que du noir, puis vous êtes arrivés par après ? »
    On dirait que la vieille chatte fut contente qu’il pose cette question. Elle lui répondit d’une voix gentille :
    « Le Clan des Étoiles, ce n’est pas d’être mort ou pas, c’est de croire. Et seulement lorsque tu crois au Clan des Étoiles que tu peux le rencontrer… »
    Nuage d’Hiver se blottit une dernière fois dans le pelage ni chaud ni froid de la chatte, sentit une dernière fois son pelage, et regarda une dernière fois dans ses yeux jaunes, luisants de fierté, comme si il avait été son fils. Puis, Nuage d’Hiver se dirigea doucement et en équilibre vers une branche étrangement pendue dans les airs, qui reliait encore les deux mondes. Puis, d’un bond agile, il sauta dans les airs, et en apesanteur, se retrouva dans le ciel étoilé.

    Si des chats avaient étés réveillés cette nuit là, ils auraient affirmé avoir vu une étoile mourir, puis descendre dans le ciel, vers le corps de Nuage d’Hiver. Comme si c’était la première fois, l’apprenti prit une grande respiration, continuant de dormir comme s’il n’avait fait qu’une petite sieste dans la tanière de la guérisseuse. Lentement, parvint à ses oreilles quelques murmures de chats, dont maintenant il connaissait l’origine, et il entendit parfaitement celui de Vieille Étoile, cette fois-ci. Puis, le silence se referma sur lui.


    * Rock est un personnage présent plus tard dans LGDC, ayant déjà fait son apparition dans la série en version anglaise (c’est pourquoi je ne traduis pas son nom dans ma fanfic’).

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mer 9 Nov - 2:37:13

Chapitre 31


« Nuage d’Hiver ? »
Ce furent les premiers mots que l’apprenti entendit lorsqu’il se réveilla de son grand périple. C’était Déchue qui avait parlé. Puis, elle s’exclama :
« Museau de Cristal ! Il… Il est vivant ! »
Il entendit quelques chats accourir vers lui, et ouvrit, doucement les yeux, comme si c’était la première fois qu’il apercevait le monde. Au dessus de lui, se tenaient respectivement Déchue, Museau de Cristal et Nuage de Sapin. Il entendit un cri de joie, qui venait très certainement de Murmure d’Océan, alors qu’elle courrait vers le l’apprenti. En effet, ce dernier ce trouvait au centre du camp. Il avait sûrement été veillé par ses amis, et lorsque les dernières étoiles furent remplacées par un ciel orangé et ensoleillé, il avait repris vie, comme par magie.

Bientôt, un attroupement se fit au centre du campement. Nuage de Pavot arriva avec des herbes médicinales.
« Est-ce que tu te sens bien, Nuage d’Hiver ? »
« Oui, je pense… », répondit le chat blanc.
Son amie fouilla dans son pelage situé sur son ventre. Tassant du museau une motte de poils, elle vit une cicatrice bien guérie. À son tour, elle appela Museau de Cristal, qui s’étonna de voir que la vilaine plaie infectée du chat n’était plus qu’une mince ligne de couleur peau, bien cicatrisée.

Nuage d’Hiver se leva doucement, avant de s’apercevoir qu’il n’avait plus mal, nul part. Lorsque la nouvelle fut dispersée dans le camp, Nuage de Sapin donna un petit coup de queue sur l’épaule du chat, l’invitant à manger un morceau. Content de sortir de ce centre d’attention, il suivit son ami.
« Que s’est-il passé, depuis que je suis tombé malade ? » demanda nerveusement l’apprenti.
Nuage de Sapin poussa un soupir. Ce n’était sans doute pas un très bon signe. Est-ce qu’il y avait eu d’autres blessés ? D’autres malades ?
« Comme tu sais, Pelage de Lichens est toujours dans la tanière de la guérisseuse, son cas s’aggrave. On craint aussi pour Petit Éclair, qui semble faiblir de jour en jour. Sinon, Petit Espoir a un cas très grave, elle est trop petite pour se défendre de la maladie, tout comme Petite Brume. Les autres chatons semblent en forme, mais Éclair du Soir est un peu déconcentré, et ne se sent pas très bien… »
La moitié du camp était donc atteinte de la maladie ! Mais d’où venait-elle ?! Nuage d’Hiver frissonna à l’idée qu’il y ait d’autres morts, déjà que son clan était plus faible que les autres. Sur le tas de gibier, il ne restait que deux maigres souris et un pinson à moitié déplumé. Renonçant à manger – il n’avait toute façon pas vraiment faim, il proposa à son ami une partie de chasse. Sautant de joie, ils allèrent demander à Plume de Phénix de les accompagner, avec Déchue et Murmure d’Océan.
« Ce sera ma première partie de chasse en temps que guerrière ! » s’exclama la chatte aux yeux bleus.
La petite troupe de cinq chats se dirigea donc vers la sortie du camp. Malheureusement, Queue Touffue ne pouvait les accompagner, il faisait déjà partie d’une patrouille de territoire. Ainsi donc, les chats se dirigèrent vers la forêt broussailleuse.

La saison des feuilles mortes était déjà là, les arbres se colorant en rouge et en orange, parfaitement en harmonie avec la beauté grandiose de la nature. Nuage d’Hiver respira à fond…! Quel bonheur d’être vivant, de chair et d’os, là, à chasser dans la forêt ! L’apprenti sentit une proie, un écureuil ! Murmure d’Océan, la plus proche de la bête, se plaçait déjà en position de chasse. Tout doucement, elle s’approcha de l’animal qui faisait des réserves pour l’hiver. Au dernier moment, l’écureuil s’aperçut qu’il était traqué, et voulu s’enfuir dans un bond. Mais la chatte fut plus rapide, d’un coup de patte agile, et cassa le cou de l’animal, et revint, triomphante.
« Joli coup ! » s’extasia Nuage d’Hiver.
La chatte répondit par un ronronnement amusé, et ils continuèrent leur chemin, à la recherche de d’autres animaux.

Une gerbille passait doucement par là, sa longue queue trainante dans l’herbe. Ce fut Nuage d’Hiver qui la trouva en premier. Aussitôt, il mit tout son poids sur ses pattes de derrière, et avança doucement, dans une position encore un peu maladroite. Avec sa patte gauche, il fit craquer une branche. Sa proie releva la tête, et de petits bonds, s’enfuit dans les fourrés. Tout de suite, l’apprenti la suivit en courant, et finit par la rattraper, bondissant sur l’animal. Après un petit coup de dent, ce fut fini de la vie de la petite gerbille.
« Très bien, dit son mentor, mais fait plus attention la prochaine fois afin de ne pas faire de bruit. Ne mets pas tout ton poids sur un côté de ton corps, mais réparti-le également ! »
Hochant de la tête, l’apprenti se concentra sur les paroles de Plume du Phénix afin de bien se souvenir de ces détails importants.

Il continuèrent ainsi, jusqu’à ce que le soleil soit à son plus haut point dans le ciel, et rentrèrent au camp. Nuage d’Hiver avait attrapé une gerbille et un petit oiseau, Nuage de Sapin, deux souris, Murmure d’Océan son écureuil et Plume du Phénix un rat d’eau et un petit lièvre.
Ce soir là, le clan fut pour une fois bien nourrit.

***

« Nuage d’Hiver, Nuage de Sapin, venez m’aider à soigner les malades ! » Museau de Cristal fut claire, et les deux chats traversèrent le camp. Ils venaient de revenir d’un entraînement de combat, fatigués, ils étaient biens content de faire quelque chose pas trop exigeant, avant qu’un autre chat les amène faire un patrouille ou quelque chose du genre. Ils se dirigèrent donc vers la tanière de la guérisseuse, qui les attendait. Nuage de Pavot n’était pas là.
« Elle est allée chercher de la mousse remplie d’eau avec Déchue et Queue Touffue, pour les malades. » expliqua Museau de Cristal.
Les apprentis rentrèrent dans la tanière, tandis que l’odeur de la mort les assaillit. La guérisseuse leur répondit par un regard triste. Sur une litière étaient les chatons : Petit Éclair, Petit Espoir et Petite Brume. Celle qui semblait le plus mal en point était la petite chatte blanche, qui avait à peine ouvert les yeux, que l’on devinait bleus. La pauvre petite chatonne respirait avec peine et son museau était sec.
« Il ne me reste presque plus de tanaisie, efficace contre la fièvre. En attendant, donnez à chaque chaton une graine de pavot. »
Un petit trou de grotte se trouvait quelques petites graines noires. Nuage d’Hiver en prit quelques unes sur sa patte, et avec l’aide de son ami, en administra à chaque chaton. Museau de Cristal semblait concentrée à faire un mélange de tanaisie et de baie de genièvre, puis donna la pâte de ce remède à la petite chatte blanc, et aux deux autres. Doucement, leur respiration se calma.
« Cela suffira pour aujourd’hui, mais bientôt l’effet des herbes s’estompera. La saison des neiges arrive, et je vais être à court de médicament pour les soigner… »
Sans que les chats puissent ajouter un mot, Nuage de Pavot et sa petite troupe revinrent, avec un peu d’eau dégoulinante de la mousse. Ainsi, l’apprentie abreuva en premier les chatons. Mais Pelage de Lichen, et Éclair du Soir, qui avait rejoint pendant la nuit la tanière de la guérisseuse, avaient soif, et ne pouvaient plus marcher.
« Nous irons en chercher » proposa l’apprenti au pelage blanc.
« D’accord, fais-toi accompagner de Nuage de Sapin et de Nuage de Pavot. »
L’apprenti regarda son mentor, qui d’un signe de tête, lui fit comprendre que pour l’instant, elle n’avait pas besoin d’elle.

Ensemble, la petite troupe quitta le camp, chaque apprenti ayant un tas de mousse dans la gueule. Sans parler, ils traversèrent la forêt. Puis, quelques instants après, Nuage de Sapin parla :
« Mais au fait, tu étais mort, toi ! Comment cela se fait que tu es revenu ? »
L’apprenti au pelage blanc ne savait pas s’il devait confier à son meilleur ami ce qu’il avait vécu. Il se dit qu’il attendrait le moment propice, alors il haussa simplement des épaules. Pour changer de sujet, Nuage de Pavot ouvrit la bouche à son tour :
« C’est horrible tous ces malades… Imaginez s’il y a une autre bataille, nous sommes tous morts ! »
Un silence suivit la déclaration de la jeune chatte. Nuage de Sapin, dans un pâle sourire, ajouta :
« Mais nous sommes là… »
« Je ne pense pas que nous soyons de grand secours face à des guerriers… » répliqua la chatte.
« Eh, nous allons bientôt le devenir, aussi ! »
« Idiot, il nous manque encore beaucoup d’entraînement ! En plus, vous avez eu un arrêt d’entraînement, puis il y a eu la bataille, et Nuage d’Hiver est tombé malade ! Vous en avez manqué beaucoup ! »
L’apprenti apprécia le fait que Nuage de Pavot ait évité le sujet de sa maladie. En même temps, c’était vrai qu’ils étaient en retard, Murmure d’Océan et Griffe de Marbre, à peine quelques lunes plus vieux qu’eux, étaient déjà guerriers ! Il interrompit le cours de ses pensées car ils étaient arrivés à la rivière.

L’eau étincelait sous le soleil brillant de l’automne, mais non moins froid. En sentant la brise légère dont les arbres le protégeaient habituellement, Nuage d’Hiver eut un frisson. Son pelage n’était pas encore tout à fait prêt pour l’hiver à venir. D’un coup d’œil à ses amis, il s’approcha de la rivière. Doucement, il y déposa le morceau de mousse, qu’il tenait fermement entre ses dents. Veillant bien à garder son équilibre, il ramena l’eau emprisonnée sur les galets gris qui entouraient le cours d’eau. Ses amis firent de même, et après avoir mouillé toute la mousse à leur disposition, il inspecta l’autre côté de la rivière. Tout lui semblait trop calme, beaucoup trop calme… Aucun chat qui pêche, qui patrouille… Mais bon, il n’allait tout de même pas se mêler des affaires des autres ! Le jeune apprenti aurait tout de même voulu remercier normalement Rivière Sauvage, qui l’avait sauvée deux fois. Mais il ne vit aucune trace d’une tache brune représentant le pelage écaille de la reine. Haussant des épaules, il se dirigea vers Nuage de Sapin et sa sœur qui l’attendaient.
« Tout va bien ? » demanda gentiment cette dernière.
« Bien sûr. » répondit franchement Nuage d’Hiver.
Mais comment tout pouvait aller bien ? Son clan était faible, rongé par la maladie et par les blessés, ne comptant plus que quelques guerriers, et dont l’avenir était assuré que par certains apprentis débordés et par des chatons trop faibles pour survivre. Et encore, la saison des neiges n’était pas là…

***

« C’est bien, Nuage d’Hiver ! »
L’apprenti avait esquivé adroitement un coup de son mentor. Mais ce dernier l’avait fait lentement, et ce n’était pas quelque chose de très dur à faire.
« Mais tu manques beaucoup de pratique, nous avons négligés ton entraînement. Je veux dès aujourd’hui que tu viennes à chaque crépuscule ici même, au Grand Chêne, afin de t’entraîner. Bien sûr, je serais là. Recommençons le mouvement. »
Sans prévenir, le guerrier s’élança beaucoup plus rapidement que la première fois sur son apprenti, et ce, sans prévenir. Nuage d’Hiver esquiva à la dernière seconde, mais son mentor réussit à s’abattre sur le bas de son dos, le taillardant de ses pattes inoffensives, aux griffes bien rentrées dans leurs coussinets.
« Si j’étais un vrai guerrier que tu devais affronter, déjà, tu serais mis en pièces. Allez, montre un peu de ce que tu sais faire ! Le temps n’est plus à la rigolade ! Nous devons travailler, allez, tu es descendant du Clan des Ténèbres, tu dois bien être fort ! »
Nuage d’Hiver feula. Il s’élança sur son mentor, et fit semblant de planter ses griffes dans ses épaules. Adroitement, Plume du Phénix n’eut qu’à lever la patte pour mettre l’apprenti au sol, serré contre sa gorge.
« Pitoyable. »
Le guerrier roux s’ébroua, avant de quitter la clairière, en direction du camp. Nuage d’Hiver resta éberlué, sur le sol. C’était la première fois que son mentor se trouvait aussi dur avec lui ! Qu’avait-il fait pour mériter cela ? Il lui semblait que Plume du Phénix était beaucoup plus tendu ces temps-si.
« Nous allons continuer l’entraînement ce soir. Rejoins-moi ici, au Grand Chêne, au crépuscule. »
Nuage d’Hiver était exténué, mais acquiesça. Sans rajouter un mot de plus, Plume du Phénix disparu entre les buissons.

L’apprenti regarda autour de lui. Le ciel était nuageux, pourtant une mince source de lumière provenait du soleil, illuminant les arbres rouges et jaunes. Par cette jolie journée, quoique bien froide, Nuage d’Hiver ne souhaitait pas rentrer au camp. Il se rappela que Nuage de Sapin était parti en patrouille de chasse, proche de la falaise. Avec un peu de chance, il pourrait les rattraper ! Aussitôt le chat s’élança vers l’endroit désigné, courant à travers la forêt, le vent de la saison des feuilles mortes secouant son pelage. Après plusieurs minutes, il parvint enfin à l’endroit. Il leva le museau dans la brise glaciale, espérant attraper une odeur quelconque de la patrouille. En effet, elle était passée il y a déjà un bon bout de temps. La trace n’était plus très fraîche. Cependant, le jeune chat sentit l’odeur d’un lièvre ! Il suivit la trace, qui menait dans les bois environnants. L’animal se tenait là, juste devant lui ! Il avait le pelage brun qui commençait à grisonner, pour devenir blanc lors de la saison des neiges. Nuage d’Hiver s’accroupit devant sa proie de bonne taille… Combien de chats pourrait-il nourrir avec le lièvre ! Excité, il s’accroupit dans les taillis et observa l’animal, qui mangeait quelques graines, les oreilles levées, alertes. Puis, se doutant de rien, il tourna le dos au jeune chat. Nuage d’Hiver profita de cet instant pour bondir, mais au même moment, fit malheureusement craquer une petite branche. Le lièvre redressa ses oreilles, regarda une demi-seconde le chat, avant de s’élancer. Même s’il n’avait que peu de chances de l’attraper, Nuage d’Hiver le poursuivit. Sentant le vent dans son pelage, il se réjouissait de cette escapade. Plus rien ne comptait, ni la chasse, ni le clan, ni l’entraînement et la fureur de son mentor… À la dernière seconde, le lièvre se précipita dans un terrier ingénieusement caché dans le sol, ce qui ramena Nuage d’Hiver sur terre. Mais ce dernier ce rendit compte qu’il ne reconnaissait pas l’endroit où il se trouvait. Baissant sa tête pour sentir les quelques feuilles sur le sol. Eh zut ! Il avait traversé la frontière entre le Clan des Ténèbres et le sien. Cependant, une autre odeur, portée par le vent, l’avertissait d’une patrouille de redoutables guerriers venant dans sa direction. Se cachant dans le premier buisson venu, l’apprenti ne fit aucun bruit, regardant ses anciens camarades de clan. Il y avait Assassin, un chat blanc aux yeux imbibés de sang et Brume, accompagnés de Nuit ainsi que de… Vagabond. Le cœur de Nuage d’Hiver fit un saut dans sa poitrine… Que son ami avait grandit ! Il était maintenant de la taille d’un guerrier du Clan du Printemps, beaucoup plus imposant que l’apprenti blanc et noir, qui avait une taille plus grande que la moyenne de son clan. À côté des guerriers du Clan des Ténèbres, les autres avaient l’air de simples jouets, si faciles à briser. Prenant son courage – où sa stupidité – entre les pattes, il fit un petit bruit, lorsque Vagabond, le dernier de la patrouille, passa devant le buisson. Après avoir fait un bond de surprise, suivit d’une question agressive de la part d’Assassin, il répondit sagement :
« Ne vous inquiétez pas, j’ai mis la patte dans un terrier de lapin, j’ai un peu mal, je vais vous rejoindre au camp dans quelques instants. »
Après des feulements insatisfaits du guerrier, l’apprenti tigré poussa un soupir de soulagement lorsque la patrouille fut hors de vue.
« Ne recommence jamais ça, idiot ! » chuchota-il à Nuage d’Hiver.
« Désolé, je suis arrivé ici en suivant ce stupide lièvre… » répondit piteusement l’apprenti du Clan du Printemps.
« Pas grave… Et alors, ça va bien ? »
Si ça allait bien ? Après avoir été tué, avoir reçut une mission d’un clan dont personne ne connaît le nom, d’être retourné à la vie et d’avoir été engueulé par son mentor, on pouvait dire que ça n’allait pas si bien que ça… Mais il opta pour la réponse facile.
« Oui… Et toi ? »
« Ouais… Je vais bientôt devenir guerrier, c’est bien, non ? Il reste encore quelques petits tests à passer et à prouver que je suis bien capable d’être guerrier. Pendant la saison des neiges, sûrement. »
« C’est bien ça ! C’est dommage, on ne se voit plus très souvent… »
Ainsi la discussion continua, Vagabond s’enquit des nouvelles de sa sœur qui a rejoint le Clan du Printemps, et à son tour Nuage d’Hiver demanda l’état de sa mère et des autres chats. Après avoir été rassuré, Vagabond fit remarquer qu’à l’heure présente, on le cherchait sûrement.
« Ah, j’imagine qu’il vont remarquer mon absence aussi… »
C’est ainsi qu’ils se quittèrent amicalement, et que l’apprenti revint sur son territoire, soulagé. Il se roula dans la terre quelques instants, pour cacher l’odeur du Clan des Ténèbres, puis reprit son chemin.
Il croisa la patrouille de Nuage de Sapin, alors qu’il venait d’attraper une souris et un oiseau pour justifier son absence, et ensemble retournèrent au camp.
« Je me demande où se trouve Plume du Phénix » dit Nuage de Sapin « Je ne l’ai pas vu depuis ce matin… »
Soudain, Nuage d’Hiver se souvint de l’entraînement qui l’attendait au Grand Chêne, ce soir.
« Crotte de souris ! J’avais presque oublié ! Je dois y aller ! »
Déjà, le soleil se couchait sur le camp silencieux, et Nuage d’Hiver se précipita hors de sa tanière, en direction de la clairière d’entraînement entourant l’arbre majestueux. Au milieu, Plume du Phénix l’attendait.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mar 3 Jan - 5:08:43

Chapitre 32


Le soleil venait à peine de se coucher que Nuage d’Hiver se retrouva seul avec son mentor, dans la clairière du Grand Chêne. La soirée venait de tomber, déjà le soleil se cachait à l’horizon. Plume du Phénix semblait exténué, mais plus sévère que jamais. L’apprenti se demanda ce qui avait fait changer son mentor…
« Bien, tu es là. » dit le vétéran. « Cours. »
Nuage d’Hiver resta sur place, étonné. Que voulait dire son mentor ? Il y avait une attaque ? Des intrus ? Voyant que le vétéran était toujours assis calmement, l’apprenti le regarda avec des yeux ronds. Poussant un soupir, le matou au pelage roux flamboyant se dirigea vers l’autre bout de la clairière, lentement, au petit trot, il décrivit un cercle autour du chêne majestueux. À la fin, il regarda son apprenti et le nargua ;
« Tu as quatre pattes, non ? Alors cours ! »
Ne comprenant toujours pas ce qu’il devait faire, Nuage d’Hiver resta sur place, sous l’œil frustré de son mentor. Ce dernier feula autoritairement, avant de s’écrier :
« On va voir ce que tu as dans le ventre…! Cours et montre que tu es bien digne du Clan des Ténèbres ! »
Cette dernière phrase fit hérisser le poil sur l’échine de Nuage d’Hiver. Il était du Clan du Printemps, maintenant ! Ne voulant pas paraître faible devant son mentor, ce dernier commença à trotter doucement autour du Grand Chêne, décrivant un cercle dans le sable. Au début, la tâche ne fut pas trop difficile, mais plus que la lune montait dans le ciel, plus Nuage d’Hiver avait du mal à avancer. Plume du Phénix se tenait au milieu, sur une racine de l’arbre imposant, poussant son apprenti à aller toujours plus vite.
Nuage d’Hiver ne comprenait pas… Pourquoi son mentor se montrait si dur avec lui, tout à coup ? Avait-il fait quelque chose de mal ? Plus le temps avançait, plus l’apprenti serrait des dents, il ne savait pas trop contre qui être furieux. Il était un peu perdu, alors que la fatigue l’asseyait. Son corps commençait à trembler, tandis que le froid de la nuit de la saison des feuilles mortes engourdissait ses membres las. Ses yeux se fermaient tous seuls, mais Plume du Phénix prenait bien soin de le rappeler à l’ordre. Le temps semblait si long… Épuisé, Nuage d’Hiver ne prenait même plus la peine de galoper à grande vitesse, il trottinait doucement, attendant la fin de « l’entraînement ».
- Continue à courir !, dit la voix de son mentor, autoritaire et ferme.
Le jeune chat reprit un peu de la vitesse, mais rien à faire, il se sentait ballotter de tous les côtés, exténué. Parfois, il jetait un coup d’œil au ciel, regardant la lune et les étoiles… Celle-ci commençait tout juste à descendre. La plus grande partie de la nuit était derrière lui a présent, mais rien n’y faisait, s’il devait courir encore, autant s’arrêter tout de suite. Ne sachant pas trop quoi faire, il continua, dans un cercle parfait. Tourner, tourner, tourner… Il n’arrivait plus à penser clairement… Il allait tomber endormi… Non. Il devait continuer. Mais la fatigue le rattrapait…

Lorsque la lune fut assez basse dans le ciel, Plume du Phénix lui demanda de venir au milieu. Poussant un soupir de soulagement, il s’exécuta. Le sable était tout tassé, épousant la forme du trajet que Nuage d’Hiver avait tracé. L’apprenti s’arrêta juste devant son mentor. Ce dernier ne semblait pas très fatigué, et à peine ennuyé. Il regarda pendant quelques instants son apprenti et dit de sa voix grave :
- J’attends mieux de toi, la prochaine fois.
Mais il semblait assez satisfait. Sans comprendre trop ce que le matou au pelage roux lui disait, les pattes de Nuage d’Hiver le menèrent tous seuls au campement, avant de s’affaler aux côtés de Déchue, qui dormait déjà. Sans plus attendre, l’apprenti s’endormit.

***

Nuage de Sapin le réveilla à l’aurore, lui donnant des petits coups de pattes sur l’épaule. L’apprenti au pelage blanc et aux pattes noires murmura quelques paroles incompréhensibles, avant de se rendormir. Grommelant, Nuage de Sapin recommença à réveiller son ami, mais rien n’y faisait. Déchue rentrait justement de la patrouille matinale, dit au chat écaille :
« Regarde cette technique, ça marche à tous les coups ! »
Sans plus tarder, elle sauta directement sur Nuage d’Hiver, qui ouvrit les yeux dans un grand sursaut, sous les rires de Nuage de Sapin.
« Allez, viens, on est sur la patrouille de chasse, ce matin ! » dit ce dernier.
Nuage d’Hiver avait l’impression d’avoir dormi quelques minutes, avant d’être brutalement tiré hors de sa litière. Il se leva sur ses membres douloureux, et secoua son pelage plus très bien entretenu. Amicalement, Déchue lui donna quelques coups de langue sur le dos, afin de plaquer une énorme touffe de poils qui ressortait particulièrement. Ronronnant d’amusement, l’apprentie laissa ses deux amis sortir pour la patrouille.
- Qui est avec nous ?, demanda Nuage d’Hiver.
- Griffe de Marbre et Étoile Sombre lui-même.
- Super…
C’était assez rare que le chef sorte pour une patrouille de chasse. Après tout, il avait tous les droits de se servir lui-même dans le tas de gibier, même s’il n’avait pas chassé. En parlant de manger, les deux jeunes chats se dirigèrent à côté du promontoire, où se trouvait normalement les proies tuées par le clan. Rafale de Vent mangeait goulûment une pièce de choix, près du tas de gibier qui semblait tout petit. Lorsque Nuage de Sapin s’approcha pour prendre une petite souris, le lieutenant lui donna un vif coup de patte sur la tête, feulant.
- Aïe !, s’exclama Nuage de Sapin.
- C’est la réserve de nourriture pour la prochaine assemblée, pour le Clan des Ténèbres ! On ne touche pas !
- Et c’est où, la nourriture pour nous ?, demanda Nuage d’Hiver.
Sans rien dire, Rafale de Vent, qui avait fini la dernière pièce de nourriture du vrai tas de gibier, se lécha les babines, après s’être levé et secoué comme un vieux matou. D’un pas chancelant, il alla vers la tanière des guerriers.
« Espèce d’égoïste ! » murmura Nuage de Sapin, sans être entendu.
En même temps, ils entendirent un chat roucouler derrière eux. Faisant volte face, ils se trouvèrent nez à nez avec Étoile Sombre. L’apprenti au pelage écaille balbutina quelques mots d’excuse, presque écrasé par la taille du chef. Mais celui-ci fit semblant de ne pas l’avoir entendu et souria.
« Alors, vous venez pour cette patrouille ? »
Le mâle imposant se retourna, et d’une démarche désinvolte, alla s’asseoir avec Griffe de Marbre, près de l’entrée du camp. Haussant des épaules, Nuage de Sapin fit un petit signe à son ami, et tout deux allèrent rejoindre leur chef.

C’est lorsqu’ils entrèrent complètement dans la forêt que Nuage d’Hiver se rendit compte de la température. Il faisait gris et pluvieux, et tous les arbres étaient désormais teintés de rouge, d’orange et de jaune, rajoutant un peu de couleurs à ce paysage maussade. Étouffant un ultime bâillement, Griffe de Marbre fit taire l’apprenti. Le jeune guerrier avait sentit quelque chose.
« Chuuut » dit-il, en faisant signe aux autres de rester à leur place.
Le chaton blanc aux pattes noires entendit un bruit dans les buissons. L’odeur particulière lui informa que c’était un rongeur, une souris. Aussitôt, Griffe de Marbre se mit en position de chasse, son poids répartit à l’arrière de son corps. Il s’avança doucement, ses pattes d’en avant tapotant le sol doucement, puis, lorsqu’il fut proche de sa proie, s’éleva dans les airs afin de ré-atterrir tout aussi agilement et silencieusement sur le rongeur, qui n’eut même pas le temps de couiner avant d’être mordu à la gorge.
« Bravo ! » s’exclama Étoile Sombre. « Je vois que nos guerriers sont bien formés ! »
Griffe de Marbre n’aurait pas pu être plus embarrassé mais fier de lui-même, tandis que son chef lui donna un petit coup de patte sur l’épaule. Nuage d’Hiver devait reconnaître que ce dernier avait du talent pour la chasse.
« Maintenant, voyons de quoi nos apprentis sont capable… » ajouta le matou gris, le sourire au lèvres.
Nuage de Sapin semblait tout excité, voulant prouver à son chef de quoi il était capable. Pendant quelques instants, les chats se promenèrent dans la forêt, aux aguets. Nuage de Sapin leva la queue, vivement, il avait senti quelque chose. En effet, entre les racines d’un grand arbre se tenait un mulot bien dodu, entrain de grignoter quelques petites graines. L’apprenti au pelage écaille s’accroupit au sol, dans une position un peu plus maladroite que celle du guerrier, mais tout de même assez précise. Il s’avança au sol comme sil marchait sur une petite branche, en équilibre précaire. Tout à coup, il bondit, coinçant la petite bête contre le tronc de l’arbre, et d’un coup de patte, mit fin à sa vie. Encore une fois, Étoile Sombre félicita l’apprenti, puis d’un ton plus sérieux, il déclara qu’il ne fallait pas traîner.

Enfin, ce fut au tour de Nuage d’Hiver. Il repéra la trace de l’animal en premier, s’étant un peu éloigné du groupe. Le chef au pelage gris lui donna son autorisation, et l’apprenti se fraya un chemin entre les buissons. Il faillit s’étrangler en voyant sa proie : Un grand lièvre aux longues pattes. Bien qu’il fût assez vieux, la « proie » était imposante, et sans doute très rapide pour son âge. Nuage d’Hiver s’avança doucement, les pattes d’en avant posées silencieusement sur le sol, tout son poids regroupé sur ses antérieurs. Il s’approcha du mieux qu’il pouvait de la bête, sans en détacher son regard. Il bondit. Malheureusement, au dernier moment, lorsqu’il sauta, sa petite patte noire accrocha une branche sur le sol, et le lièvre fut alerté. Sans attendre plus longtemps, l’animal détala, tandis que l’apprenti retomba sur ses quatre pattes.
« Crotte de souris ! » siffla-t-il entre ses dents.
Il rejoint le petit groupe qui l’attendait sous le buisson. Griffe de Marbre ne dit rien, mais Nuage de Sapin rassura son ami :
« Ce n’est pas grave, même un guerrier expérimenté n’aurait pas pu l’attraper ! »
« Mmh… Je ne sais pas. »
Les deux chats sursautèrent. La voix était celle d’Étoile Sombre, qui s’était éclipsé quelques instants. Ils déposa gentiment sur le sol un cadeau : Le lièvre, mort, une plaie dans le cou.
« Co…Comment ? » balbutia Nuage d’Hiver.
« Un guerrier se doit d’être rapide et instinctif, tout en restant spontané et réfléchi. Il faut être le chasseur, et non la proie, jeune Nuage d’Hiver. Tu savais que tu n’attraperais pas ce lièvre. Tu en aurais été capable, si tu avais cru en toi. La prochaine fois, incline-toi un peu plus, mets ton ventre sur le sol, sans forcément mettre du poids sur tes épaules. »
Le petit groupe de quatre chats continuèrent à chasser dans la forêt. L’apprenti reprit confiance et à la fin de l’après-midi, il avait attrapé deux souris et même une perdrix. Griffe de Marbre avait sa souris ainsi qu’un jeune lapin, Nuage de Sapin avait eu son mulot et deux petits oiseaux, alors que le chef avait prouvé ses talents de chasse en ramenant au camp le lièvre ainsi qu’un écureuil et un rongeur. Le Clan du Printemps les accueillit avec joie, mais ils n’eurent guère à manger puisque le lièvre, deux souris et un oiseau allèrent au tas de gibier pour le Clan des Ténèbres. Tout de même, Étoile Sombre, qui se prit lui-même une souris, invita les deux apprentis à prendre la pièce de leur choix pour le progrès évidents.

Finalement, ils prirent l’écureuil – puisque Nuage d’Hiver n’en n’avait jamais goûté avant - et Nuage de Pavot les rejoints. Commençant à manger, et trouvant que la pièce de viande était succulente, puisqu’il avait peu mangé ces temps-ci, Nuage d’Hiver demanda à l’apprenti guérisseuse comment allait ses patients.
« Ah, ils vont assez bien. » répondit la jeune chatte « Mais je sens que cette maladie ne fait que commencer à faire des ravages dans le clan… Et je le crains, en particulier, que les chatons en subissent beaucoup plus. L’hiver ne va pas être facile, mais il arrive… »
Le petit morceau d’écureuil resta en travers de la gorge de Nuage d’Hiver. Est-ce si grave que ça ? Avalant, il sentit son pelage s’hérisser.
« Nuage de Pavot ! Viens ici ! »
« Zut, Museau de Cristal m’appelle… Désolé ! »
Finissant sa bouchée, la jeune chatte écaille se releva en un bond, et accourait vers la tanière de la guérisseuse. Regardant l’antre noir où son amie veniat de disparaître, il remarqua par la même occasion que Petite Comète jouait à un jeu bien étrange. La petite chatonne marchait au centre du campement, écrasée contre le sol comme si elle voulait pas qu’on la voit. Évidemment, tout le monde se tourna vers elle lorsqu’elle trébucha au centre du camp. Puis, comme si de rien était, continua sa démarche subtile vers Nuage d’Hiver. Petite Comète se rapprocha, et murmura à l’oreille de l’apprenti :
- J’ai des informations bien utiles…
- Quelles genre d’informations ? demanda Nuage d’Hiver, jouant au jeu.
- J’ai entendu des choses… Entre le chef et Plume de Phénix, te concernant. Rejoins-moi à la nuit quand la patrouille de jour reviendra, derrière la tanière des apprentis.
Puis, retournant tout aussi silencieusement vers la pouponnière, où sa mère l’attendait, l’œil soupçonneux. Nuage de Sapin n’avait rien remarqué, couché sur le dos, ronronnant de toute sa force, le ventre plein. L’apprenti au pelage blanc ouvrit la bouche, mais encore une fois, quelqu’un l’interrompit :
- Nuage d’Hiver !, cria Rafale de Vent, un peu plus loin.
- Oui ?
- Ton mentor veut te voir ce soir, près du grand chêne, à la nuit tombée. Soit à l’heure, cette fois !
Oh non ! Allait-il encore passer sa nuit à courir en rond comme un chaton idiot ? Et que signifiait « Soit à l’heure, cette fois » … ? Le lieutenant savait donc ce qui se tramait ! Et il ne faisait rien pour l’arrêter ! Tout de façon, Rafale de Vent n’était pas du genre à aider des apprentis qui ne faisait qu’apprendre les lois de la nature. Et où était donc Plume du Phénix ? Pas dans une patrouille, ni à la chasse, ni dans le camp… On ne l’avait pas vu de la journée…

***

« Tu sais pourquoi nous sommes ici ? »
Petit Comète se prenait décidément très au sérieux. Et ils étaient là, dans l’espace exigus entre les branches du saule et la paroi rocheuse du camp.
« Je veux quelque chose en échange. » averti la petite chatte.
« Et quoi ? » roucoula Nuage d’Hiver. « Une motte de mousse pour jouer ? »
Petite Comète se leva, et marcha très dignement, la tête haute, vers la sortie de l’endroit.
« Attends ! » chuchota l’apprenti. « Disons… la plus belle souris que j’aurais chassé demain ? »
« Et de jouer avec nous ! »
Nuage d’Hiver hésita quelques instants, puis accepta le marché.
« J’étais au tas de gibier, maman disait qu’il y avait plus rien à manger, ces temps-ci, c’est vrai, hein, il y avait qu’un petit rouge-gorge et un mulot ! Bien évidemment, on a pris le mulot, il était bien meilleur, c’est prouvé, les rongeur on toujours meilleur goût que… »
« Viens en aux faits ! »
« Huum… » dit-elle, offusquée. « Bref. On entendait Étoile Sombre parler à Plume du Phénix, Pelage de Lichens et Rafale de Vent. Il disait « … le Clan de l’Hiver ! Celui des Ténèbres ! Et les autres ! Il faut préparer nos guerriers, chasser, s’entraîner à combattre, à défendre le camp !... Nous devons prouver que nous sommes forts… Et si ils attaquent le camp ? … Entraînez-les, tous ! … chatons sont trop jeunes… Non… ne peux pas… Mais apprentis ! … faîtes-en les meilleurs guerriers que vous avez jamais eut !... Tout ce qu’il faut… ! » C’est tout. »
Cela expliquait bien des choses aux yeux de Nuage d’Hiver. Plume du Phénix avait reçu des ordres d’entraîner encore plus les apprentis, et voilà qu’il le malmenait ! En plus, on craignait des batailles à venir ! Mais que pourrait-il faire, s’il était mort de fatigue et de faim ? Non mais ! Tous des chats stupides ! Tout de même, il remercia Petite Comète qui alla rejoindre la pouponnière.

La nuit venait de tomber, il fallait vite aller au Grand Chêne ! Sans avertir personne, Nuage d’Hiver galopa à travers la forêt, puis arriva à l’endroit désigné, s’attendant à le voir vide de tout être. Mais Plume du Phénix était là, et il attendait.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Jeu 17 Jan - 2:55:39

CHAPITRE 33


La nuit avait été longue et dure, et ce n'est qu'au petit matin, lorsque le ciel noir laissait place à un peu de clarté, que Plume du Phénix le libéra de sa course effrénée. Alors que le vétéran se faufila entre les buissons, Nuage d'Hiver prit son propre chemin pour rentrer au camp. Visiblement, le silence trahissait la fatigue des guerriers, qui dormaient encore tous. L'apprenti écarta doucement les branches du saule, et se glissa sur sa litière plus très propre. Il s'endormit, bercé par les odeurs de ses amis, et leur souffle calme.

« Réveille-toi, paresseux! » s'écria Rafale de Vent.

Lentement, les yeux de l'apprenti s'ouvrirent, et il sursauta en voyant le matou gris penché sur sa litière. S'ébrouant légèrement, il se mit sur ses quatre pattes, et croisa le regard jaune du lieutenant.

« Cet endroit est infeste. Aujourd'hui, tu iras avec Déchue et Petit Espoir et Petit Éclair chercher de la mousse pour faire les litières. Tu ne mangeras pas avant d'avoir terminé le travail. »

Étouffant un bâillement, l'apprenti voulut protester, mais déjà Rafale de Vent quitta la tanière, la queue haute. Pendant quelques instants, Nuage d'Hiver passa sa langue rugueuse sur son pelage éparpillé, dans l'espoir de le remettre quelque peu en place, sans toutefois grand succès. Renonçant à une toilette de plusieurs heures, il quitta lui aussi l'antre.
Tout à coup, le soleil l'éblouit, haut dans le ciel sans nuages. Si l'air était frais, l'astre du jour annonçait midi, par sa haute position. Autour de lui, quelques feuilles étaient déjà jaunes et rouges, comme quoi la saison des feuilles mortes arrivait à grands pas. Étirant ses pattes d'en avant, une petite boule noire le percuta de plein fouet.

« Nuage d'Hiver! On va ramasser de la mousse! Dépêche-toi! » s'exclama Petit Éclair, assez haut pour que tout le camps puisse l'entendre.

Sa voix était joyeuse et excitée, comme si faire des litières ressortait d'une haute mission dangereuse qui était confiée qu'aux plus hardis vétérans, et encore une fois, l'apprenti ne put s'empêcher de bâiller.

« Oui, oui, j'arrive. »

Déjà, à l'entrée du camp, attendaient Déchue ainsi que Petite Comète, une lueur tout aussi impressionnante brillait dans les yeux de la chatonne que dans ceux de son frère, qui ne tarda pas à les rejoindre. Alors que son ventre gargouillant, protesta au fait de passer devant le tas de gibier, manquant ainsi un petit déjeuner toutefois maigre, Nuage d'Hiver le fit taire. Croc Sanglant, se nettoyant les oreilles, regardait avec un peu d'inquiétude la petite troupe sortir du camp, comme si elle regrettait le fait que les chatons grandissaient trop vite, et c'était certainement ses derniers. Dans la forêt, tout paraissait calme. Les feuilles qui jaunissaient à vue d'oeil commençaient à tomber par endroits, dans une brise légère, mais toujours aussi fraîche. Toutefois, rien ne semblait perturber l'amusement des deux chatons, qui se retrouvèrent bientôt en avant de la petite patrouille.

- Ce temps me manque, confia Déchue, quand nous pouvions être sans soucis, ne pas avoir un clan à nourrir et à défendre.
- Et pourtant, cela me semble bien loin, maintenant, rajouta Nuage d'Hiver.
- Dire que nous serons bientôt guerrier... Je vais devoir t'appeler Hiver Frisquet pour m'habituer!
- Tais-toi, Feuille Déchue!

Les deux apprentis s'esclaffèrent, se donnant mutuellement des petits coups de tête. En effet, le temps avait passé. Il n'était plus le chaton faible et innocent qui avait quitté en hâte le Clan des Ténèbres, pour trouver une nouvelle famille qui voudrait bien l'accueillir. Lentement, il retraça toute son histoire, de la bataille contre le Clan de l'Hiver jusqu'à sa « mort ». Et bientôt, il serait guerrier. Dès que la saison de la neige arriverait, il aurait son vrai nom. Il pourrait se battre, chasser et même entraîner des apprentis comme son propre mentor. Ou du moins, selon une méthode beaucoup moins fatiguante et plus efficace. Alors que les chatons sautaient dans des tas de feuilles plus ou moins gros, mais assez volumineux pour n'entrevoir que leurs queues, un cri d'alarme retenti.

- On dirait un chaton attaqué par une horde de chiens, s'exclama Déchue.
- C'est Petite Comète!

Les deux apprentis s'élancèrent dans une tornade de feuilles, alors que les deux chatons avaient momentanément disparus de leur vue. Craignant le pire, Nuage d'Hiver sauta d'un bond prodigieux par-dessus un tronc d'arbre tombé et moisi, et se retrouva face à une petite boule de poils grise en parfaite santé.

« J'ai trouvé la mousse! » commenta Petite Comète, le torse bombé de fierté.

Après quelques réprimandes plus ou moins efficaces, les quatre chats commencèrent à recueillir de la mousse, l'entreposant dans des ballots de feuilles afin d'en transporter une plus grande quantité. Pour retaper le camp en entier, il fallait faire plusieurs voyages - cinq furent nécessaires. À l'avant dernier, Nuage d'Hiver proposa un plan qui fonctionnerait bien mieux.

« Déchue et Petite Comète, allez porter la mousse au camp, et Petit Éclair et moi irons trouver un autre arbre, car celui là ne sert plus à rien. »

Tout le monde étant d'accord, les quatre se divisèrent et partirent en sens opposé. Nuage d'Hiver, cette fois-ci surveillant bien son protégé, continua la balade dans la forêt, à la recherche de mousse. Alors que Petit Éclair semblait bien préoccupé par un petit insecte qui passait pas là, l'apprenti leva le museau. Il avait entendu quelque chose. Dans les buissons, quelque chose bougeait.

« Petit Éclair, cache-toi dans ce tronc, et surtout, ne bouge pas. » averti Nuage d'Hiver

Tremblant, le chaton noir se réfugia à l'endroit donné, et l'apprenti s'élança entre les arbres, suivant l'odeur intruse, le poil hérissé, prêt à attaquer un potentiel ennemi. Il se coucha dans les buissons, pour épier le chat qui se tenait sur ses terres. Profitant de sa cachette, Nuage d'Hiver bondit sur le dos de sa proie, qui, d'un coup de rein bien senti, le mis à terre en moins de deux.

« Hiver! Qu'est-ce que tu fais ici? »

Dans un grand soulagement, l'apprenti au pelage blanc sourit à son ancien ami. C'était Vagabond, toutefois beaucoup plus grand et musclé que la dernière fois.

- Je te retourne la question, mon vieux.
- Tu es sur les terres de mon clan!, protesta Nuage d'Hiver.
- Je dirais plutôt que nous sommes à la limite tous les deux, je suis en patrouille!
- Alors, où est le reste?
- Je suis en test, j'ai dit que j'ai senti quelque chose, et ils m'ont laissé regarder, ajouta fièrement Vagabond.

Cela signifiait qu'il y avait dans le coin d'autres chats du Clan des Ténèbres, certainement moins gentils et amicaux que son ami d'enfance. Soudain anxieux, Nuage d'Hiver regarda dans les alentours, attentif au moindre signe de patrouille.

- Bon, je dois y aller, j'ai des amis qui m'attendent, s'excusa l'apprenti.

Après de brève salutations, le chaton blanc et noir déguerpit en silence, alors que son ami s'éloigna en ronronnant. Nuage d'Hiver avait été choqué comment Vagabond était grand. Il pensait être plutôt imposant une fois guerrier, mais il n'avait vraiment rien à comparer avec les chats du Clan des Ténèbres, qui étaient tous plus musclés les uns que les autres. Une attaque serait mortelle pour le Printemps. Le coeur plus lourd, Nuage d'Hiver retrouva Petit Éclair, et bientôt, les autres furent de retour. Ensemble, ils rentrèrent au camp.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Ven 18 Jan - 23:53:32

Chapitre 34

Les aubes venaient et passaient en douceur, mais toutefois dans un rythme effréné où le camp grouillait telle une fourmilière. Chaque guerrier, apprenti et chaton était mis à l'épreuve, se passant patrouilles de chasse, de frontières, d'entraînement. Même Pelage de Puces avait trouvé sa place parmi les guérisseuses, abreuvant et accompagnant les malades, qui à chaque jour, augmentaient en nombre. Pelage de Lichens, Éclair du Soir, Croc Sanglant et Petit Éclair avaient déjà des symptômes inquiétants, sans compter les nouveaux chatons à qui la saison ne permettait pas de prendre des forces. La tanière de Museau de Cristal était pleine à ras bord, et tous ceux qui restaient en santé commençaient à s'inquiéter et à eux-mêmes manquer d'énergie.

Tout juste revenu d'une patrouille de chasse, Nuage d'Hiver sentait son ventre fortement gargouiller. Il avait attrapé qu'un petit oiseau et deux mulots, et ne pu qu'en manger la moitié, partageant l'autre avec Nuage de Sapin, tout aussi affamé.

- C'est bientôt la pleine lune, et on a pas beaucoup de réserves pour le Clan des Ténèbres, constata l'apprenti écaille.
- Je pense qu'ils sont justement entrain d'en discuter...

Nuage d'Hiver avait raison, Étoile Sombre et Rafale de Vent semblaient plutôt préoccupé sur le sommet du promontoire. Le camp semblait plutôt calme, les chatons jouaient tous ensemble dans leur tanière bien chaude, renforcée par les apprentis la veille, alors que les guerriers étaient presque tous en patrouille. Pelage de Puces avait pris une pause, faisant lentement sa toilette dans un coin du camp. Les guérisseuses oeuvraient avec ardeur, se déplacent de tanière en tanière pour apporter un peu de remède à ceux qui n'avaient pas trouvé leur place dans la petite grotte.

- C'est drôle, Plume du Phénix est encore absent... remarqua Nuage d'Hiver
- C'est vrai, j'imagine qu'il doit être en patrouille, ou quelque part... Ça fait longtemps que tu as eu un entraînement avec lui!

Nuage de Sapin avait tord ; Bien au contraire, Nuage d'Hiver courrait encore toutes les nuits autour du Grand Chêne, dans un rythme effréné, ne sachant plus si son mentor était fou ou idiot. Certainement les deux. Finissant tout juste le petit animal, les deux apprentis ne laissèrent rien derrière eux, sauf un tas de gibier qui se composait de quatre mulots, deux souris, un maigre lapin et de deux oiseaux. Si la moitié allait au Clan des Ténèbres, il ne resterait plus grand chose. Ils iraient peut-être à une seconde patrouille de chasse bientôt, si Plume du Phénix ne revenait pas. Soudain, un brusque agitement interrompit les pensées de l'apprenti. Étoile Sombre avait crié, et Nuage d'Hiver n'eut le temps de se retourner que déjà, le chef tombait, impuissant, vers le sol.

***

« Il va bien, il est seulement très malade » assura Museau de Cristal, quittant la tanière du chef.
Tous les chats du clan étaient attroupés autour de l'antre, inquiets du sort d'Étoile Sombre. À en croire les paroles du lieutenant et de la guérisseuse, le matou gris était épuisé et affaibli, la maladie l'ayant soudainement frappé. Mais les guerriers n'en furent pas moins inquiets. Comment pouvaient-ils continuer à vivre normalement sans un chef qui les commandait?
« Clan du Printemps! Je vais prendre les commandes pendant qu'Étoile Sombre prend du repos. N'ayez crainte, notre chef est fort et retrouvera la santé dans à peine quelques aubes. En attendant, nous devons continuer à chasser et à patrouiller les environs. Plume du Phénix, tu emmèneras les apprentis avec Queue Touffue en patrouille. Murmure d'Océan et Griffe de Marbre, vous irez à la chasse! » clama Rafale de Vent d'une voix puissante et imposante.

Plume du Phénix? Il était pourtant sorti depuis le matin, et personne ne l'avait vu depuis.
« Bien, Rafale de Vent. » ajouta une voix profonde derrière l'apprenti, qui sursauta.
Depuis quand son mentor était derrière lui? Il frissonna un instant, se demandant de quoi le chat roux serait capable, s'il savait se faufiler derrière lui en tout discrétion. Lentement, et hésitants, le clan se dispersa, prêt à reprendre leurs activités. Museau de Cristal disparut à nouveau dans l'antre, et Nuage d'Hiver se retrouva au milieu du camp avec son mentor et ses amis.
« Venez » ordonna le guerrier « Nous allons faire toutes la frontière avant la tombée de la nuit, suivez-moi. »
Queue Touffue les rejoignit peu après, et la petite troupe s'en alla dans la forêt obscure, où la plupart des feuilles étaient tombées au sol. Ils traversèrent ensemble tout le territoire, mais les bordures semblaient calmes. Peut-être que les autres clans étaient également pris par la maladie? Et le Clan des Ténèbres?

- Tu ne t'ennuies pas de ta famille? demanda Déchue, alors qu'ils longeaient le territoire de leur ancien clan.
- Parfois, mais je préfère être ici, et en un seul morceau, avoua Nuage d'Hiver.
- Moi aussi... Mais j'ai l'impression que nous ne pourrons jamais être vraiment chez nous...
- Allons donc, c'est notre nouvelle famille, nous devons être plus fort pour prouver que nous en faisons partie, c'est tout...

La chatte soupira, et marqua un petit temps où elle toussa un peu. Jamais Déchue ne voudrait avouer qu'elle était un peu malade, et cela inquiétait terriblement Nuage d'Hiver. Si ça continuait ainsi, il devrait aller voir Museau de Cristal pour coller la jeune apprentie à sa litière et lui enfoncer des herbes dans la bouche. Pendant le reste du trajet, Queue Touffue se montra gentil mais tout de même sévère. C'était Plume du Phénix qui réprimandait son apprenti à chaque fois qu'il s'engageait sur une mauvaise piste, expliquant toutefois les erreurs qu'il avait commises. Finalement, la patrouille rentra bien après la tombée de la nuit, exténuée. Les deux guerriers avaient tenu à ce qu'ils fassent un petit tour de chasse, et ensemble avaient ramené au camp de quoi doubler le tas de gibier. Mais encore une fois, leur portion allait aux malades, aux reines et à leurs chatons, ainsi qu'à Pelage de Puces qui dormait comme une bûche sur sa litière plus très fraîche. C'est le ventre vide, et sous un ciel nuageux que les apprentis rentrèrent dans leur tanière. Puisqu'il ne faisait pas très chaud, ils avaient joins leurs litières et dormaient collés l'un à l'autre, pour conserver la chaleur qui devenait de plus en plus rare. La tanière des apprentis était réputée pour être froide et humide, et ce n'était qu'à cet instant que les trois amis comprirent tout ce que cela engageait. Alors que ses amis se roulèrent en boule, Nuage d'Hiver s'apprêtait à quitter l'endroit pour rejoindre son mentor, et continuer l'entraînement « spécial » qui lui réservait depuis quelques temps, jaloux de la bonne nuit de sommeil qu'ils allaient avoir, alors que lui serait dehors, entrain de courir sans arrêt, sous l'oeil rapace de Plume du Phénix.

Soudain, Museau de Cristal déboula au centre des branches du saule, inquiétude se lisait sur son visage. Les trois apprentis la regardèrent ébahis. Il était rare que la guérisseuse vienne ici, encore moins en plein milieu de la nuit.
« Étoile Sombre veut vous voir. » déclara-t-elle.
Un peu sonnés, ils sortirent tous ensemble, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. Le chef allait-il les disputer pour une raison quelconque? À cette pensée, Nuage d'Hiver se dit qu'il n'avait jamais été dans la tanière du chef. Son poil s'hérissa d'excitation, sachant que rare étaient les chats qui avaient l'honneur d'y entrer. Ils bondirent sur le rocher où l'accident s'était produit quelques temps plus tôt, et jetant un petit coup d'oeil en bas, l'apprenti savait que son chef avait fait une bonne chute. Heureusement qu'il était fort, sinon il aurait pu y passer. Museau de Cristal leur fit un petit signe d'entrer, et les chatons se faufilèrent entre le rideau de lichens qui recouvrait l'entrée.

L'endroit était grand et douillet. La mousse et la litière recouvraient à peu près tout l'espace de la petite caverne. En plein milieu de la pénombre était couché sur le ventre le chef, et ses deux yeux jaunes brillaient dans le noir, fixant les intrus. Personne ne sut quoi dire, et après un instant d'hésitation, Étoile Sombre commença à parler d'une voix rauque.
« Jeunes chats, comme vous le savez, le clan est ravagé par la maladie, dont je suis atteins moi-même. Si nous ne faisons rien, nous serons décimés par ce mal inconnu et le Clan du Printemps périra en même temps que nous. Vous êtes notre dernier espoir. »
Sa tête vacilla légèrement, et il la posa sur ses pattes avant, fermant les yeux. Ses oreilles indiquaient toutefois qu'il écoutait toujours la conversation, et Museau de Cristal continua.
« J'ai cherché le remède pendant des jours et des jours, sans grand succès. Nous avons pu ralentir la maladie, mais pas la stopper complètement. Si cela continue, j'ai peur que nous allons finir par tous l'attraper. »
Le coeur de Nuage d'Hiver fit un bond, ne sachant plus quoi faire. Qu'attendait-ils de trois apprentis dûrement critiqués par leurs mentors, encore inexpérimentés et faibles? Sa peau trembla un peu, et jetant un coup d'oeil à ses côtés, vit que ses deux amis ne semblaient pas plus rassurés.
« Cependant, en fouillant dans ma mémoire, je me suis souvenue d'une fois où mon mentor m'a parlé d'une maladie étrange, dont on ne connaissait pas grand chose. Maintenant, je sais que les symptômes sont les mêmes, et je connais finalement le remède que nous devons trouver. Il s'agit d'une fleur. »
Très sérieuse, Museau de Cristal marqua une pause. Nuage d'Hiver avait un peu envie de rire. Une fleur? Ils les emmenaient en plein milieu de la nuit à la tanière du chef pour une fleur? C'est cependant Déchue qui parla en premier.
« Pourquoi avez-vous besoin de nous pour trouver une fleur? » le sourire au lèvres.
« Écoute, jeune chatte. » dit Étoile Sombre « Nous avons fouillé la forêt de long en large, et nous l'avons trouvé nul part. »
« Mais il n'y a pas de fleurs en automne! Comment voulez-vous la trouver? »
« Justement. Cette fleur ne pousse qu'en hiver. Elle pousse dans la neige de la plus haute montagne des environs. »
Museau de Cristal avait parlé, et tout le monde se tut. Allaient-ils devoir gravir une montagne afin de trouver ce remède? C'était impossible! Tous les animaux sauvages qu'ils allaient rencontrer en route, le temps qu'ils allaient prendre, dans la neige, en plus! Ce voyage relevait du suicide.
« Vous partirez demain, à l'aube. Notre survie dépend de vous. »
« Pourquoi envoyer des simples apprentis pour une tâche aussi lourde? » remarqua Nuage de Sapin.
« J'ai besoin de mes guerriers, en cas d'attaque. Vous êtes la dernière solution. La pleine lune arrive dans deux jours, vous devrez revenir avant la suivante. Museau de Cristal vous donnera les derniers détails à l'aube. N'en parlez à personne, je couvrirais votre départ. Il n'y a rien à discuter. »
Sans pouvoir faire grand chose, les apprentis acquiescèrent. Une fois Déchue et Nuage de Sapin dehors, Nuage d'Hiver fit quelques pas pour quitter l'antre sombre, mais Étoile Sombre ne semblait pas penser la même chose.
« J'ai dit à Plume de Phénix de laisser tomber l'entraînement... Pour ce soir du moins, si tu vois ce que je veux dire. »
Un peu plus heureux, Nuage d'Hiver ne put distinguer vraiment le visage du chef, mais il aurait juré qu'un futile sourire s'était étalé sur ses lèvres. Soudain, il entendit une voix l'appeler.
« Nuage d'Hiver, viens-voir! »
L'apprenti quitta la tanière, et essaya de trouver ce qui était si spécial dans un camp tout à fait endormi. En bien se concentrant, il comprit. Un petit flocon blanc venait de se poser sur son museau.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Sam 2 Fév - 2:44:37

Chapitre 35

Alors que la nuit disparaissait lentement et que l'aube prenait place dans le ciel, une mince couche de neige avait déjà recouvert le sol. Alors que le clan était encore endormi, trois apprentis glissèrent entre les branches du saule afin de ne réveiller personne. Museau de Cristal les attendait devant son antre, juste à côté de la sortie du campement. La guérisseuse tenait dans sa gueule un ballot d'herbes fraîches, qu'elle déposa devant les trois chats.
« Prenez chacun une portion, cela vous facilitera la tâche. Vous n'aurez plus faim pour le reste de la journée. D'ici là, vous atteindrez sûrement la montagne et vous devrez chasser par vous-même. » conseilla-t-elle.
Nuage d'Hiver mangea l'herbe en premier. Aussitôt, une expression de dégoût parut sur son visage. Je comprends pourquoi on n'a plus faim après ce truc, pensa-t-il. À leur tour, ses amis avalèrent tant bien que mal les feuilles, et sans dire un mot, laissèrent la guérisseuse continuer.
« Comme je vous l'ai dit, vous devrez gravir cette montagne. La fleur pousse au sommet, où il y a de la neige. Votre aventure sera longue, reposez-vous, ne marchez pas trop vite, pensez à bien manger. Nuage d'Hiver, j'espère que tu t'es souvenu de quelques herbes pour vous guérir, au cas-où. »
Museau de Cristal le fit entrer dans sa tanière où elle remémora à l'apprenti quelques remèdes les plus importants. Nuage de Sapin et Déchue écoutèrent attentivement, toujours prêts à apprendre de nouvelles choses. Finalement, la petite troupe s'arrêta devant la sortie du campement. Encore aucun chat n'était levé, mais la patrouille de l'aube ne tarderait pas. Un peu inquiète, Museau de Cristal ajouta quelques paroles.
« Courage, et bonne chance. Nous nous reverrons vite. »
Nuage de Sapin quitta le camp en premier, suivit de Nuage d'Hiver. Déchue resta quelques secondes en arrière, le temps de recevoir un dernier message de la guérisseuse. Sans vouloir écouter, l'apprenti blanc et noir ne put que tendre l'oreille.
« Fait attention à toi, Déchue. » dit-elle, les yeux troubles.
La concernée baissa la tête, en signe de consentement. Pendant un instant, Nuage d'Hiver fut intrigué. Pourquoi cet avertissement? Sans trop comprendre ou chercher plus loin, l'apprenti se dit que Déchue ne devait pas faire quelque chose d'insensé pour prouver sa loyauté au clan. Une fois ce mystère élucidé, la petite troupe quitta le camp, le coeur heureux.

***

Le soleil était haut dans le ciel. À cette heure-ci, le camp devait grouiller de vie, se dit Nuage d'Hiver. Les chatons étaient sûrement dehors à s'amuser avec le peu de neige qu'il y avait au sol, contents de cette nouvelle découverte. Mais la disparition soudaine des apprentis ferait beaucoup de bruit, et tout le monde viendrait à chercher où ils étaient partis. Comment Museau de Cristal répondrait-elle? Le trio était déjà assez avancé. Tout de même, se déplacer avec deux autres chats prenait plus de temps que seul, et lorsque les rayons du soleil furent à leur plus haut point, les apprentis avaient descendu la falaise, en empruntant le même chemin que Nuage d'Hiver avait fait. Ils se recueillirent un instant devant la tombe de Vieille Étoile et contemplèrent l'horizon. Lorsque la lune serait dans le ciel, ils arriveraient au pied de la montagne. Au moins, aucun des trois n'avait faim, ce qui accélérait grandement les choses. Ils avaient tout de même partagé un mulot, seule proie qu'ils avaient croisés sur leur chemin à cause de la saison froide, c'était Nuage de Sapin qu'il l'avait attrapé, juste avant que la proie puisse s'échapper dans la terre.
- Bravo Nuage de Sapin!, s'exclamèrent ses amis.
- Ce n'était rien, voyons, dit-il, embarrassé.
- Cette technique était digne d'un guerrier! D'ailleurs, nous devrons l'être dans quelques lunes, ajouta Nuage d'Hiver.
À la perspective de devenir partie entière du Clan du Printemps fit frémir les deux jeunes chats. Seule Déchue resta interdite, comme si elle craignait ne pas recevoir cet honneur, ou pire, ne pas le mériter. Sans dire un mot, le matou au pelage blanc toucha du bout de la queue l'épaule de son amie. Elle allait certainement être nommée guerrière en même temps qu'eux. Nuage d'Hiver réfléchit à cette nouvelle perspective.
« Nous pourrons diriger des patrouilles, être mentor, avoir une compagne et des petits » s'exclama fièrement le chat écaille.
À cette pensée, l'apprenti redressa la tête, embarrassé. Il n'avait pas songé avertir Murmure d'Océan de leur départ, qui devait sûrement être entrain de les chercher dans la forêt avec d'autres patrouilles. Regardant aux alentours, il pressa le pas, même s'il aurait voulu retourner tout de suite au campement à l'idée de revoir la guerrière.

***

La nuit était déjà tombée depuis quelques instants, et les chats souhaitaient continuer à marcher tant qu'ils n'étaient pas fatigués. Les herbes leur avaient donnés de l'énergie, et ils étaient prêts à continuer jusqu'au pied de la montagne pour ne pas être en retard. Au camp, des chats étaient malades, et aucune seconde n'était à perdre pour les sauver. S'ils continuaient à ce rythme, aucun doute qu'ils allaient être accueillis en héros dans quelques aubes par le Clan! Peu à peu, les pattes de Nuage d'Hiver devenaient de plus en plus lourdes. Il manquait beaucoup de sommeil à cause de ses entraînements de nuits, et la journée était longue.
- Nous devrions peut-être trouver un endroit où dormir, conseilla Déchue.
- Pas avant d'arriver au pied de la montagne.
L'apprenti voulait paraître courageux et fort, son clan avait besoin de lui. Sans rien ajouter, la troupe continua à avancer la fatigue dans les yeux. Soudain, une énorme masse apparut abruptement devant leurs yeux, ce qui réveilla les chats somnolents. Nuage d'Hiver leva la tête, et vit la chose la plus grande qu'il n'avait jamais vue, ayant la hauteur d'une centaine de Grand Chênes. Les apprentis s'arrêtèrent un instant, ébahis. Finalement, leur journée à travers cette masse géante de terre serait plus longue que prévue.
« Venez voir, j'ai trouvé un tronc mort, on pourra y dormir en toute sécurité! » dit Nuage de Sapin, désignant le refuge précaire.
Trop épuisés pour parler, les apprentis se dirigèrent vers cette tanière improvisée, et le chat au pelage blanc s'y roula en boule. Il sentit ses amis s'installer, et pendant un instant, son coeur qui avait été si joyeux de partir en aventure semblait inquiet. Qu'allait-il arriver?

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Ven 15 Fév - 22:09:23

Chapitre 36


C'est Nuage d'Hiver qui se réveilla en premier. En regardant d'un côté du tronc, il vit que l'aube pointait déjà le bout de son museau, et en évitant de réveiller ses amis, sortit du petit refuge. Le soleil brillait d'un nouveau jour et les incertitudes de la veille semblaient déjà être plus loin. Il ne faisait pas trop froid, alors l'apprenti entreprit - après quelques étirements - de laver de fond en comble son pelage délaissé depuis quelques jours. Après sa lourde tâche terminée, le chaton s'ébroua et quitta l'endroit pour explorer les alentours. Nuage d'Hiver leva le museau dans les airs, espérant trouver quelques odeurs à suivre. Son odorat lui fit savoir que l'endroit était désert depuis des lustres. Sans compter les petits animaux, toutes traces étaient vraiment anciennes et aucune odeur de chat, sauf celle de ses amis, ne lui parvint. Le silence de la forêt le fit frémir un peu, mais lorsqu'il se remit en route, l'apprenti se rendit compte qu'il y avait beaucoup plus de proies que sur son territoire. Certainement à cause de l'absence de prédateurs, quoique les renards et blaireaux ne devaient pas être rares dans ces endroits délaissés où subsistaient milles et unes cachettes.

C'est seulement lorsqu'il croisa la route d'un mulot que son ventre lui fit signe qu'il avait faim. L'effet des herbes était dissipé, et ils devaient trouver de la nourriture au plus vite pour avoir la force de continuer leur voyage. Se mettant face au vent comme son mentor lui avait appris, Nuage d'Hiver observa quelques secondes l'animal qui se tenait entre les racines d'un vieux chêne. En position de chasse, l'apprenti s'avança doucement en faisant bien attention à ne pas s'accrocher sur une branche basse. Lorsque le mulot tourna la tête, le chat bondit, griffes écartées. Le rongeur bondit afin d'échapper à son prédateur, mais glissant sur la neige, Nuage d'Hiver le rattrapa et le tua d'un seul coup de patte. Fier de sa prise, il se dit que Plume du Phénix serait content de son avancement. S'ébrouant une fois de plus, il continua à chasser avant que ses amis ne se lèvent. Quelques temps plus tard, l'apprenti avait attrapé un petit oiseau. Les autres proies l’avaient évité, et Nuage d'Hiver sut qu'il lui restait encore à apprendre. Le soleil commençait à monter dans le ciel, le matou au pelage blanc retourna trouver ses compagnons. Tous deux étaient encore endormis, et riant un peu de cette paresse, il les réveilla avec l'odeur de nourriture.
« Waow! Petit déjeuner au lit! » s'exclama Nuage de Sapin, ayant toujours eu grand appétit.
Ensemble, ils partagèrent le maigre repas, discutant de choses habituelles. Personne n'osa parler de leur mission, même si le sujet pesait lourdement au dessus de leurs têtes.


***

Deux aubes avaient passé. Gravir la montagne n'était guère facile, et cela prenait plus de temps que prévu. Si sur le sol il y avait plus de neige qu'au début du voyage, la zone où elle était très épaisse était encore loin. Les flocons continuaient à tomber doucement, mais en permanence, et les nuits devenaient froides. Trouver un refuge était de plus en plus difficile, et bientôt les feuillus laissèrent place à des pins. Le trio trouvait toujours des sujets de discussion amusants, afin de détendre un peu l'ambiance, mais au fond d'eux-mêmes ils se posaient toujours les mêmes questions. Allaient-ils trouver ce remède? Reviendraient-ils à temps?

***

Les proies se faisaient de plus en plus rares. Bientôt, les apprentis sains aux pelages soyeux firent place à des chats maigres aux côtes saillantes. Ils continuaient à marcher sans discuter, la tête basse, affligés par leur sort. En espérant sentir la présence de n'importe quel animal comestible, Nuage d'Hiver leva le museau et sentit le parfum environnant. Il n'y avait que le froid, et la neige. Soudain, l'apprenti sursauta. Une odeur nauséabonde lui parvint, beaucoup plus proche qu'il ne l'avait pensé.
« Un renard! » s'exclama-t-il.
Ses amis sursautèrent, sonnés d'avoir été dérangés dans leur silence habituel. Déchue regarda de tous les côtés, avant de dire à son tour :
- Je le vois! Il est juste de ce côté.
- Comment cela se fait-il que nous l'ayons pas vu avant?, ajouta Nuage de Sapin.
La troupe fut trop fatiguée pour porter attention aux prédateurs, tellement obnubilés par les proies. L'animal se tenait juste à côté d'eux, mais ne semblait pas avoir repéré leur odeur. Son pelage roux était visible entre le paysage blanc et vert, mais il ne semblait pas du tout souffrir de la faim. Peut-être connaissait-il les meilleurs endroits de chasse des environs. Sans faire de bruits, les apprentis essayèrent de continuer leur chemin. Malheureusement, Nuage d'Hiver marcha sur une petite branche, qui produisit un craquement. Le renard tourna la tête vers eux et se précipita vers ces trois proies alléchantes.
C'est Nuage de Sapin qui bondit le premier, et avec courage, il entailla le visage de l'animal, et le sang gicla. Pourtant, le prédateur ne semblait point impressionné et continua à lutter. Nuage d'Hiver et Déchue se précipitèrent pour aider leur ami. L'apprenti lui mordit la queue tandis que Déchue lui griffa le dos, bondissant sur son échine. En un seul mouvement, le renard se débarrassa de la chatte, et mordit l'oreille de Nuage de Sapin qui poussa un cri de douleur. Nuage d'Hiver essaya de reprendre le contrôle de la situation en bondissant sur le dos de la bête, mais en même temps, l'animal roux lui balança un coup de griffe qui lui entailla le poitrail. Sans chercher à surpasser le renard, l'apprenti s'exclama :
« Courrez! »
N'attendant plus que ça, ses amis se précipitèrent tous dans des directions opposées. Le chat au pelage blanc s'élança vers la gauche, et le renard le poursuivit. Au moins, il n'est pas après les autres, se dit Nuage d'Hiver. Courant le plus rapidement possible, il essaya d'établir de plus en plus de distance entre lui et l'animal féroce. Il arriva à un certain endroit où la terre se divisait en énormes pierres divisées par des crevasses, et où la végétation se faisait rare. Le chat sortit ses griffes afin de ne pas tomber dans le vide, mais leur contact avec la pierre le fit grandement souffrir. Au bout d'un moment de course folle, il aperçut un arbre mort juste avant une autre crevasse, et s'y précipita. Nuage d'Hiver bondit sur le tronc, et regarda avec horreur la scène qui se déroulait sous ses pattes. Le renard ensanglanté de toutes parts s'élança vers sa proie, mais trop tard, ses griffes ne purent pas éviter de le faire glisser sur la glace des rochers, et il tomba dans la crevasse, dans un petit glapissement. L'instant d'après se fit entendre un horrible craquement, et Nuage d'Hiver sut que l'animal était mort. Essoufflé, l'apprenti resta pendant quelques instants en haut de l'arbre, ne sachant plus quoi faire. Tout s'était déroulé tellement vite... Il devait à tout prix retrouver Nuage de Sapin et Déchue.

***

La nuit venait de tomber, deuxième jour après l'évènement du renard. Nuage d'Hiver n'avait toujours pas retrouvé ses compagnons, craignant le pire. Même si le renard était mort, il y avait beaucoup d'autres prédateurs dans les environs et il doutait qu'un apprenti blessé pourrait s'en sortir vivant une fois de plus. Il avait trouvé quelques toiles d'araignées sous les plus grands arbres et s'en était mis sur le poitrail qui saignait encore un peu au rythme de ses mouvements. Cette nouvelle blessure le faisait souffrir, mais il savait que c'était beaucoup plus grave chez Déchue et Nuage de Sapin. S'il ne les retrouvait pas d'aussitôt, ils ne valaient guère cher de leur peau.

Mais la forêt et la montagne étaient immenses. Comment savoir où trouver ses amis? Ils auraient pu aller n'importe où. Nuage d'Hiver leva les yeux au ciel, mais les nuages cachaient les étoiles. Où étaient ses ancêtres lorsqu'il en avait le plus besoin? La noirceur recouvrait totalement les environs. Cela faisait longtemps qu'il avait mangé. Une souris la veille, c'était la seule chose qu'il s'était permis de chasser avant de savoir que ses amis étaient en sécurité. La neige continuait de tomber, avec force et le vent se levait de plus en plus. Glacé jusqu'aux os, l'apprenti trouva refuge entre les racines d'un grand sapin, entre les branches qui bloquaient tant bien que mal les rafales, et s'endormit.

***

Le chat se réveilla en plein milieu de la nuit. Il avait entendu un craquement provenant de l'extérieur de son refuge improvisé. Son poil s'hérissa, mais il ne prit pas la peine de se lever. Pour l'instant, il n'en avait pas la force, et tant pis si c'était un autre renard. L'apprenti fut tout de même prit de peur pendant un instant, pensant à ses amis. Qu'allait-il faire sans lui? Décidément, cette aventure n'était pas aussi amusante qu'elle en avait eu l'air. Il dirigea toute ses forces vers l'intrus, et se prépara à bondir.
- Nuage d'Hiver?, dit une voix.
- Nuage de Sapin!, reconnut le chaton au pelage blanc.
Cela faisait tellement du bien de revoir son compagnon. L'apprenti écaille ne semblait pas très endommagé. Il était certainement plus maigre et son oreille semblait en piètre état, mais il était vivant. Nuage d'Hiver poussa un soupir de soulagement, et commença à ronronner.
- J'étais sûr que tu étais mort!
- Moi aussi, avoua son ami, mais bon, on est là. Tiens, j'ai chassé ce mulot, on peut le partager!
Heureux d'être réunis, les deux apprentis se couchèrent côte à côte pour se réchauffer, et mangèrent la maigre proie.
« Tu n'as pas trouvé Déchue... » demanda Nuage d'Hiver.
Nuage de Sapin secoua de la tête. Celle qui avait les pires blessures était encore introuvable. Qu'allaient-ils faire? Où allaient-ils chercher? Au moins, ils étaient deux, et c'était déjà ça. En quelques bouchées, il ne resta sur l'animal que les os, que les deux chats lavèrent parfaitement. Finalement, ils se roulèrent en boule, toujours collés le plus possible, afin de lutter contre le froid. Même si Nuage d'Hiver avait encore faim et grelottait, la présence de son ami valait cent fois un repas et une tanière chaude.

***

Le lendemain la tempête s'était calmée, et les deux chats se remirent en route pour trouver Déchue. Avec une technique nouvellement inventée, ils attrapèrent ensemble un lapin assez grassouillet, et purent manger pour une fois à leur faim. Leur espoir revint et ils continuèrent les recherches. Ils retournèrent à l'endroit de l'attaque du renard et bifurquèrent vers la droite, là où ils avaient vu Déchue s'enfuir pour la dernière fois. Le nez en l'air, Nuage d'Hiver cherchait une piste quelconque à suivre. Soudain, Nuage de Sapin l'avertit.
« Regarde, du sang! »
En effet, une trace de sang plus ou moins vieille s'étalait sur le sol blanc, bien visible. L'apprenti se pencha et s'exclama :
- C'est bien celui de Déchue!
- Suivons les traces, proposa Nuage de Sapin.
Perdre autant de sang n'était pas normal, pendant un instant, l'apprenti craignait le pire. Une morsure de renard était comparable à celle d'un énorme chat, et sans remède elle pourrait rapidement s'infecter. Pourvu qu'ils n'arrivent pas trop tard! Soudain, Nuage de Sapin releva la tête.
« Déchue! » s'exclama-t-il.
Nuage d'Hiver vit en effet son amie, qui était méconnaissable. Ce n'était qu'une boule de poils grise tachée de sang rouge dans la neige. Inerte.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mar 19 Fév - 3:07:59

Chapitre 37


« Est-ce qu'elle est vivante? » demanda Nuage de Sapin.
La pauvre Déchue semblait en bien piètre état. Son pelage complet était rouge de sang, tout comme la neige qui l'entourait. Heureusement, la blessure ne saignait qu'un peu, mais elle en avait peut-être déjà assez perdu pour ne pas être capable de survivre bien longtemps. Nuage d'Hiver se pencha vers son amie et entendit un léger souffle, irrégulier et faible, mais présent. Avec soulagement il répondit à son ami.
- Non, heureusement, elle est vivante. Mais il ne faut pas tarder, il faut trouver un remède!
- Tu penses en connaître un? Museau de Cristal ne t'avait-elle rien dit à ce sujet?
Nuage d'Hiver réfléchit un peu. En effet, la guérisseuse lui avait suggéré pleins d'herbes, ce n'était pas ça qui manquait. Il remarqua à cet instant que la chatte ne lui avait pas conseillé d'herbes pour le mal de ventre ou de gorge, mais seulement pour les blessures. Elle a dû penser que les apprentis auraient plus de chance d'être blessés qu'être malades... Encore perdu dans ses pensées, il essaya de retrouver les informations sur les plantes. Lui-même avait utilisé quelques toiles d'araignées mais elles étaient rares. C'était toutefois la seule solution pour arrêter de faire saigner la plaie. Sinon...
- Les racines de glouteron... Ça sera efficace pour que les plaies ne s'infectent pas. Mais je ne pense pas qu'il y en ait beaucoup en cette saison. Peut-être du cerfeuil?
- J'ai vu quelques plantes là où je suis allé, tu pourrais jeter un coup d'oeil, remarqua Nuage de Sapin.
- Bonne idée!, s'exclama Nuage d'Hiver. Mais il faut également de la toile d'araignée, et qu'un de nous deux reste avec elle. On devrait l'amener au chaud.
- Et chasser aussi. Vers le soleil levant il y avait un vieux tronc, on pourrait l'aménager pour y passer quelques temps?
- Oui! Bon, je vais aller chercher des herbes, tu l'amèneras doucement dans le tronc, et réchauffe-la.
L'apprenti acquiesça et ils prirent une direction différente. Pas question de continuer la mission tant que Déchue était dans un tel état. S'ils devaient rester plusieurs aubes, ainsi soit-il. Le coeur de Nuage d'Hiver se serra un peu en pensant à tous ceux qui étaient malades au camp. Mais après tout, Museau de Cristal était une bonne guérisseuse et avec Nuage de Pavot, ils réussiront à trouver un bon remède entre-temps. Ragaillardi, l'apprenti commença à se frayer un chemin dans la neige qui avait cessé de tomber. Parfois encore les banches des arbres laissaient des tas de neige d'un coup, et c'est en frissonnant de tout son corps que Nuage d'Hiver continua à marcher.

Après plusieurs minutes de recherches sous la neige, le chat blanc et noir dénicha quelques pousses vertes à l'endroit que Nuage de Sapin lui avait indiqué. Ce n'était pas du glouteron, mais bien du cerfeuil, en petit quantité. Content de sa découverte, Nuage d'Hiver en prit le plus possible dans sa gueule et retourna le plus rapidement possible vers la tanière improvisée.

***

En chemin, l'apprenti trouva également quelques toiles d'araignée en dessous d'un pin, et amena le précieux colis jusqu'au tronc d'arbre. Nuage de Sapin avait réussi à emmener leur amie et avait même eu le temps de construire un petit tapis de mousse afin d'enlever l'humidité du sol. L'endroit était toutefois sombre et froid, le soleil ne pouvant pas s'y engouffrer et les extrémités ouvertes laissant le vent entrer.
- Est-ce qu'elle s'est réveillée?, s'enquit Nuage d'Hiver.
- Non, j'ai dû la traîner jusqu'ici. Et toi, tu as déniché quelque chose?
- Oui, du cerfeuil et quelques toiles d'araignées.
Le chaton blanc s'avança vers son amie, qui respirait toujours aussi faiblement. Doucement, il appliqua quelques toiles d'araignées sur la patte de Déchue qui sursauta dans son sommeil de douleur. S'y prenant avec une patte de velours, il bloqua bien l'hémorragie et ensuite appliqua quelques feuilles de cerfeuil, à la façon d'un bandage. Si Museau de Cristal l'avait vu, elle aurait été fière de lui. Déjà, la respiration de son amie s'apaisait doucement, et Nuage d'Hiver se coucha près d'elle, afin de bien la garder au chaud.
« Je vais aller chasser un instant » proposa Nuage de Sapin.
Il acquiesça, et s'endormit.

***

C'était la première fois depuis plusieurs jours qu'il avait ainsi dormi, et se réveilla à l'aube, plein d'énergie. Nuage de Sapin dormait de l'autre côté de Déchue, qui semblait aller mieux. Content, le matou se leva et s'étira longuement, étouffant un bâillement. Lorsqu'il sortit de la tanière, le soleil brillait mais l'air était toujours froid. La saison des feuilles mortes était totalement arrivée, et les prochains crépuscules attireraient les plus grands vents et beaucoup de neige. Les apprentis devaient se préparer solidement à rester plusieurs aubes dans leur tanière jusqu'à temps que cela se calme. Pour cela, Nuage d'Hiver devrait faire le plein de proies. Heureusement, il restait une souris que Nuage de Sapin pourrait donner à la blessée si elle se réveillait, et le chat quitta les environs en quête de nourriture.

Gardant toujours la légère brise dans son dos, il retourna les environs de fond en comble sans rien trouver. Soudain, un mulot également affamé sortit d'un petit trou dans le sol gelé, et lui-même regarda les environs. Mais il était déjà trop tard puisque le félin s'était approché de lui en silence. Nuage d'Hiver bondit et faillit échapper sa proie entre ses pattes engourdies, mais réussi tout de même à l'assommer. Fier de son coup, il continua sa petite patrouille des environs.

Le chat revint à la tanière quelques temps plus tard, n'ayant attrapé rien d'autre. Un moineau imprudent avait filé entre ses pattes, et il n'avait qu'une maigre consolation. Nuage de Sapin avait tout de même pensé à quelque chose de brillant, et avait recouvert les extrémités du tronc mort avec des branches de sapin, ce qui empêchait le vent d'entrer.
- Nuage d'Hiver! J'ai trouvé quelques toiles d'araignées, je pense qu'il faudrait les changer, non? demanda l'apprenti.
- Oui, bien sûr, je ferais cela tout à l'heure, moi, pendant ce temps, j'ai réussi à attraper ce mulot. On le partage?
Les yeux du chaton écaille se mirent à briller, et ensemble ils dépecèrent leur maigre diner qui leur apporta tout de même un petit réconfort.
- Est-ce qu'elle a mangé quelque chose?, s'enquit Nuage d'Hiver.
- Oui, un peu de souris ce matin, mais elle est encore très faible et dort.
- D'accord, je ferais son pansement après avoir mangé. Pourrais-tu aller chasser pendant que je m'occupe d'elle? Je sens une tempête arriver.
- Bien sûr, ne t'inquiète pas, elle est forte et nous nous en sortirons, rassura Nuage de Sapin.
Tout de suite après, les deux matous se mirent au travail.

Nuage d'Hiver enleva tous les pansements de Déchue, et vit que la blessure s'améliorait peu à peu. Mais il faudrait encore plusieurs aubes pour que la chatte retrouve entièrement son énergie, ce qui était encore loin d'être le cas.
« Ça fait... mal... » entendit-il.
C'était Déchue qui avait parlé! Ses yeux étaient mis-ouverts alors qu'elle grinçait des dents. Nuage d'Hiver lui fit un accueil chaleureux.
« Déchue! Tu es réveillée! Ne t'inquiètes pas, on prends soin de toi... As-tu faim? Je vais y aller doucement, mais tu dois rester forte! » s'exclama-t-il.
Faisant de petits gestes, il réussi à remplacer les feuilles précaires, mais il ne lui restait plus de stock. L'apprenti espérait que son ami ait pensé d'en chercher en chemin. L'infection était la dernière chose qu'ils voulaient.

***

Deux aubes plus tard, la tempête était là. Le vent fouettait leur cachette précaire et ils devaient se serrer entre eux afin de rester au chaud. Heureusement, ils avaient réussi à faire le plein de feuilles et de proies, gardant pour eux deux souris, un petit lapin et un moineau. C'était Nuage de Sapin qui avait attrapé la plus grosse proie, soit le lapin, après une course effrénée dans la forêt. Les apprentis avaient bien mérité quelques temps de repos, et ventres pleins, s'étalaient de tous long sur la litière fraichement refaite. Déchue semblait avoir de plus en plus d'énergie, et entretenait de longues conversations. Elle avait même réussi à marcher un peu en rond dans la tanière pour se dégourdir les pattes, et bientôt, la blessure ne fut plus qu'un mauvais souvenir, même si elle était encore ouverte.
- Déchue, serais-tu prête à repartir une fois la tempête terminée?, demandèrent les deux chats.
- Oui, je crois, même si je crains que je vais vous ralentir.
- Voyons, nous avons besoin de toi et nous ne continuerons pas sans toi!, s'exclama Nuage de Sapin.
L'apprenti blanc et noir ne put qu'en rajouter plus. Ils avaient tous gagné de l'énergie et se sentaient bien reposés. Le départ n'était qu'une question de temps. Ils n'étaient que peu sortis depuis le début de la tempête et chacun souhaitaient se dégourdir.

Ce fut encore deux autres aubes plus tard que la tempête cessa, laissant place à un soleil resplendissant. Nuage d'Hiver fut le premier à quitter la tanière, perçant un trou dans la neige qui avait recouvert le vieux tronc. Dehors, tout semblait calme, et il fit signe à ses amis de sortir. La neige lui arrivait aux épaules, et encore, il ne pouvait pas toucher le sol. La suite serait dûre, mais leur clan en dépendant, et ils avaient déjà assez perdu de temps.
- Tout va bien, Déchue?, demanda-t-il.
- Oui, je pense que je suis prête à continuer.
La jeune chatte semblait assez apte à marcher, et elle n'avait plus besoin de remèdes pour se mouvoir comme avant. Un petit coup de langue sur la plaie et ce ne serait plus qu'un mauvais souvenir dans quelques jours. Nuage d'Hiver était fier de la voir guérir et se dit que Museau de Cristal aurait bien aimé voir ça. Rien ne le revigorait que de raconter son expédition à ses compagnons de clan et fut soulagé de repartir. Bientôt, ils trouveraient la fleur et sauveraient le Clan tout entier qui les considérera comme des héros.
- Allons-y! décida Nuage de Sapin, et la petite troupe se mit en route.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice
avatar

Patte de feu
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 1978
Date de naissance : 10/04/1997
Age : 20
Humeur : =D
Date d'inscription : 24/06/2009
Réputation : 31
Points : 4168


MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   Mer 20 Fév - 0:52:14


Chapitre 38

Visiblement, la tempête n'était pas finie. Le trio avançait dans le blizzard complet après trois aubes de marche lente, et avait atteint un endroit désertique de vie où le plancher était fait que de géantes roches qu'il fallait escalader et bondir. Les chatons continuaient avec courage, mais bientôt, la famine arriva. Une journée sans manger était normale, et bientôt, les apprentis furent aussi maigres qu'on voyait que leur squelette.
- Crotte de souris, on va la trouver quand, cette fleur!, s'exclamait à chaque instant Nuage de Sapin.
- C'est vrai, on aurait déjà dû la trouver. J'imagine que de toute façon, ils sont déjà tous mort au camp.
- On se demande c'est la faute à qui, de nous avoir mené sur un renard, répliqua l'apprenti.
L'impatience grandissait au fil des jours. Seule Déchue restait toujours positive, ne parlant que très peu. Nuage d'Hiver avait tout de même remarqué que la chatte boitait un peu de sa patte arrière, et cela semblait s'empirer de jour en jour. Trop fatigué et égoïste pour lui faire la remarque, il passa sous silence ce détail.

Le sommet se faisait maintenant voir, mais il était encore à une aube d'escalade. L'appréhension grimpait dans le groupe.
- Et si on ne trouvait jamais la fleur?, demanda Nuage d'Hiver.
- On ne pourra pas revenir au camp les mains vides, ajouta le chat écaille.
- Tu as une meilleure idée, j'espère?, siffla l'autre, continuant à marcher.
- Arrêtez de vous disputer, vous deux! Bien sûr qu'on...
Soudain, les deux chats s'arrêtèrent. Déchue s'était écroulée sur le sol.

***

Après des heures de patrouille dans les environs, Nuage d'Hiver n'avait trouvé pas une seule feuille, un seul arbre ou un seul animal qui aurait pu lui indiquer un chemin où trouver un remède. Aucune toile d’araignée ne vint se poser sur son museau. La neige avait cessé, mais la nuit tombait. Les autres l'attendait dans une crevasse froide que le vent n'épargnait pas, où Déchue n'avait pas repris conscience. Nuage d'Hiver s'approcha de son amie. Son coeur battait faiblement, et faisait toujours des petits sauts. Sa respiration était faible.
- Mais qu'est-ce qu'elle a! demandait à chaque fois Nuage de Sapin.
- Je ne suis pas guérisseur moi, je ne sais pas!
Et ainsi les deux apprentis continuaient à se chamailler sans relâche, à bout d'énergie. Nuage d'Hiver, roulé en boule à côté de Déchue, ne savait que faire. La blessure s'était ouverte, et cette fois cela semblait bien plus grave puisqu'elle dégageait une puanteur égale à celle d'une moufette ou d'un renard qui s'était roulé dans la moisissure. À mesure que le temps passait l'odeur nauséabonde empirait, et bientôt Nuage de Sapin les quitta pour aller trouver de la nourriture. N'ayant plus la force de se nettoyer ou de nettoyer son amie, Nuage d'Hiver souhaitait s'endormir, mais on aurait dit que c'était également impossible. La peur lui rongeait le ventre. Jamais ils n'allaient revenir au camp. Comme s'il avait eu le funeste pressentiment que tout allait s'arrêter cette nuit. Probablement que le froid allait les tuer tous les trois et qu'on les oublierait là-bas, ayant trouvé un autre remède. Murmure d'Océan allait devenir une magnifique guerrière puissante, et aurait sûrement des chatons avec un autre que lui. Le monde était cruel. Et au même instant, la respiration de Déchue s'arrêta.

***

« DÉCHUE! » s'exclama-t-il.
Il bondit sur ses pattes avec le peu d'énergie qui lui restait et d'une patte, tourna sur le dos le corps de son amie. Ses yeux étaient révulsés, à moitié fermée, et sa tête lasse pendait sur le côté. Plus rien ne vivait en elle. Qu'avait-il fait? Dans un élan d'égoïsme pur il avait oublié son amie, combien elle comptait pour lui. Et voilà, elle était morte à ses côtés, sans qu'il essaie de faire quelque chose. L'apprenti poussa un miaulement de douleur, alors que son coeur tombait en morceau. La dernière fois qu'il eut ressenti ce profond sentiment c'était lors de la mort de Vieille Étoile. Pourquoi devait-il revivre cette chose encore une fois? Ce n'était pas assez deux? Il feula de rage. Les étoiles comme les chats n'avaient rien pu faire. Il s'était montré pathétique, pensant à lui avant de penser à elle. Et elle avait eu besoin de lui. Comment pourrait-il réaliser une stupide prophétie s'il était trop idiot pour laisser mourir ses amis un par un? Comment pourrait-il devenir un bon guerrier s'il devait tuer tous ceux qui étaient sur son chemin?
« NON...! S'il vous plaît! Ne la prenez pas tout de suite! C'est de ma faute, tout est de ma faute, je veux tout réparer... »
Et sur ces dernières paroles, il tomba également, épuisé de fatigue.

***

Le ciel était clair, bleu foncé, et non nuageux comme sur la montagne. Couché sur le dos, Nuage d'Hiver ouvrait lentement les yeux, et regarda autour de lui. Où était-il? Certainement pas dans cet endroit maudit... Soudain, la réalité lui sauta aux yeux et le remords fit craquer son coeur une fois de plus. Déchue était morte. Et pendant ce temps là, que faisait-il? Il rêvait.

Il était dans la clairière où il avait rencontré pour la première fois ses ancêtres appartenant au Clan des Étoiles. Pourquoi était-il encore une fois ici? L'apprenti fit un bon lorsqu'il comprit que peut-être Déchue voulait lui parler. Après tout, elle allait passer l'éternité ici. Ses dernières paroles avaient essayé de raisonner ses deux amis. Qu'elle avait cru encore amis. Ils ne l’avaient que trahi par leurs gestes qui prouvaient leur stupidité. Déchue allait sûrement venir le réprimander, l'accuser de ses fautes. Et il devrait s'excuser.

Nuage d'Hiver entendit une voix derrière lui et sursauta. Malheureusement, c'était Vieille Étoile, et non son amie. Son pelage s'hérissa et il feula.
« Que veux-tu? Tu as laissé mourir mon amie. Je n'ai rien à te dire. » accusa le chat.
La vieille chatte le regarda un instant de ses yeux perçant jaunes. Elle n'avait pas bougé, comme si elle avait su que l'apprenti allait faire une scène. Calmement, elle dit :
- C'est vrai?
- C'est vrai quoi?, répondit-il, irrité de ces phrases mystérieuses.
- Que tu veux tout réparer?, continua-t-elle.
Nuage d'Hiver s'arrêta un instant. Comment ça, tout réparer. Ce n'était pas possible. Déchue était dans le Clan des Étoiles maintenant, il ne pouvait rien y faire.
- Bien sûr, s'exclama-t-il, mais de toute façon, vous l'avez laissé mourir. Vous ne pouvez rien y faire.
Vieille Étoile resta interdite, fixant toujours de ses yeux profonds le jeune chat. Elle le regarda avec un air grave, et prononça de paroles toutes aussi sérieuses.
« Je peux te proposer quelque chose. Ta vie contre la sienne. Tu ne peux pas mourir, ou du moins, tu te réveilleras normalement sans que tu saches que tu as une vie en moins. La seule solution que je vois vraiment, si tu l'aimes vraiment... C'est de mourir pour elle. Quand le temps sera venu. »
L'apprenti demeura pensif. Qu'est-ce que cela voulait dire? Il ne voulait pas se faire avoir une fois de plus par le Clan des Étoiles. Mais en même temps, il ne pouvait pas laisser son amie ici. Il l'avait déjà assez blessée comme ça.
« D'accord. »
La forêt commença a disparaître lentement, puis le noir.

***

Nuage d'Hiver ne savait pas combien de temps il avait dormit. Peut-être que le rêve n'avait été qu'un rêve et qu'il était encore au même endroit, roulé contre une amie dont le coeur avait cessé de battre et d'un ami dont il ne méritait plus l'amitié et la confidence qu'ils partageaient. Soudain, il sentit que le corps de Déchue n'était plus là. Le Clan des Étoiles l'avait prise beaucoup plus tôt qu'il ne le pensait. À ses côtés il y avait pourtant l'odeur habituelle de Nuage de Sapin, qui semblait dormir aussi. Peut-être n'avait-il même pas remarqué que la jeune chatte avait quitté ce monde. Nuage d'Hiver devrait lui annoncer bientôt, mais pour l'instant, il resta les yeux fermés. L'apprenti ne voulait pas affronter cette nouvelle journée, et même dans la noirceur de ses paupières il savait que le soleil brillait dehors. Que le temps continuait d'avancer. Qu'il était un peu plus vieux qu'hier et que son coeur avait cessé de battre de la même façon depuis le départ de son amie. Il ne voulait plus affronter le monde. Qu'un renard vienne le dévorer à l'instant. Qu'il aille retrouver son amie, et que plus tard, Murmure d'Océan vienne le rejoindre. À la fin de sa vie, la vieille chatte toujours aussi belle n'aurait aimé personne d'autre que lui, et ils pourraient continuer leur vie dans ce paradis doux où ils s'aimeraient jusqu'à n'en plus finir. Mais seulement pas un autre jour où il devrait vivre de la même façon que les suivants. Comme si rien ne s'était passé. Ses yeux avaient étés pleins de rêves de gloire et de puissance, mais il n'était en fait que cet apprenti délaissé, brisé, seul au monde. Jamais il ne se pardonnerait de ce meurtre. Endurcit par ses pensées, Nuage d'Hiver ouvrit les yeux. Devant lui, se tenait Déchue, le sourire aux lèvres, les yeux brillants, qu'une vilaine cicatrice sur sa patte, et entre ses dents, quelques fleurs d'une blancheur qui reflétait la beauté de la vie.

_________________
P.ATTE DE F.EU

« There will be three cats, kin of your kin, with the power of the stars in their paws. They will find a fourth, and the battle between light and dark will be won. A new leader will rise from the shadows of his death, and the Clans will survive beyond the memories of his memories. This is how it has always been, and how it will always be. Fire will save the clans. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'Étoile Polaire   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Étoile Polaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Animations :: FanFictions :: FanFictions-